Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 534
Conférences

le (53m59s)

Atelier 3 | Sixièmes Rencontres de la galerie Colbert 28/01/17 - Imagination

Responsable : Soersha Dyon (INHA) Christian Mazet (INHA / EPHE / AOrOc) : Le monstre « bricolé ». Sur quelques compositions singulières d’hybrides féminins de Méditerranée orientalisante et archaïque (VIIIe-VIe siècle avant J.-C.) Stéphanie Wyler (université Paris Diderot - Paris 7 / ANHIMA) : Grylloi et créatures grotesques dans la peinture et la glyptique romaines antiquesPour en savoir plus : http://bit.ly/2yiQcd6
Voir la vidéo
Conférences

le (1h6m3s)

Atelier 4 | Sixièmes Rencontres de la galerie Colbert 28/01/17 - Montage

Responsable : Anne Creissels (EHESS / CEHTA) Ninon Chavoz (université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 / THALIM) : Fétiches et chiffonniers : l’œuvre sculptée de Gérard Quenum Frédérique Desbuissons (université de Reims Champagne-Ardenne / HiCSA) : Arcimboldo à la sauce Dali : Les Dîners de Gala (1973) Catherine Allonsius-Vinourd (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM): « Je suis moi-même la matière de mon livre » : entrevue fictive d’Arcimboldo et MontaignePour en savoir plus : http://bit.ly/2yiQcd6  
Voir la vidéo
Conférences

le (1h37m47s)

Table ronde 1. L'effet Michel-Ange - Quatrièmes Rencontres de la galerie Colbert

1. L'effet Michel-Ange – Salle Benjamin – Modération : Giovanni Careri (EHESS) L’objet de cette table ronde sera d’envisager « l’effet » produit par l’art et le personnage de Michel-Ange dans la culture occidentale, du xvie au xxe siècle (sculpture, peinture, littérature, cinéma). Nicolas Cordon (université Paris 1 Panthéon Sorbonne / HiCSA) Michel-Ange et ses simulacres Sara Vitacca (université Paris 1 Panthéon Sorbonne / HiCSA) « Sous les yeux clos » : Regards croisés autour de l’Esclave ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h26m57s)

Table ronde "Gestes ambigus" - Cinquièmes Rencontres de la galerie Colbert

Table ronde Gestes ambigus - Salle Vasari - Modération : Ada Ackerman (THALIM / CNRS) Les traités de civilité de la Renaissance se sont donné la tâche de définir, voire de codifier, la gestuelle de la femme. Or, par rapport au « geste écrit », le « geste en image » se manifeste souvent sous une forme ambiguë. L’hypothèse warburgienne de la survivance d’une gestuelle antique dans la peinture de la Renaissance sera étendue à cet ensemble de tapisseries du XVIe siècle. Parallèlement, l’analyse de certaines formes ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte