Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 656
Conférences

le (1h22m35s)

L'opéra de Pékin

Le grand théâtre national de Chine, c'est le nom officiel de la construction dont j'ai la charge depuis plusieurs années à Pékin. De manière courante, en français et en anglais, on la nomme Opéra de Pékin. La différence est importante. Un opéra n'est jamais tout à fait un théâtre comme un autre. Il est tout éclairé de la lumière fantasmatique qui s'attache à cette recherche d'un art total qu'est l'opéra comme genre théâtral. Ce bâtiment aux fonctions si strictes et si exigeantes ne se limite jamais à elles. Il est dès sa conception un symbole au sens le plus ancien, ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h10m40s)

Le viaduc de Millau

La construction d'un grand pont est une expérience extrêmement diverse avec ses aspects d'architecture, ses aspects scientifiques et techniques, la petite histoire du projet. Le viaduc du Millau représente l'aboutissement d'une formidable aventure. De sa conception à sa réalisation, plusieurs centaines d'hommes ont uni leur énergie et leur ingéniosité pour participer à cette oeuvre unique. Au plus fort des travaux, près de 600 ouvriers travaillaient sur le chantier. Ils ont maîtrisé les technologies les plus avancées (laser, GPS) pour piloter au millimètre près la construction de ce géant d'acier et de béton. Pour cela, il n'aura fallu que trois ans, ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h37m3s)

Le métier de sociologue

Pour la plupart des étudiants de premier cycle, la sociologie s'apparente davantage à une propédeutique aux concours administratifs qu'à un débouché vers le métier de sociologue. Une enquête menée par Odile Piriou auprès d'étudiants en sociologie a montré qu'ils ne s'identifient guère à des "sociologues". Ce n'est pas le cas pour leurs confrères de "philo", de "psycho" ou encore "d'éco". Et si l'identification s'opère, c'est en référence au sociologue "académique" de l'université ou du Cnrs. Dans ce programme, plusieurs sociologues et des doctorants en sociologie exposent les "ficelles" ou les écueils de leur métier qu'ils l'accomplissent dans l'enceinte de l'université ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (37m14s)

Michel Foucault et la sociologie (2) Problématiques sociologiques ?

Si la réception des ouvrages de Michel Foucault donne une première idée des relations que la sociologie a pu entretenir avec Foucault, il s'agit de montrer - dans ce second volet du programme "Foucault et la sociologie : un usage spécifique" - comment ses théories ont eu un réel impact sur les mentalités mais aussi et surtout sur les façons dont les sociologues pouvaient traiter leur objet. La généalogie foucaldienne est une manière de saisir le présent, non pas en en cherchant l'origine mais en l'expliquant à partir de ses transformations. La sociologie, depuis Durkheim, ne fait pas autre chose ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (21m33s)

Michel Foucault et la sociologie (3) Entre résistance et actualité

L'oeuvre de Michel Foucault, autant scientifique que politique, a suscité et suscite encore aujourd'hui de nombreuses interprétations et critiques, mais aussi fascination et séduction. Foucault a voulu introduire une nouvelle définition de "l'intellectuel", en préférant remplacer l'ancienne figure de "l'universaliste" incarnée par J-P. Sartre, par celle de "l'intellectuel spécifique". Ceci, pour une nouvelle intellectualité : celle de la compétence et de l'expertise. Son projet d'une « ontologie du présent », à l'intersection de l'histoire, de l'histoire des idées et de la philosophie, est passé de l'effacement à l'oubli dans les années 1980. C'est par un étrange jeu de retour - ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (14m38s)

Michel Foucault et la sociologie (1) Lectures et usages de Michel Foucault

Le premier volet du programme "Foucault et la sociologie : un usage spécifique" consacré aux relations entre Michel Foucault et la sociologie revient sur la réception de ses ouvrages, en particulier dans le paysage intellectuel français. Comment ont été reçus ses livres dont chacun produit un effet de rupture sur ses lecteurs. Rupture avec une certaine façon de faire l'histoire des sciences, rupture avec une certaine façon d'écrire, rupture enfin avec une certaine façon de penser et d'analyser ce qui se passe aujourd'hui. Son discours démonstratif ouvre la possibilité d'un diagnostic du présent, mais est aussi animée par le désir ...
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (49m47s)

Le temps

Jean-Pierre Briand, physicien des particules élémentaires et François Jullien, philosophe, évoquent, l'un et l'autre leur conception de la notion de temps. Aristote, Platon, Saint-Augustin, Thomas d'Aquin, Avicenne, Ronsard, Lamartine, Baudelaire, mais aussi Newton et Einstein sont également convoqués dans le débat.La philosophie des sciences est morte du divorce, au siècle dernier, entre la Natürphilosophie allemande représentée par Schelling et Hegel et le monde scientifique. L'explosion des résultats en mathématique, en physique et en biologie a accentué ce divorce et les scientifiques se sont faits philosophes en expliquent le monde à leur manière. Cette série fait le point sur ces positions ...
Voir la vidéo
Vidéocours

le (54m37s)

La science pense-t-elle ?

Lorsque Heideger écrit en 1954 : " La science ne pense pas ", il parle en tant que métaphysicien. Sortie de son contexte, cette formule a connu la postérité et est alors devenue très provocatrice. Mais elle peut servir de point de départ à un débat sans concession sur les rapports entre science et philosophie, science et société, science et éthique. On verra que si la science ne pense pas, les scientifiques -ici des physiciens- pensent et prennent position aussi bien sur l'histoire de la philosophie que sur le rôle joué par le scientifique dans l'histoire contemporaine ou encore le ...
Voir la vidéo
Vidéocours

le (51m47s)

Les sciences de l'esprit

Que signifie percevoir, reconnaître un visage, manier le langage, être conscient, penser, ressentir une émotion ? Ces interrogations autrefois littéraires et philosophiques sont devenues récemment scientifiques. Les très jeunes sciences cognitives explorent aujourd'hui, méthodiquement, le territoire de l'esprit. Ce faisant, n'ont-elles pas déjà commencé à renouveler les débats au sein même de la philosophie ? Ne proposent-elles pas des bases nouvelles pour les sciences humaines ? Et, plus généralement, ne remettent-elles pas profondément en cause, l'idée que nous nous faisons de notre activité mentale ?GénériqueA venir
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte