Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 868
Entretiens

le (1h50m27s)

Sept années chez les Ovahimba

Rina SHERMAN revient dans cet entretien sur son expérience de terrain chez les Ovahimba avec qui elle a passé de nombreuses années. Elle nous explique la complexité des relations avec les Ovahimba, son rapport avec la langue locale, son approche en anthropologie visuelle et nous parle également des pratiques musicales de ce peuple. >> Pour en savoir plus sur Rina Sherman et sur ses travaux, consultez le site : http://www.rinasherman.com/Rina SHERMAN, née en Afrique du Sud, s'est exilée et installée en France où elle habite et travaille depuis 1984. Musicienne de formation, elle a validé un doctorat sous la ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (17m8s)

Entretien avec Pablo Agüero (Rencontres 2010)

Cinéaste argentin, Pablo Agüero présente son second long métrage, "77 Doronship", qui est en compétition aux Rencontres du Festival de cinémas d'Amérique latine de Toulouse. Il parle de son cinéma, qui cherche, de film en film, de nouveaux horizons, un drame, maintenant une comédie et le prochain sera un thriller. Il a fait cette comédie à Paris pour examiner le fait d’être argentin depuis ailleurs. La bande son a été particulièrement soignée et les images sont le résultat d’un travail qui s’étend sur neuf ans.
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h24m4s)

4e séance du séminaire-cycle : « Fiction littéraire contre storytelling : un nouveau critère de définition et de valorisation de la littérature ? »

Emmanuel Bouju, professeur de littérature comparée (Université Rennes 2/Harvard), spécialiste des rapports entre littérature, histoire et politique, a déjà réuni en 2012 ce trio d’écrivains publiés chez Verticales pour discuter « Pouvoir, Politique, Fiction ». Le face-à-face du récit littéraire et du Storytelling médiatique est l’occasion rêvée d’inviter Nicole Caligaris, Noémi Lefebvre et Alban Lefranc à débattre de leurs visées et convictions touchant les formes, les valeurs, les pouvoirs de la littérature aujourd’hui. Cette manifestation s’inscrit dans le programme de recherche en littérature comparée « Fiction littéraire contre Storytelling » (Université de Paris-Sorbonne CRLC/Labex OBVIL). À ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (18m45s)

À la recherche des soies perdues

Cinquante ans après, l'auteur, ethnologue, spécialiste de l'Asie (plus particulièrement la Mongolie, le Cambodge et l'Afghanistan) parcourt les villages cambodgiens qu'il avait visités avant la période Khmers Rouges.Ce film est le récit de ses recherches dans les villages, photos vieilles d'un demi-siècle en main, de femmes tisserandes et de leurs productions.  Il peut ainsi donner aux moines bouddhistes des photographies des étoffes de soie représentant la vie de Bouddha qui avaient été offertes par les pieuses dévotes.Il retrouve des tisserandes qu'il avait connu, ou, le plus souvent, leurs voisines ou descendants.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h24m43s)

Qu'avons-nous fait du genre ? Table ronde / Claudine Leduc, Nahema Hanafi, Michèle Ferrand, Véronique Perry, Christine Bard, Camille Masclet

Qu'avons-nous fait du genre ? Table ronde / Claudine Leduc, Nahema Hanafi, Michèle Ferrand, Véronique Perry, Christine Bard, Camille Masclet. In "Femmes, féminisme, recherches, 30 ans après", colloque dédié à Françoise Collin (1928-2012) organisé par l'Université Toulouse II-Le Mirail avec le soutien de la MSH-T, l'IEP de Toulouse, la Mission égalité entre les hommes et les femmes (UT2-IUFM), la Fédération RING, l'ANEF... Avec la participation des doctorants (colloque Jeunes chercheurs) ainsi que l'aide des étudiants du Master 2 "Politiques sociales et rapports sociaux hommes-femmes". Toulouse, Université Toulouse II-Le Mirail, École ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (22m20s)

‘Aīd al-Siyaha — Siwa Oasis, Egypt (Vincent Battesti, October 2015)

Chaque année à la première pleine lune d’octobre se tient ce que l’on appelle ‘aīd al-siyaḥa dans l’oasis de Siwa, dans le désert Libyque égyptien. L’origine de ces trois ou quatre jours de festivités propres à cette oasis berbérophone est obscure. Et le nom actuel (‘aīd al-siyaḥa) n’y aide pas (en arabe et peut littéralement être compris comme « fête du tourisme »). Le récit local le plus courant dit que cela commémore une réconciliation entre les deux factions (« Orientaux » et « Occidentaux ») de l’oasis.  Ce que l’on peut en dire aujourd’hui, c’est qu’elle est au moins l’occasion de réunir les habitants ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte