Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 109
Conférences

le (1h31m44s)

Politiques de l'exil - Deuxième partie

L’initiative Non-lieux de l’exil  (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) le colloque international : ETUDIER L'EXIL. Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h25m55s)

Variétés du déplacement - Yves Michaud

L'ensemble de ces conférences aura permis de se faire une idée d'un monde où les déplacements à grande échelle tiennent une place essentielle - un monde mobile et fluide, pour ne pas dire liquide. Ce n'est pas complètement inédit dans l'histoire humaine quand on pense aux exodes ou colonisations qui scandent l'histoire mais l'ampleur du phénomène et sa banalité rendent la situation effectivement nouvelle. Ces déplacements ont deux aspects majeurs : le déplacement des choses et des idées, dont il a été relativement peu parlé mais qui est au coeur de la globalisation, le déplacement des personnes.
Voir la vidéo
Entretiens

le (21m33s)

Michel Foucault et la sociologie (3) Entre résistance et actualité

L'oeuvre de Michel Foucault, autant scientifique que politique, a suscité et suscite encore aujourd'hui de nombreuses interprétations et critiques, mais aussi fascination et séduction. Foucault a voulu introduire une nouvelle définition de "l'intellectuel", en préférant remplacer l'ancienne figure de "l'universaliste" incarnée par J-P. Sartre, par celle de "l'intellectuel spécifique". Ceci, pour une nouvelle intellectualité : celle de la compétence et de l'expertise. Son projet d'une « ontologie du présent », à l'intersection de l'histoire, de l'histoire des idées et de la philosophie, est passé de l'effacement à l'oubli dans les années 1980. C'est par un étrange jeu de retour - ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (14m38s)

Michel Foucault et la sociologie (1) Lectures et usages de Michel Foucault

Le premier volet du programme "Foucault et la sociologie : un usage spécifique" consacré aux relations entre Michel Foucault et la sociologie revient sur la réception de ses ouvrages, en particulier dans le paysage intellectuel français. Comment ont été reçus ses livres dont chacun produit un effet de rupture sur ses lecteurs. Rupture avec une certaine façon de faire l'histoire des sciences, rupture avec une certaine façon d'écrire, rupture enfin avec une certaine façon de penser et d'analyser ce qui se passe aujourd'hui. Son discours démonstratif ouvre la possibilité d'un diagnostic du présent, mais est aussi animée par le désir ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (37m14s)

Michel Foucault et la sociologie (2) Problématiques sociologiques ?

Si la réception des ouvrages de Michel Foucault donne une première idée des relations que la sociologie a pu entretenir avec Foucault, il s'agit de montrer - dans ce second volet du programme "Foucault et la sociologie : un usage spécifique" - comment ses théories ont eu un réel impact sur les mentalités mais aussi et surtout sur les façons dont les sociologues pouvaient traiter leur objet. La généalogie foucaldienne est une manière de saisir le présent, non pas en en cherchant l'origine mais en l'expliquant à partir de ses transformations. La sociologie, depuis Durkheim, ne fait pas autre chose ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h3m25s)

Quelles sources d'énergie d'ici à 2050 ?

La production d'énergie mondiale atteint 10 milliards de tonnes équivalent pétrole (tep) chaque année. Elle est assurée essentiellement par du pétrole, du gaz et du charbon, de façon très inégalitaire au niveau de la planète. Si les pays riches gaspillent, de nombreux pays en voie de développement et très peuplés tendent légitimement à augmenter massivement leur consommation dans les décennies à venir. Les scénarios énergétiques prévoient une augmentation de 50 à 300% de la production mondiale d'énergie d'ici 2050. Il est d'ores et déjà évident qu'une telle augmentation ne pourra se faire sur le modèle actuel, basé sur les énergies ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte