Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 2410
Label UNT Conférences

le (1h1m16s)

Le sage, la loi, la coutume, chez Pierre Charron / Didier Foucault

Témoin des guerres de religion et disciple de Montaigne dont il systématise les thèses, Pierre Charron montre dans "La Sagesse" qu’il n’y a rien de plus trompeur que la coutume qui tire son pouvoir de conviction du « général consentement ». Les sages n’en sont pas dupes. Mais ils ne sont qu’une minorité et c’est à ce titre qu’ils considèrent qu’il est nécessaire que le peuple respecte la « législation en vigueur »... Autrement dit : si la coutume et la loi sont respectables en un pays -qu’il s’agisse du régime politique, des mœurs ou même de la religion- ce ...
Voir la vidéo
Conférences

le (39m39s)

La coutume : déformation ou formation de l'homme ? (La Boétie, Montaigne, Descartes, Pascal) / Sylvia Giocanti

La culture est le résultat d’un travail exercé sur la nature qui peut à la fois être compris comme dénaturation et comme formation acquise par la coutume. "Le Discours de la servitude volontaire" d’Étienne de La Boétie engage à penser cette ambiguïté. D’un côté, il présente la coutume comme la première raison de la servitude, et stigmatise cette dernière comme cause de la dénaturation ; d’un autre côté, il pose que la nature de l’homme est telle qu’il tient le pli que la coutume lui donne, ce qui remet en cause la pertinence même du concept de nature, qui n’est ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (43m45s)

Coutume et sentiments moraux chez Beccaria / Philippe Audegean

Dans "Des délits et des peines" (1764-1766), Beccaria lutte contre le règne des coutumes dans la vie du droit : sa bataille juridique contre les droits coutumiers s’accompagne d’une bataille philosophique contre la doctrine aristotélicienne de la prudence et de l’équité. Le droit ne doit pas, sous prétexte de sa complexité, être livré à la fausse sagesse coutumière des juristes mais se soumettre aux calculs éclairés de la raison : l’esprit philosophique doit se substituer à l’esprit juridique.Beccaria ne demande pourtant pas aux citoyens d’exercer leur raison toutes les fois qu’ils doivent obéir à la loi : il s’agit bien ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (47m22s)

Y a-t-il une rationalité des coutumes ? Montesquieu / Céline Spector

En minimisant le rôle du droit naturel, désormais dénué de privilège normatif, en accordant une place décisive aux coutumes dans l’histoire juridique européenne, Montesquieu propose une réflexion nouvelle sur la justice et la rationalité du droit.Cette contribution s’interrogera sur la rationalité des coutumes : sont-elles une forme de ratio scripta, du moment où elles deviennent écrites, générales et autorisées par le roi ? La rationalité des coutumes ne tient-elle pas, au contraire, à leur seule adéquation aux circonstances historiques, à leur convenance à l’esprit général d’un peuple ? Il s’agira de s’interroger sur la manière dont, dans l’œuvre de Montesquieu, ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (52m25s)

La coutume : autonomie et aliénation en domaines aléatoires / André Tournon

Dans "les Essais", la coutume présente deux aspects contrastés. Émanant du « commun consentement » d’une collectivité, elle est l’expression juridique de l’autonomie de cette collectivité, et contribue à l’identifier dans la mesure de sa singularité. Mais cette singularité même l’écarte de la « raison » du philosophe qui voudrait « rapporter les choses à la vérité » ; ce qui la constitue en agent d’aliénation, comme l’a montré La Boétie avant Montaigne. Cette difficulté peut s’éclairer si l’on prend en compte le caractère aléatoire de la formation des collectivités réglées, par « couture fortuite » qui « se forme ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h5m7s)

Coutume, temporalités et territoires : regards sur la littérature juridique (16e-17e) / Martine Grinberg

Un des fondements de la coutume est son rapport au temps : quel changement, quels effets apporte la mise en écrit ordonné par le roi fin XVe et au XVIe siècle, commençant avec l'ordonnance de Montils-Lès-Tours édictée par le roi Charles VII en avril 1454 ? Cette question ne peut être envisagée qu'en parallèle avec une autre, celle de la place de la coutume dans le territoire du droit. C'est autour de ces deux axes de réflexion que les commentateurs de coutumes ont élaboré des théories, des constructions intellectuelles pour rendre compte des paradoxes de la coutume, des ambiguïtés de ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h2m47s)

Coutume et connaissance empirique / Laurent Gerbier

La notion de coutume joue un rôle essentiel dans la description de la construction de la connaissance humaine à partir de l'expérience : elle permet en effet de comprendre le passage du particulier au général, ou du cas à la règle. Or ce processus qui gouverne la formation de la connaissance humaine (empirisme "gnoséologique") est également à l'œuvre dans la formation d'un savoir portant sur la vie politique de la cité (empirisme "civil") : on tentera donc de décrire, à partir de l'étude comparée de textes de Machiavel, La Boétie, Montaigne et Bacon, la convergence de ces deux empirismes, gnoséologique ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h5m57s)

Je compare la loy au Roy, & la coustume au tyran... / Stephan Geonget

Stephan Geonget examine la question de la coutume en la resituant au cœur des débats entre juristes qui avaient lieu alors. De fait, la question du statut juridique de la coutume est d’une actualité brûlante à la fin de la Renaissance et les opinions divergent à son propos. Forme abâtardie du droit pour les uns ou au contraire vrai fondement d’un droit civil français (encore à venir) pour les autres, la coutume suscite un débat virulent. Des juristes aussi éminents que Guy Coquille, Jean Papon, Étienne Pasquier ou Louis le Caron ne disent pas du tout d’elle la même chose. ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (48m19s)

Pouvoir, langue et coutume au XVIe siècle / Jean-Pierre Cavaillé

Jean-Pierre Cavaillé se propose d'examiner la relation entre langue et coutume au XVIe siècle, qui donne lieu au XVIe siècle à une réflexion particulièrement riche et diversifiée, en prenant en compte les couples notionnels mobilisés à l'époque pour théoriser à la fois la nature des langues, faire leur histoire, assurer leur promotion et penser la juste relation du pouvoir politique aux langues écrites et parlées par les sujets : « langues naturelles » et langues artificielles (ou plutôt langues « d'art »), langues « vulgaires » et langues « nobles », langage « maternel » et celui qui ne l'est ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (42m1s)

Coutume et innovation, la question du droit naturel dans le "Discours" / Nicolas Israel

Comment comprendre l'irruption de la thématique du droit naturel dans le "Discours de la servitude volontaire" ? L'affection fraternelle se présente comme un précepte de la loi naturelle destiné à dénouer les liens de la servitude. L'exigence de fraternité devient alors une source d'innovation qui doit conduire les individus à rompre avec une identité forgée par la servitude volontaire. A travers la question du droit naturel, La Boétie se heurte donc à une interrogation classique : comment opérer une innovation dans une société traditionnelle, organisée selon un ordre coutumier.Communication donnée dans le cadre des 4e Rencontres internationales La Boétie de ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte