Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 5812
Conférences

le (1h6m12s)

Going into the unknown in science and art

Scientists must grope into the undefined place beyond the known. So must improvisation theater actorswalking onto the stage with no idea what will happen next. Improvisation theater developed practices thathelp groups of actors create a new scene on the spot, by focusing on mutual support: saying yes to eachothers ideas and bypassing the inner critic that spoils our spontaneity. I’ll describe how as a scientist by dayand improvisation actor by night, I learned from theater how to do better science. The concepts are universaland can apply to unexpected situations across disciplines.
Voir la vidéo
Autres

le (15m10s)

Joint Improvisation Meetings 2015

We understand joint improvisation as an artistic form involving two or more performers engaging in multiple real-time interactions: with each other, with the audience and with the emerging content. Improvisers freely explore, within some boundaries, a large space of possibilities for new joint discoveries.  While joint improvisation has long standing history in dance, music and theatre, its scholarship as a unified phenomenon, in particular from a scientific perspective, is still in its infancy. Moreover, the perspective of joint improvisation is useful in studying a range of human phenomena beyond the boundaries of the artistic arena, including conversation, scientific co-discovery ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h12m1s)

L'enseignement à Rome

L’enseignement dans la Rome antique était réservé aux jeunes garçons et il dépendait souvent du niveau de richesse de la famille. Il était d’usage de confier l’apprentissage des enfants à un esclave pédagogue choisi par le père de famille. Les enseignements privilégiés étaient la grammaire et la rhétorique et ils pouvaient être donnés à divers endroits de la ville, notamment sous les portiques des forums impériaux. Suivant le modèle grec, Hadrien fera construire l’équivalent d’une université à Rome, l’Athenaeum, mis au jour récemment à côté du temple au divin Trajan.
Voir la vidéo
Entretiens

le (58m1s)

Irma LeVasseur et les premières femmes médecins

Au Québec, dans les premières décennies du XXe siècle, les bébés mourraient comme des mouches. Un nouveau-né sur quatre ne survivait pas plus de douze mois. Ce constat alarmant suscitera chez Irma LeVasseur le combat de sa vie : arracher nos enfants à la mort. Pour devenir médecin, elle n’hésita pas à quitter Québec, sa ville natale, pour obtenir un doctorat en médecine à l’Université Saint-Paul, au Minnesota. À l’été 1900, après six ans d’études et de stage, Irma LeVasseur revenait avec la ferme intention d’ouvrir un hôpital qui ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h30m10s)

JEAN-PIERRE DESBORDES, ANCIEN ENSEIGNANT EN AUTOMATISME AU LYCÉE TECHNIQUE D'ÉTAT HENRI BRISSON.

Jean-Pierre Desbordes revient avec beaucoup d’émotion sur sa formation à l’ENP de Vierzon devenue Lycée Henri Brisson (Lycée Technique d’Etat) en 1959. Il explique notamment le rôle que cet établissement a joué dans la vie industrielle de la ville. Après l’obtention d’un « diplôme ENP » en 1955, il travaille dans un premier temps à l’usine vierzonnaise automobile Chausson avant de gravir les échelons pour devenir contremaître d’outillage. Il intègre ensuite l’éducation nationale. Il enseigne le fraisage pendant deux ans à Blois puis l’automatisme pendant 20 ans au lycée Henri Brisson. Jean-Pierre ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h4m18s)

GUY LORDET, CRÉATEUR DE LA MARQUE DE PRÊT-À-PORTER SOPHIE DE SOLOGNE.

Originaire de Bourges, Guy Lordet exerce comme commercial puis co-directeur pendant une dizaine d'années dans les Etablissements Rodier. En 1971, il quitte cette société pour fonder son propre atelier de fabrication, Héry confection, avant de se lancer dans la création de la marque de chemisiers Sophie de Sologne dont il s'ocuppera pendant plus de 20 ans jusqu'en 1996. Il nous livre un témoignage sur le secteur du prêt-à-porter "moyen de luxe". Il nous raconte comment ses représentants et lui-même démarchaient les grossistes, les grands magasins et les petits détaillants, à Paris et en Province, avant de confier la production des ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h13m59s)

DANIEL CASLIN, ANCIEN MODELEUR EN PORCELAINE CHEZ LARCHEVÊQUE (PARTIE 1).

A l'occasion de cette rencontre Daniel Caslin nous relate sa formation, la vie avant guerre, ses débuts dans le monde du travail, sa découverte du secteur de la porcelaine ou encore l'apprentissage des différentes étapes de modelage et coulage. Il revient également sur sa difficulté à se confronter aux concurrences entre salariés ou aux rythmes de travail.Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h10m32s)

DANIEL CASLIN, ANCIEN MODELEUR EN PORCELAINE CHEZ LARCHEVÊQUE (PARTIE 2).

Daniel Caslin nous raconte à l'occasion de cette rencontre sa formation, la vie avant guerre, ses débuts dans le monde du travail, sa découverte du secteur de la porcelaine ou encore l'apprentissage des différentes étapes de modelage et coulage. Il revient également sur sa difficulté à se confronter aux concurrences entre salariés, ou aux rythmes de travail.Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (20m46s)

Chronique des pygmées babongo 2007 : Récital de chant & harpe bwiti par J. B. Matzanga

Moughombofouala, le 27 fév 2007, (Ogoué Lolo, préfecture de Koukamoutou, Gabon) Au cours de l'après-midi, dans le salon de Loundou Daniel, chef du regroupement babongo, Jean Blaise Matzanga, Nzebi par son père, Babongo par sa mère, assistant de l'équipe de recherche et étranger au village, improvise spontanément un récital de son répertoire de chant bwiti à la harpe. En dehors de son plaisir personnel à jouer, J.B. Matzanga est aussi en cour amoureuse auprès d'une jeune fille du village et donc de séduction de ses beaux-parents potentiels. La qualité de l'interprétation retient l'attention des présents, très ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte