Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 93
Label UNT Conférences

le (2m56s)

JACOTES 2011 – Accueil : Introduction

Titre : JACOTES 2011 – Accueil : Introduction Intervenant : Bernard SIMON (Pneumologue, CHG de Chaumont).Résumé : Discours d’introductionL’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.Conférence enregistrée lors des 2ème Journées d’Actualité en Oncologie Thoracique de l’Est (JACOTES) - 13 et 14 mai Mémorial Charles de Gaulle Colombey les 2 Eglises. Présidente : Virginie WESTEEL (Professeur, CHU de Besançon). Modérateurs : Bertrand MENNECIER (CHU de Strasbourg) et Dominique SPAETH (Clinique de Gentilly, Nancy)Organisé avec le partenariat de l’UNF3S/UMVF Réalisation, production : Canal U/3S - CERIMES
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (5m53s)

Granulomatoses systémiques - tout ce qui brille n'est pas tumoral!...

Le professeur nous expose le cas d'un patient âgé de 53 ans fumant cinquante paquets de cigarettes par an , buvant et ayant été exposé professionnellement à l'amiante. Son endoscopie est normale, mais l'on constate une opacité tumorale. Après médiastinoscopie, et biopsie exérèse, on constate une lésion tuberculeuse de type tuberculome mais pas de tumeur. Origine Les granulomatoses systèmiques - Hôpital Sud à Amiens. Canal-U Médecine et Santé. ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (9m42s)

44èmes journées FMC - indication des anti-IgE dans l'asthme

10 % des patients asthmatiques ont un asthme sévère. Le risque d'exacerbation augmente avec la sévérité de l'asthme. chez des patients atteints d'un asthme allergique sévère, le traitement additionnel par omalizumab a entraîné un bénéfice cliniquement pertinent. Le traitement est globalement bien accepté par les patients malgré les injections sous-cutanées. Il faut faire un bilan au bout de 16 semaines pour en évaluer l'efficacité. Origine 44èmes journées FMC - Tours Canal-U Médecine ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (10m9s)

Lobectomie pulmonaire inférieure droite vidéo-assistée

Les auteurs présentent une technique de lobectomie pulmonaire inférieure vidéo assistée. L'intervention est conduite sous le contrôle vidéoscopique d'une caméra, dont l'optique est introduit dans le 6ème espace inter-costal. 2 trocarts opérateurs étant placés dans le 7ème espace. Une minithoracotomie est pratiquée dans le 4ème espace inter-costal. Elle permet d'extraire la pièce opératoire en fin d'intervention, mais elle est également utilisée pour effectuer certain temps opératoire. L'avantage de cette technique est d'être peu traumatisante pour la paroi, d'assurer des suites opératoires peu douloureuses, tout en conservant de bonnes conditions de sécurité en cours d'intervention. ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (11m0s)

Le syndrôme d'apnées du sommeil et son traitement

Débordant très largement le cadre de l'historique syndrome de Pickwik, le syndrome d'apnées du sommeil (S.A.S.) constitue une entité pathologique touchant 2 % des femmes et 4 % des hommes que l'on ne doit plus méconnaître. Liées à un collapsus inspiratoire complet de l'entonnoir pharyngolaryngé, les apnées obstructives répétées vont être à l'origine de périodes de désaturation nocturne parfois sévères, désorganiser le sommeil. L' asthénie dans la journée, les endormissements intempestifs et la perte de vigilance en sont les signes diurnes les plus constants. La polygraphie nocturne permettra d'affirmer le SAS. On enregistre aussi l'électro-encéphalogramme. Un patient peut connaitre 10 ...
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (11m46s)

FILMED - BPCO: Objectif souffle

Titre: BPCO : OBJECTIF SOUFFLEAuteur: Duchesne G.Co-auteurs: Lecoq A.Lemaire B.Spécialité: PNEUMOLOGIEAnnée: 2006Durée: 12 mnResumé: En France, la BPCO, Broncho-pneumopathie chronique obstructive touche plus de 3 millions de personnes. Parmi celles-ci, 60000 sont au stade d'insuffisants respiratoires, c'est à dire sous oxygène et ces patients ont un handicap extrêmement sévère, retentissant sur leur vie quotidienne.La cause la plus fréquente est le tabac.Des unités de réentrainement à l'effort prennent en charge ces patients, afin d'améliorer leur statut musculaire et diminuer leur dyspnée.Un insuffisant respiratoire bien pris en charge verra son handicap diminuer. Il pourra ainsi s'intégrer au mieux dans sa réalité quotidienne ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte