Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 25675
Conférences

le (15m48s)

Atelier 2. Métiers - Cinquièmes Rencontres de la galerie Colbert

2. Métiers - Salle Vasari - Responsable : Ada Ackerman (THALIM / CNRS) Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne / centre André Chastel) Le métier de peintre cartonnier dans les ateliers de tapisserie français des XVIIe et XVIIIe siècles. A travers une série d’exemples privilégiés, cette communication se propose d’analyser le rôle du peintre cartonnier dans la production des tapisseries tissées en France à l’époque moderne. Après une étude des différents acteurs de la réalisation d’une tenture, une analyse sur la manière dont ces intervenants interagissent sera ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h30m46s)

Atelier 5. Réception - Cinquièmes Rencontres de la galerie Colbert

5. Réception - Salle Benjamin - Responsable : Carmen Decu Teodorescu (université de Paris-Sorbonne et université de Genève) Caroline Vrand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / BnF, Dép. des Estampes et de la photographie) Charles VIII et la renaissance des collections royales de tapisseries à la fin du XVème siècle La Dame à la Licorne est tissée à une époque de plein épanouissement de la tapisserie historiée. De façon significative, l’étude de la commande artistique de Charles VIII, roi de France de 1483 à 1498, met ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h9m12s)

Atelier 6. Allégories - Cinquièmes Rencontres de la galerie Colbert

6. Allégories - Salle Vasari - Responsable : Kateryna Lobodenko (université Sorbonne Nouvelle Paris III)   Douglas Hoare (Université Paris 8 / EDESTA) Dame à la licorne et surréalisme L’harmonie de cette faune étrange et de la protagoniste, dont la pâleur sainte nous fait songer à un spectre ou une fée, peut se comprendre comme le triomphe de l’amour courtois sur la bestialité, ou pour reprendre les termes du problème posé par Breton, comme la victoire de l’amour admirable sur la vie sordide. En ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h26m57s)

Table ronde "Gestes ambigus" - Cinquièmes Rencontres de la galerie Colbert

Table ronde Gestes ambigus - Salle Vasari - Modération : Ada Ackerman (THALIM / CNRS) Les traités de civilité de la Renaissance se sont donné la tâche de définir, voire de codifier, la gestuelle de la femme. Or, par rapport au « geste écrit », le « geste en image » se manifeste souvent sous une forme ambiguë. L’hypothèse warburgienne de la survivance d’une gestuelle antique dans la peinture de la Renaissance sera étendue à cet ensemble de tapisseries du XVIe siècle. Parallèlement, l’analyse de certaines formes ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h32m7s)

Table ronde "Hallali ! La licorne à l'épreuve du genre" - Cinquièmes Rencontres de la galerie Colbert

Table ronde Hallali ! La licorne à l’épreuve du genre - Salle Benjamin - Modération : Marion Duquerroy  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne / HICSA) et Armelle Fémelat (CESR, Tours) Cette table-ronde se propose de soumettre le thème de la licorne et de sa chasse au prisme des questions de genres du Moyen Âge à nos jours. En effet, l’unicorne, symbole d’abord masculin, leurré par une vierge lui offrant son sein en repos, devient licorne, allégorie de la pureté et la virginité. Dans un même mouvement, elle opère un changement physique passant de ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (51m15s)

Chercheurs en ville #13 - EuroRennes : mutation urbaine à grande vitesse

Ce mois-ci, l'émission Chercheurs en ville accueille le géographe Guy Baudelle, professeur de l'aménagement de l'espace et d'urbanisme à l'Université Rennes 2. Membre du comité de rédaction de Place Publique, il a contribué au dernier dossier de la revue, consacré au projet EuroRennes, ce nouveau quartier en émergence autour de la gare de Rennes. Il éclaire notamment le débat sur la croissance des villes et la grande vitesse ferroviaire, deux phénomènes qui ne sont pas forcément liés. S'appuyant sur l'étude de précédents cas français et étrangers, ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (7m54s)

La lumière des Minoens

La lumière était partie prenante de la vie quotidienne des populations du passé. Pourtant cette dimension a longtemps été oubliée par la recherche archéologique. En Crète à l’âge du Bronze (3200 – 1100 av. J.-C.), on peut s’appuyer sur les lampes à huiles pour reconstituer l’éclairage et, au-delà, l’espace vécu. Nombreuses dans les habitations (on estime à une trentaine leur nombre par site), ces lampes devaient être utilisées quotidiennement. Mais pour éclairer quelles activités et de quelle manière ?Pour répondre à ces questions, l’archéologie mobilise des ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte