Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 3041
Vidéocours

le (11m16s)

4b.3 - Comment réformer sur le terrain: le témoignage d'un expert

A travers le témoignage d’un expert français intervenant dans plusieurs pays africains, cette séquence montre comment, concrètement, les experts font circuler des modèles, des expériences, des normes. Cette expertise réformatrice peut proposer des changements d’organisation, des changements législatifs, ou encore des formations des personnels. En revanche, transformer la philosophie de la punition dans son ensemble est une tâche ambitieuse à envisager sur le long terme.
Voir la vidéo
Vidéocours

le (9m20s)

4b.4 - Le rôle des ONG et de la société civile

Si la prison apparaît comme le domaine régalien de l’État, cette séquence montre que les associations, ONG et plus largement la société civile jouent un rôle important, à la fois comme lanceurs d’alerte pour dénoncer d’éventuelles violations des droits des prisonniers, mais aussi comme partenaires pour améliorer les conditions de détention. Le témoignage d’une responsable d’ONG sud-africaine nous apprend ainsi comment la société civile peut être sollicitée pour apporter des solutions aux violences en prison.
Voir la vidéo
Vidéocours

le (14m46s)

4b.5 - L’expérience réformatrice d’un ancien prisonnier politique : Pierre-Claver Mbonimpa

Dans cette séquence, le militant des droits humains burundais PierreClaver Mbonimpa retrace son parcours : comment il a créé une association de défense des droits des prisonniers, puis travaillé en partenariat avec les autorités afin de remédier au phénomène de la détention provisoire prolongée, emprisonnant injustement des personnes sans qu’elles aient été jugées. Il a ainsi activement contribué à la réforme de la justice au Burundi, obtenant également la pénalisation de la torture. Toutefois, ces avancées réformatrices sont fragiles et peuvent être remises en cause par des revirements politiques.
Voir la vidéo
Vidéocours

le (11m32s)

4b.1 - Définir des « standards » carcéraux, entre droits de l’homme et sécurité

Cette séquence est consacrée aux normes qui encadrent l’enfermement, à la fois pour définir des règles de protection des droits des prisonniers, et des « bonnes pratiques » en matière pénitentiaire. Les conventions internationales ont des déclinaisons locales en Afrique mais, pour autant, les pratiques sont très hétérogènes, en raison d’obstacles matériels (insuffisance des budgets) ou politiques (contextes autoritaires, préoccupations sécuritaires).
Voir la vidéo
Vidéocours

le (11m56s)

4b.2 - Marchés de la réforme et circulation des modèles

Cette séquence est consacrée aux politiques de réformes des prisons, qui font partie des programmes d’aide au développement soutenus par des bailleurs de fonds internationaux et mis en œuvre par des agences de coopération, cabinets de conseil, ONG. Par les logiques d’appel d’offre, un véritable marché de la réforme se met en place, ciblant des programmes prioritaires. Loin d’être simplement imposées de l’extérieur, ces politiques de réforme pénitentiaire sont aussi un instrument de construction de l’État au niveau national.
Voir la vidéo
Vidéocours

le (53m43s)

Définir le droit

Qu’est-ce donc que le droit ? Il ne suffit pas d’en avoir l’intuition, il faut s’en faire une idée suffisamment précise à l’entame de ses études en droit. En trois temps, l’émission invite à faire le tri entre les propositions juridiques et celles qui ne le sont, explicite les traits caractéristiques de la règle de droit – abstraction, généralité et permanence — et discute enfin des rapports entre éthique et droit.Cette émission est en correspondance avec les pages 22 à 71 du cours écrit (consultable dans l'onglet "DOCUMENTS").
Voir la vidéo
Vidéocours

le (44m26s)

Les fondements du droit

Le droit peut se comprendre comme la « pratique de ce qui est juste ». Mais qu’est-ce au juste que la justice ? Comment s’entendre sur ce qui fonde et légitime la contrainte juridique ? A ces questions redoutables, le juriste doit au moins esquisser une réponse, qui pour être théoriquement discutable soit au moins praticable.Cette troisième émission illustre les pages 72 à 108 du cours écrit (consultable dans l'onglet "DOCUMENTS").
Voir la vidéo
Vidéocours

le (46m28s)

L'interprétation de la norme

Un juriste peut se définir comme celui qui sait interpréter une règle de droit. Là où le profane se perd dans la multitude des textes, l’homme de lois s’y retrouve, au moins est-ce ce qu’on attend de lui. C’est son savoir-faire, dont cette émission tente de clarifier les premiers rudiments : les locutions juridiques, les maximes d’interprétation, les jeux de l’analogie, les a contrario et les a fortiori, etc.Cette émission est en correspondance avec les pages 109-139 du cours écrit (consultable dans l'onglet "DOCUMENTS").
Voir la vidéo
Vidéocours

le (44m32s)

Les normes individuelles

Un arrêté de nomination — d’un juge, d’un professeur, d’un militaire, etc.—, moins heureux, le prononcé d’une sanction disciplinaire, un jugement ou encore un contrat sont des normes individuelles. Ce sont les instruments juridiques du quotidien. Ce sont eux qui permettent l’accomplissement des trois principales fonctions juridiques : juger, administrer et agir.Cette émission est en correspondance avec les pages 177 à 210 du cours écrit (consultable dans l'onglet "DOCUMENTS").
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte