Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 13514
Conférences

le (23m5s)

Et le docteur ? Louis Odier (1748–1817) et le retour en grâce du médecin praticien

L'apport de la production historique qui a suivi l'appel lancé par Roy Porter, dans son article programmatique de 1985, a contribué à transformer notre appréhension du monde médical d'Ancien Régime. La multiplication des recours de malades à différents types de praticiens, l'importance de la médecine domestique et des soignants irréguliers sont du nombre des acquis indéniables de cette approche. Face à cette complexification de notre compréhension du monde médical, il est légitime de reconsidérer la place et la réalité quotidienne des praticiens réguliers. Un survol rapide de l'historiographie révèle que curieusement, les pratiques et les conceptions médicales du docteur en ...
Voir la vidéo
Conférences

le (21m53s)

L'apport des archéologues amateurs du XIXe siècle à l'histoire des origines du christianisme en gaule

On sait la place prise par l'archéologie dans le cadre des sociétés savantes en France au XIXe siècle. Elle fut souvent le fait d'archéologues amateurs qui n'inspirèrent pas que condescendance ou dédain de la part des « milieux scientifiques ». Certaines des correspondances que ces érudits locaux entretiennent avec tel ou tel savant, soit à tire individuel, soit dans le cadre institutionnel (l'Académie des inscriptions et belles lettres par exemple) montre qu'un double mouvement peut s'établir : d'une part la prise en compte par les « savants » des découvertes locales et la contribution de celles-ci à des avancées notables ...
Voir la vidéo
Conférences

le (20m48s)

La culture thérapeutique d'une femme de la petite noblesse rurale du XVIIIe siècle, entre savoirs savants et empirisme : le cas de madame de Marans

Cette proposition de communication porte sur l'analyse de remèdes de santés conservés et/ou recopiés dans ses journaux par Mme de Marans (bas Vendômois, milieu du XVIIIe siècle). Le corpus se compose d'une cinquantaine de remèdes divers, auxquels s'ajoute un nombre équivalent d'autres remèdes d'un recueil familial conservé avec ses journaux. Le dépouillement de nombreux remèdes du XVIIIe siècle conservés aux archives départementales de la Sarthe et du Loir-et-Cher, ainsi que les témoignages laissés par les écrits privés du temps, permettent une comparaison et une mise en contexte des remèdes de Mme de Marans.  Quel(s) usage(s) en fait-elle ? ...
Voir la vidéo
Conférences

le (19m56s)

« L'ancien sentiment est trop avantageux à notre sexe pour céder sans combattre» : savoirs médicaux et appropriations féminines (France/Suisse, XVIIIe siècle)

Les médecins du siècle des Lumières ont tant critiqué les savoirs féminins en matière de santé qu'une image très négative nous est parvenue : fruits de croyances ancestrales, de gestes superstitieux et nocifs, ils s'opposeraient aux savoirs rationnels et savants, essentiellement masculins. Or, la lecture attentive d'écrits du for privé (correspondances, livres de raison, journaux intimes et mémoires, mais aussi recueils de recettes médicinales), révèle à la fois les modalités d'apprentissage, de transmission et d'appropriation des savoirs. Ces sources limitent bien sûr l'investigation aux femmes aisées, maîtrisant l'écriture. Elles ont toutefois pour originalité de rapporter l'expérience de femmes en contact ...
Voir la vidéo
Conférences

le (20m18s)

La mélancolie dans les consultations adressées au Dr Tissot (1728–1797)

Mon exposé portera sur l'expression de la mélancolie dans 46 consultations épistolaires envoyées au dr Tissot entre 1760 et 1797.  Les historiens ont déjà montré qu'à une époque où il n'était pas nécessaire d'objectiver le corps et où la culture de l'épistolarité était répandue, les consultations épistolaires constituaient un mode courant de rencontre entre un médecin et son malade. Les mots écrits établissaient un lien entre d'une part les sensations corporelles, la souffrance mentale et l'environnement du malade, et d'autre part les sens et la compréhension de la situation par le médecin. Théodore Tronchin, un collègue de Tissot, écrivait ...
Voir la vidéo
Conférences

le (24m31s)

Anne Berman (1889–1979), une « simple secrétaire » du mouvement psychanalytique français

Les historiens de la psychanalyse française ne se sont pas réellement intéressés à la personne d'Anne Berman. Certes, elle fut la secrétaire personnelle de la célèbre et controversée Marie Bonaparte[1] pendant près de cinquante ans, mais elle n'a pas exercé comme psychanalyste. Ainsi, on lui reconnaît généralement son engagement pour le mouvement psychanalytique français sans donner plus de détails. Il existe d'ailleurs très peu de documents biographiques disponibles à son sujet (JP. Bourgeron, 2002). Après des études de pharmacie, elle a travaillé comme pharmacienne à l'hôpital Sainte-Anne dans le laboratoire d'Édouard Toulouse. Puis, en 1930, A. Berman entreprend une analyse ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte