Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 587
Conférences

le (1h27m38s)

Sartre à Venise, une palinodie

L’attachement de Sartre à Venise est profond et durable, mais aussi mystérieux car tout chez Sartre paraît s’opposer à Venise. Sartre trouve à Venise la possibilité de changer radicalement de projet existentiel, d’être « un autre Sartre », d’écrire, à travers une utilisation fréquente de la métaphore, cette espèce de contre-Nausée qu’est La Reine Albemarle ou le dernier touriste, avant d’en sortir, et de revenir à son essai engagé sur Les communistes et la paix.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h27m48s)

Entre plusieurs langues : La construction culturelle de l’Europe.

Table ronde animée par Marine de Lassalle (Institut d’Etudes Politique de Strasbourg,« Politique et Gestion de la Culture » ) et Mathieu Hauchecorne (rédaction de la revue) ; En présence de – Christine Dupont, conservatrice à la Maison de l’histoire européenne – Béatrice Joyeux-Prunel (ENS, Département d’histoire et théorie des arts) – Christine Cadot (Cresppa, équipe Laboratoire des Théories du Politique / Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) – Blaise Wilfert-Portal (ENS, Institut d’histoire moderne et contemporaine)
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h28m11s)

Production de sens et informatique

" Comprendre c'est comprendre autrement " H. G. Gadamer Au début de l'été 2000, sur les murs d'une ville, deux affiches, deux affiches réelles : - La première, affichée dans des bars ou des boîtes de nuit, porte sur un fond totalement noir, en grosses lettres grises l'inscription suivante : " Le problème avec le dernier verre c'est que c'est parfois le dernier " - La deuxième, affichée sur les murs d'une commune de banlieue, plus complexe, représente un petit chien, genre roquet regardant les passants et portant dans sa mâchoire un journal plié dont seul le titre est partiellement ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h28m51s)

Journée d'étude. Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Partie 1

Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Rencontres du programme scientifique FMSH  Non-lieux de l’exil Si la nostalgie vient souvent aider à figurer l’exil, il n’est pas certain qu’elle en fournisse le seul mode de représentation. La subjectivité exilique peut aussi, par stratégie d’individuation ou de conformité, choisir d’obscurcir, voire d’effacer les traces. Le travail mémoriel sert par conséquent une fonction d’aménagement symbolique de l’expérience exilique opérant dans les espaces publics comme privés. Selon les résultats, une telle élaboration aboutit  soit à postuler un intraduisible de l’expérience de l’exil, soit à la constituer en héritage. La présente manifestation ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte