Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 150
Conférences

le (1h28m51s)

Journée d'étude. Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Partie 1

Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Rencontres du programme scientifique FMSH  Non-lieux de l’exil Si la nostalgie vient souvent aider à figurer l’exil, il n’est pas certain qu’elle en fournisse le seul mode de représentation. La subjectivité exilique peut aussi, par stratégie d’individuation ou de conformité, choisir d’obscurcir, voire d’effacer les traces. Le travail mémoriel sert par conséquent une fonction d’aménagement symbolique de l’expérience exilique opérant dans les espaces publics comme privés. Selon les résultats, une telle élaboration aboutit  soit à postuler un intraduisible de l’expérience de l’exil, soit à la constituer en héritage. La présente manifestation ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h26m13s)

Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Partie 2

Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Rencontres du programme scientifique FMSH  Non-lieux de l’exil Si la nostalgie vient souvent aider à figurer l’exil, il n’est pas certain qu’elle en fournisse le seul mode de représentation. La subjectivité exilique peut aussi, par stratégie d’individuation ou de conformité, choisir d’obscurcir, voire d’effacer les traces. Le travail mémoriel sert par conséquent une fonction d’aménagement symbolique de l’expérience exilique opérant dans les espaces publics comme privés. Selon les résultats, une telle élaboration aboutit  soit à postuler un intraduisible de l’expérience de l’exil, soit à la constituer en héritage. La présente manifestation ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h40m55s)

Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Partie 3

Représenter l'exil : la mémoire, la trace. Rencontres du programme scientifique FMSH  Non-lieux de l’exil Si la nostalgie vient souvent aider à figurer l’exil, il n’est pas certain qu’elle en fournisse le seul mode de représentation. La subjectivité exilique peut aussi, par stratégie d’individuation ou de conformité, choisir d’obscurcir, voire d’effacer les traces. Le travail mémoriel sert par conséquent une fonction d’aménagement symbolique de l’expérience exilique opérant dans les espaces publics comme privés. Selon les résultats, une telle élaboration aboutit  soit à postuler un intraduisible de l’expérience de l’exil, soit à la constituer en héritage. La présente manifestation ...
Voir la vidéo
Conférences

le (57m52s)

L’Expérience de l’exil. Invité : Patrick ZACHMANN. Un voyage de mémoire et d’exil

Patrick Zachmann (photographe) : “Un voyage de mémoire et d’exil” Patrick ZACHMANN photographe membre de l’agence Magnum depuis 1990 et réalisateur, a travaillé depuis trois décennies sur les thèmes de l’identité, de la mémoire et de l’immigration. La démarche de Zachmann oscille dans un aller-retour permanent entre le monde extérieur et le sien, plus intime. Son œuvre, constituée de nombreux livres et films, a été récompensée par le prestigieux Prix Niepce. Il présente un diaporama sur les migrants suivi du web-documentaire Un Somalien à Paris et de son dernier film Mare Mater. Mer, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h20m6s)

Table ronde "Témoigner de Lampedusa"

L’expérience de l’exil met en crise les dichotomies induites par un discours « territorialisé » autour de l’identité et de la différence, l’origine et le devenir, l’autochtone et l’étranger. En montrant à quel degré ces oppositions appartiennent à l’épistémè des sociétés d’accueil et à une pensée de l’appartenance nationale, elle invite justement à en déplacer les paradigmes.  Or, cette expérience, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h52m41s)

Éprouver (le rendu du vécu) - Partie 1

L’expérience de l’exil met en crise les dichotomies induites par un discours « territorialisé » autour de l’identité et de la différence, l’origine et le devenir, l’autochtone et l’étranger. En montrant à quel degré ces oppositions appartiennent à l’épistémè des sociétés d’accueil et à une pensée de l’appartenance nationale, elle invite justement à en déplacer les paradigmes.  Or, cette expérience, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte