Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 94
Label UNT Conférences

le (31m4s)

Pierre Bourgeois 2007 Paris. Manifestations broncho-pulmonaires des maladies digestives.

Professeur B. WALLAERT (Lille) : L'auteur passe en revue toutes les manifestations respiratoires en liaison avec les maladies intestinales d'origine inflammatoire, notamment la maladie de CROHN et la rectocolite hémorragique. Cette atteinte peut toucher les conduits respiratoires trachéo-bronchiques sous forme d'infiltrats inflammatoires lympho-granulocytaires, de siège souvent pericapillaire, se traduisant par un aspect inflammatoire ou pseudo-tumoral à l'endoscopie. Elle peut également affecter le tissu interstitiel parenchymateux pulmonaire donnant des aspects divers : de type granulomatose, BOOP, PINS, poumon éosinophile, nodules necrobiotiques, atteinte séreuse. Ces atteintes respiratoires peuvent parfois être indépendantes de l'évolution de la maladie intestinale. La corticothérapie (prednisolone -1 mg/k/j) ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (32m37s)

TDM et pathologie interstitielle du poumon

La tomodensitométrie thoracique est l'outil indispensable et déterminant pour l'étude de la pathologie interstitielle du poumon, représentée essentiellement par les pneumopathies infiltrantes diffuses ou PID, telles les connectivites et vascularites; la sarcoïdose; les pneumopathies interstitielles idiopathiques; les BOOP; l'histiocytose X; la lymphangioléiomyomatose par exemple. L'auteur étudie successivement tous les types d'images pulmonaires élémentaires et leur distribution anatomique lésionnelle : micronodules, nodules, masses pulmonaires; hyperdensités en «verre dépoli»; Origine Journées Pierre Bourgeois – ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (33m35s)

Pierre Bourgeois 2007 Paris. Manifestations respiratoires liées au cannabis.

Professeur T. URBAN (ANGERS) : L'auteur définit d'abord les différents types de fumeurs de cannabis (occasionnels, réguliers, quotidiens) et leurs tiges (le plus souvent des garçons de 15 à 20 ans), ainsi que les modes de présentation et de consommation de cette drogue. Il compare ensuite cette addiction avec celle du tabac et de l'alcool. Il décrit enfin les effets toxiques démontrés, psychiques et somatiques, notamment au niveau de l'appareil respiratoire (BPCO, cancer ?) liés à la consommation de marijuana par l'intermédiaire du delta-9- tetrahydrocannabiol, responsable de la dépendance et les compare à ceux liés au tabagisme.
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (34m40s)

Pierre Bourgeois 2007 Paris. Faut-il réduire la durée de l’antibiothérapie au cours des pneumonies ?

Professeur Ch. MAYAUD (Paris – Tenon) L'auteur rappelle qu'actuellement les recommandations sont claires et concordantes pour les indications, le choix, les modalités d'application de l'antibiothérapie dans le PACs, divergentes et floues pour la durée, 7 à 10 jours pour les cas d'antibiothérapie probabiliste, 7 à 21 jours pour celles qui sont documentées, ceci selon la bactérie en cause. Il insiste sur le fait qu'il faut réduire la durée de l'antibiothérapie au strict nécessaire, compte tenu de la compliance du patient. En s'appuyant sur des modèles expérimentaux chez l'animal, il propose de réduire l'antibiothérapie dans le cas de PACs non sévères ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (34m42s)

Pierre Bourgeois 2007 Paris. Prise en charge palliative de la dyspnée en cancérologie.

Mme le Docteur C. BOULEUC (Institut Curie) : L'auteur rappelle que la dyspnée est un symptôme fréquent chez les cancéreux bronchiques, présente dans 15% des cas au moment du diagnostic, dans 65 % lors de l'évolution, dans 90% en fin de vie, symptôme qui se majore en cas de douleurs ou surtout avec l'anxiété. L'importance de cette dyspnée peut être évaluée par des échelles d'intensité. Ses étiologies peuvent être multiples. Son traitement fait appel à des techniques spécifiques suivant son étiologie (ponctions pleurales : pose de prothèses vasculaires caves ou trachéo-bronchiques) qui s'associent aux traitements non spécifiques habituels (oxygénothérapie, opioïdes ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (36m0s)

Granulomatoses systémiques - Bérylliose pulmonaire chronique

C'est une maladie systèmique, liée à une sensiblité au béryllium. Elle est très grave. IL y eut 31 cas déclarés entre 1945 et 1995 en France. Le béryllium est un métal très léger utilisé dans les grandes industries de céramique, horlogerie, fonderie, et nucléaires. Il y a certains métiers particulièrement exposés : les fraiseurs . les opérateurs et mouleurs ; cette maladie est latente pendant 10 ans (moyenne entre 50 jours et 50 mois).Tout le monde ne fait pas une bérylliose pulmonaire chronique. Une dyspnée d'effort se développe alors ainsi qu'un amaigrissement entre autres symptômes. 2 à 19 % des ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (36m2s)

JACOTES 2011 – Les bio marqueurs dans le CBNPC : pronostic, prédictifs.

Titre : JACOTES 2011 – Les bio marqueurs dans le CBNPC : pronostic, prédictifs…what else ? Ou comment traiter les patients à la carte ?Intervenant : Laurent ARNOULD (Anatomopathologie, CGFL, Dijon)Résumé : Après un rappel historique, l’auteur développe les progrès en biologie moléculaire, et souligne les applications en pratique courante en particulier la recherche de la mutation génomique principale qui donne un avantage à la cellule pour proliférer. Puis rappel des principales mutations : RAS, EGFR… L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.Conférence enregistrée lors des 2ème Journées d’Actualité en Oncologie Thoracique de l’Est ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte