Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 3063
Label UNT Documentaires

le (25m41s)

A la poursuite de la particule fantôme (1997)

Le neutrino a été imaginé en 1936 par Wolfgang Pauli pour sauver le principe de conservation de l'énergie. Son existence a été vérifiée expérimentalement vingt ans plus tard. Depuis, les physiciens s'acharnent à traquer cette particule avec des moyens de plus en plus sophistiqués et de plus en plus coûteux. Ce film est une enquête qui nous fait découvrir trois "pièges" à neutrinos différents dans trois lieux différents. A Gran Sasso dans les Abruzzes en Italie, l'expérience GALLEX tente de capter les neutrinos émis par le soleil. A Chooz dans les Ardennes, la source de neutrinos est une centrale nucléaire. ...
Voir la vidéo
Témoignages

le (17m37s)

L'accord franco-japonais CNRS/JST sur les nanotubulites

En 1997, le CNRS et le JST (Japan Science and Technology Corporation) ont signé un accord de recherche sur les nanotubulites (produits dérivés des nanotubes de carbone). Un des partenaire du projet est le laboratoire NEC de Tsukuba où travaille Sumio Iijima, le découvreurs des nanotubes de carbone en 1991. A l'occasion de la cérémonie de signature, Sumio Iijima retrace l'origine de sa découverte et les propriétés des nanotubes de carbone.GénériqueAuteurs - réalisateurs : Jean-François Dars et Anne Papillault (CNRS Images). Producteur: CNRS Images media FENIIS. Diffuseur: CNRS Images, http://videotheque.cnrs.fr
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (28m2s)

De LURE à SOLEIL (1997)

Vingt cinq ans de rayonnement synchrotron en France Pour obtenir une trajectoire circulaire dans un accélérateur de particules, on utilise des aimants qui font dévier le faisceau d'électrons. Le faisceau perd alors de l'énergie qui est émise à l'extérieur de l'accélérateur sous forme de lumière dans une gamme de longueur d'onde qui va de l'infrarouge aux rayons X : c'est le rayonnement synchrotron. En 1962, Yvette Cauchois fut la première chercheuse à vouloir utiliser ce rayonnement sur un anneau de stockage pour des expériences de physique, mais ce n'est qu'en 1971 qu'une première ligne de lumière put être installée autour ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (26m23s)

La physique du sac de billes (1997)

Présentation des propriétés physiques spécifiques des matériaux granulaires, (poudres et grains) dont le comportement est intermédiaire entre celui d'un solide, d'un liquide ou d'un gaz. De plus, ces matériaux présentent des propriétés qui leur sont propres comme leur réaction à des vibrations ou à des déformations. Il s'agit d'un domaine d'étude en plein essor où se posent des problèmes d'ordre fondamental qui interviennent dans de nombreuses applications industrielles ainsi que dans la nature.GénériqueAuteur-Réalisateur : Alexis MARTINET Conseiller scientifique : Etienne GUYON Co-Producteurs : " Institut de cinématographie scientifique " CNRS Audiovisuel (actuellement CNRS Images/media) Diffuseurs : - Institut de cinématographie ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (12m3s)

Bactéries de l'extrême

En 1969, Thomas Brock a montré par ses travaux que des micro-organismes peuvent vivre à des températures avoisinant et même dépassant 100 C. Ces bactéries thermophiles prolifèrent au voisinage des sources chaudes terrestres et sous-marines. Yves Fouquet, géologue à l'IFREMER, décrit les phénomènes tectoniques à l'origine des sources hydrothermales. Celles-ci sont très nombreuses en Islande du fait de l'activité volcanique de l'île et le docteur Jacob Kristjansson en étudie la microfaune. Daniel Prieur, microbiologiste au CNRS à la station biologique de Roscoff (Finistère), relate la mission Microsmoke (novembre et décembre 1995) qui a pu atteindre les fosses les plus profondes ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (10m38s)

Claude Cohen-Tannoudji (1996)

Claude Cohen-Tannoudji, chercheur en physique atomique, présente ses travaux de recherche sur les interactions entre la matière et le rayonnement. Le rayonnement (rayon-laser) est utilisé pour contrôler le mouvement des atomes. Les chercheurs réduisent la vitesse d'agitation des atomes, ce qui entraîne leur refroidissement, et les confinent dans une petite zone : c'est le piégeage. Du fait des faibles vitesses, il est alors possible d'observer les atomes plus longtemps et d'augmenter la précision des mesures. Une des applications possible de ces techniques est la construction d'une horloge spatiale destinée à être mise en orbite autour de la terre. ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte