Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 3041
Label UNT Documentaires

le (28m2s)

De LURE à SOLEIL (1997)

Vingt cinq ans de rayonnement synchrotron en France Pour obtenir une trajectoire circulaire dans un accélérateur de particules, on utilise des aimants qui font dévier le faisceau d'électrons. Le faisceau perd alors de l'énergie qui est émise à l'extérieur de l'accélérateur sous forme de lumière dans une gamme de longueur d'onde qui va de l'infrarouge aux rayons X : c'est le rayonnement synchrotron. En 1962, Yvette Cauchois fut la première chercheuse à vouloir utiliser ce rayonnement sur un anneau de stockage pour des expériences de physique, mais ce n'est qu'en 1971 qu'une première ligne de lumière put être installée autour ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (26m23s)

La physique du sac de billes (1997)

Présentation des propriétés physiques spécifiques des matériaux granulaires, (poudres et grains) dont le comportement est intermédiaire entre celui d'un solide, d'un liquide ou d'un gaz. De plus, ces matériaux présentent des propriétés qui leur sont propres comme leur réaction à des vibrations ou à des déformations. Il s'agit d'un domaine d'étude en plein essor où se posent des problèmes d'ordre fondamental qui interviennent dans de nombreuses applications industrielles ainsi que dans la nature.GénériqueAuteur-Réalisateur : Alexis MARTINET Conseiller scientifique : Etienne GUYON Co-Producteurs : " Institut de cinématographie scientifique " CNRS Audiovisuel (actuellement CNRS Images/media) Diffuseurs : - Institut de cinématographie ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (12m3s)

Bactéries de l'extrême

En 1969, Thomas Brock a montré par ses travaux que des micro-organismes peuvent vivre à des températures avoisinant et même dépassant 100 C. Ces bactéries thermophiles prolifèrent au voisinage des sources chaudes terrestres et sous-marines. Yves Fouquet, géologue à l'IFREMER, décrit les phénomènes tectoniques à l'origine des sources hydrothermales. Celles-ci sont très nombreuses en Islande du fait de l'activité volcanique de l'île et le docteur Jacob Kristjansson en étudie la microfaune. Daniel Prieur, microbiologiste au CNRS à la station biologique de Roscoff (Finistère), relate la mission Microsmoke (novembre et décembre 1995) qui a pu atteindre les fosses les plus profondes ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (10m38s)

Claude Cohen-Tannoudji (1996)

Claude Cohen-Tannoudji, chercheur en physique atomique, présente ses travaux de recherche sur les interactions entre la matière et le rayonnement. Le rayonnement (rayon-laser) est utilisé pour contrôler le mouvement des atomes. Les chercheurs réduisent la vitesse d'agitation des atomes, ce qui entraîne leur refroidissement, et les confinent dans une petite zone : c'est le piégeage. Du fait des faibles vitesses, il est alors possible d'observer les atomes plus longtemps et d'augmenter la précision des mesures. Une des applications possible de ces techniques est la construction d'une horloge spatiale destinée à être mise en orbite autour de la terre. ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (17m2s)

Le corps fragmenté (1996)

Les imageurs, nouveaux équipements de diagnostic médical qui dévoilent le corps en profondeur, sont présentés lors de leur utilisation en hôpital par des médecins et chercheurs de diverses spécialités. L'hôpital d'Orsay, grâce à son cyclotron, peut produire des éléments radioactifs qui, fixés sur des molécules biologiques, sont captés par une caméra à émission de positons qui suit la circulation de ces marqueurs dans le corps. A l'Institut Curie, les éléments radioactifs injectés sont repérés par une caméra Gamma. La scintigraphie osseuse permet de détecter une anomalie osseuse, mais sans diagnostic spécifique. Le scanner X, associant la radiographie X conventionnelle et ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (7m3s)

La réalité augmentée (1996)

Au LASMEA (Laboratoire des Sciences des matériaux pour l'électronique et l'automatique) de Clermont-Ferrand, est mis au point, pour les chirurgiens opérant des scolioses, un dispositif dénommé "réalité augmentée" qui leur permet de voir les parties cachées de la vertèbre sur laquelle a lieu l'intervention. Le professeur Alain Tanguy et Bernard Peuchot expliquent le fonctionnement de ce système d'informations visuelles, qui fournit au chirurgien une vue superposée de la portion visible de la vertèbre (la vision réelle) et de la partie cachée qui est calculée grâce à des marqueurs fixés sur la vertèbre (la vision virtuelle). Une expérience préliminaire de validation ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte