Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 45
Entretiens

le (2h59m30s)

La société du risque ?

Ce programme est le troisième chapitre d’un cours de sociologie sur « La société à l’aube du XXIème siècle ».Sous le mode de la conversation, Jean-Yves Trépos, Christelle Stupka et Sabrina Sinigaglia-Amadio nous proposent d’aborder notre société et le passage du XXème au XXIème siècle par le biais de la question de « la société du risque ? » A travers les travaux de d’Ulrich Beck, Anthony Giddens, Peter Knight ou Robert Castel, entre autres auteurs, ils abordent la question de la place de différents types de risques dans notre société, leur mesure, leur expertise et leur perception (risques calculés, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h56m44s)

Le discours de la guerre

Les discours du politique : Ecole thématique Violence, consensus, sécuritéJean-Claude Zancarini présente ici sa méthode d'approche des textes de Machiavel et s'interroge sur le sens de l'histoire : "Si l'histoire n'a pas de sens, elle n'en est pas moins intelligible". S'appuyant sur Michel Foucault et Fernand Braudel, il propose une vision de l'histoire qui se comprend en termes de rapports de force, de dominants et de dominés. Il s'intéresse ensuite au discours de la guerre dans l'oeuvre de Machiavel, et notamment à la présence des armes et du vocabulaire guerrier dans le Prince. Il revient sur l'histoire de la république ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h50m9s)

La montée des extrêmes dans les démocraties européennes : quels défis ?

L’espace des marges en politique a acquis une certaine centralité dans le débat public français et européen. De l’ultragauche à l’extrême droite, les mouvements situés aux extrémités de l’échiquier politique revendiquent une rupture avec l’ordre établi. Ils s’expriment par des actions éventuellement violentes, plus fréquemment par des provocations verbales. Tandis que la radicalité politique violente semble décroître en Europe, les discours dits « populistes » ont des succès électoraux importants, appuyés sur une rhétorique d’opposition au « système » et une méfiance affichée ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h33m8s)

Les courants migratoires vers l'Europe - Jean-Claude CHESNAIS

Les migrations sont un facteur central de la régulation démographique, qui change la face des continents. La "transition migratoire", si oubliée, fait partie de la "transition démographique"(modernisation des comportements: maîtrise de la mortalité et de la fécondité) ; c'est un mécanisme de respiration démographique de la planète. Lorsque les populations font face à leur période d'accroissement maximal (chute séculaire de la mortalité, avant la transition de la fécondité), l'exutoire à la pression démographique réside dans l'émigration; c'est le cas du XIX° siècle européen. Les Européens partent alors vers les Amériques, l'Afrique du Sud, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Sibérie: la ...
Voir la vidéo
Cours magistraux

le (1h29m27s)

01 - Problématique générale : le moment des guerres d'Italie

L'art de gouverner à Florence (1494-1530) 01 - Problématique générale : le moment des guerres d'ItalieIl s’agit de resituer la question de l’art de gouverner dans un moment et un lieu. Le moment, c’est celui des guerres d’Italie ; il s’agit d’une coupure fondamentale dont le sens n’échappe pas aux contemporains : tout a été bouleversé par l’arrivée des troupes françaises en Italie en 1494. L’état de guerre est une donnée permanente. Le lieu, c’est Florence, avec sa tradition républicaine, son attachement à la libertà, terme signifiant à la fois l’indépendance de la cité et la forme républicaine de son ...
Voir la vidéo
Cours magistraux

le (1h22m2s)

16 - Francesco Guicciardini (1483-1540), Dialogo del reggimento di Firenze (1521-1525) 2ème partie

L'art de gouverner à Florence (1494-1530)16 - Francesco Guicciardini (1483-1540), Dialogo del reggimento di Firenze (1521-1525) ; "La nature des choses en vérité"Bernardo del Nero analyse, dans le débat avec les trois autres interlocuteurs, ce que l’on peut et doit déceler derrière les mots. Dans cette perspective, il commence par le socle de l’histoire républicaine : “il nome della libertà” (p. 65-66) puis la question de l’equalità (p. 71 sqq.). La “liberté” ne sert parfois qu’à couvrir l’“ambition”, comme le montre bien l’histoire florentine, et dissimule la “nature des choses”. Elucider quelle est cette “nature des choses”, voilà le chemin ...
Voir la vidéo
Cours magistraux

le (1h20m53s)

13 - Le rire politique de Machiavel, dans la Mandragore et le Prince

L'art de gouverner à Florence (1494-1530) 13 - Le rire politique de Machiavel, dans la Mandragore et le Prince Dans la Mandragola, les analyses politiques de Machiavel sont présentes et servent à provoquer le rire ; mais que dans les œuvres au sens strict politiques (que l’on qualifie même parfois de théoriques) il y ait une indubitable composante comique, il est moins fréquent de l’entendre affirmer. C’est cette double présence qui est mise en évidence ici, en un parcours où, de la Mandragola au Prince, se mêlent comique et sens tragique de l’histoire (on se souviendra que l’une des lettres ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h20m36s)

Economies informelles, économies criminelles : la face cachée de la mondialisation

"La mondialisation est-elle bien celle dont on parle ? En fait, mais nous avons du mal à en pendre conscience, la vraie mondialisation est celle de la pauvreté. Notre planète est en passe de devenir un gigantesque bidonville, insalubre et surpeuplé, dont n'émergent que quelques îlots de prospérité. Ce vaste bidonville est l'empire du crime et de l'informel. Les populations les plus pauvres n'ont d'autres choix que de construire une autre économie ou de réactiver des circuits traditionnels d'échange. Les économies populaires ne sont rien d'autre que ces économies d'échange a priori informelles, en réalité structurées par le lien social ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte