Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 831
Conférences

le (1h53m31s)

L'histoire du cinéma sonore est-elle seulement technique ? Une conférence de Claude Bailblé

Depuis le phonautographe de Léon Scott (1857), nombre d’inventions techniques en cascade (microphone, lampe triode, haut-parleur, modulateur optique…) finissent par se rencontrer en un seul dispositif : le cinéma sonore des années 1930. Commence alors l’exploration des possibilités expressives de la monophonie, que d’autres progrès technologiques (l’enregistrement magnétique, la caméra silencieuse, le montage et mixage multipistes) viennent faciliter. L’enregistreur autonome (le Nagra des années 1960) démultiplie ces possibilités en libérant la prise de son des contraintes de l’énergie électrique. On redécouvre le plein air, les acoustiques naturelles et la diversité des sons réels. Avec le numérique et la spatialisation (en ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m36s)

Le cerveau et le monde : Shining et après. Conférence d'Emmanuel Siety

Dans L’Image-temps, Gilles Deleuze voyait en Stanley Kubrick, à l’instar d’Alain Resnais, un cinéaste « de l’identité du monde et du cerveau ». En partant de Shining, nous questionnerons et prolongerons ce rapprochement en avançant trois autres noms de cinéastes explorateurs d’états limites du monde et de la conscience : David Lynch, Michael Haneke et Gus Van Sant.Emmanuel Siety est maître de conférences en cinéma à l’université Paris 3 - Sorbonne nouvelle. Il est l’auteur de La Peur au cinéma (Cinémathèque française/Actes Sud, 2006), Fictions d’images (Presses Universitaires de Rennes, 2009) et Le Plan, au commencement du cinéma (Cahiers du ...
Voir la vidéo
Conférences

le (2h6m2s)

Renato Berta par Renato Berta : une leçon de cinéma

"Je n'aime pas beaucoup le terme de directeur de la photographie. Au générique, je préfère que soit utilisé le mot "image". Parce qu'il me semble couvrir la somme du travail sur le cadre et la lumière. L'image, c'est le résultat très fragile entre la photo et le cadre, et la conjugaison des deux est le plus difficile à trouver. Ce qui m'énerve le plus, se sont les images dominantes, les clichés visuels de l'époque."Renato Berta
Voir la vidéo
Conférences

le (43m51s)

Dialogue avec Francesco Rosi

Dialogue animé par Michel Ciment, Costa-Gavras et Serge Toubiana."Je respecte le scénario mais j'invente dès que c'est possible et j'ajoute l'épaisseur que la scène filmée doit avoir par rapport à la scène écrite. C'est, je crois, un peu une caractéristique des réalisateurs italiens. Nous laissons une marge pour le travail sur le plateau. Si je décrivais tout dans mon script, si tout était prévu, peut-être qu'ensuite je n'aurais plus envie de le tourner. Il faut laisser une ouverture pour l'imagination ou la situation du moment."Francesco Rosi, 1986
Voir la vidéo
Conférences

le (47m51s)

Hong Sang-soo par Hong Sang-soo : une leçon de cinéma

Leçon de cinéma animée par Jean-François Rauger."Un film est bon pour moi s'il m'apporte de nouvelles sensations et s'il modifie ma manière de penser. C'est pourquoi la forme est si importante. Nous partageons tous les mêmes matériaux. Mais la forme qu'on utilise mène à des sensations différentes ou à de nouveaux questionnements, de nouveaux désirs. Je ne crois donc pas pouvoir me définir comme formaliste ou réaliste. (...) La seule chose dont je sois conscient sont mes désirs."Hong Sang-soo, avril 2004
Voir la vidéo
Conférences

le (1h33m31s)

Dialogue avec Nanni Moretti

Dialogue animé par Serge Toubiana. Traduction par Rosanna Gasbarro. "Nous sommes à la fin de l'été 1972, je sors du lycée et je dois décider de ce que je vais faire dans la vie. Je me souviens d'une conversation avec un ami qui me demande ce que je veux faire. En devenant tout rouge, je lui réponds : "Je voudrais faire du cinéma". Il insiste : "Mais quoi exactement, acteur ou réalisateur ?" Et moi, encore plus embarrassé : "Les deux"." (Nanni Moretti)
Voir la vidéo
Conférences

le (1h19m50s)

Dr Edwards et Mister Sellers. Conférence de Jean-Philippe Tessé

Une conférence de Jean-Philippe Tessé - De La Panthère rose en 1963 jusqu’à sa mort en 1980 et même au-delà, Peter Sellers est tombé, s’est cogné, s’est électrocuté, a glissé, a reçu divers objets sur la tête, a trébuché, s’est coincé les doigts, a déchiré ses vêtements. Et Blake Edwards l’a regardé comme un médecin observe un spécimen atteint d’un mal incurable : la maladresse.Jean-Philippe Tessé est rédacteur en chef adjoint des Cahiers du cinéma et l’auteur en 2007 d’un ouvrage sur Le Burlesque.
Voir la vidéo
Conférences

le (36m47s)

La normalisation du numérique. Intervention d'Alain Besse

Alain Besse est le responsable à la Commission Supérieure Technique (CST) du secteur Diffusion et du suivi des normes et recommandations techniques, notamment celles liées à l'implantation du cinéma numérique en France. Arrivé en 1979 à la CST, il a mis en place les procédures de contrôle de salles pour le CNC auprès de qui il est expert pour la Commission des Industries Techniques.
Voir la vidéo
Conférences

le (33m38s)

Persistance et mimétisme : l'ère numérique et les collections films. (Alexander Horwath)

COLLOQUE INTERNATIONAL 13 et 14 octobre 2011Organisé par le Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée et la Cinémathèque française :« Révolution numérique : et si le cinéma perdait la mémoire ? »Alexander Horwath est le directeur de l'Österreichisches Filmmuseum de Vienne. Il a dirigé le festival de la Viennale de 1992 à 1997. Critique, il a écrit sur le cinéma américain des années 70, sur Michael Haneke et sur les avant-gardes en Autriche. Il a aussi codirigé l'ouvrage Film curatorship: Archives, Museums, and the Digital Marketplace (Wallflower, 2008)
Voir la vidéo
Conférences

le (33m38s)

[EN] Persistence and Mimicry: the Digital Era and Film Collections. Lecture by Alexander Horwath

INTERNATIONAL SYMPOSIUMOctober 13-14, 2011Organised by the Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée and the Cinémathèque française:"The Digital Revolution: What Would Happen If Films Lost Their Memory?"Alexander Horwath is director of the Österreichisches Filmmuseum in Vienna and was in charge of the Viennale festival from 1992 à 1997. A film critic, he has written about American cinema in the seventies, Michael Haneke and the Austrian avant-gardes. He also co-edited the book Film Curatorship: Archives Museums, and the Digital Marketplace (Wallflower, 2008).
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte