Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 22
Conférences

le (56m15s)

Naissance des prématurés : jusqu'où reculer la limite du vivable ?

À travers les archives d’Alexandre Minkowski et de Suzanne Saint-Anne Dargassies, celles de l’INH et de l’INSERM, Bernard Andrieu montrera comment le prématuré a été inventé et sauvé au début des années 1950, notamment dans l’équipe de Clinique la Baudelocque à Paris, devenue aujourd’hui Port Royal.En reculant la limite du vivable, la médecine pré-natale nous interroge sur la plasticité du corps vivant, son adaptation technologique aux couveuses et les développements psycho-moteurs de sa cognition.Devons-nous pour autant reculer les limites du vivant en améliorant sans cesse la survie artificielle de l’enfant prématuré ? Ne faut-il pas convenir de ce qui est ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h19m30s)

Les soins de développement adressés aux nourrissons prématurés

Les pays européens ont, dans un premier temps, fait le choix du recours à la technologie pour assurer la survie et le devenir développemental des nourrissons prématurés. Depuis une dizaine d’années, ils mettent en oeuvre des soins dits « de développement » qui s’ajustent à la situation particulière des bébés et impliquent les parents tout en les soutenant dans leur parentalité. L’exposé présentera ces pratiques qui allient les connaissances neuropsychologiques et les dimensions éco-culturelles qui concourent au développement des enfants.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h25s)

Parcours et développement neurologique et comportemental de l'enfant prématuré

La prématurité est toujours une priorité de Santé publique dans le monde où un enfant sur dix naît avant 37 semaines d’aménorrhée (SA). Elle est devenue la première cause de mortalité infantile. Chez les enfants survivants, elle implique une séparation mère-enfant liée à une longue hospitalisation inversement proportionnelle au terme à la naissance. La survie sans morbidité néonatale majeure augmente dans les pays développés pour les enfants de petit terme notamment entre 25 et 30 SA. Les taux de séquelles sévères de type paralysie cérébrale diminuent très probablement mais les difficultés cognitives spécifiques sont encore très fréquentes, gênant le développement ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte