Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 1126
Entretiens

le (1h34m59s)

MARIE-CLAUDE SOUEIX DE PONDAU, ANCIENNE PATRONIÈRE-GRADEUSE PUIS STYLISTE MODÉLISTE CHEZ ROBINET CONFECTIONS.

Marie-Claude Soueix de Pondeau est engagée en 1967 chez Robinet Confections à l'âge de 19 ans après l'obtention de son brevet technique "patronière-modéliste-gradeuse". Elle est l'une des rares employées à avoir travaillé dans cette entreprise jusqu'à la fermeture définitive en 2002. Elle occupe d'abord le poste de gradeuse, puis de patronière-gradeuse, puis de gradeuse et enfin de modéliste-syliste. Dans cet entretien, elle rassemble ses souvenirs pour nous raconter avec précision, à l'aide d'anciens outils de travail, en quoi consistait son métier. Elle nous fait part des changements dont elle a été témoin au cours de sa carrière en lien avec ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h35m19s)

"Noirs éclats / Or cruel", autour de l'œuvre de Sylvain George

NOIRS ECLATS   /  OR CRUEL : la rencontre de l'initiative "Non-lieux de l'exil" (Collège d'études mondiales, FMSH) du 20 novembre (16h-19h)  consacrée à l'oeuvre du réalisateur Sylvain George, en sa présence a eu lieu exceptionnellement à la Fondation Calouste Gulbenkian. Le réalisateur a présenté les extraits des films suivants : "Ils nous tueront tous" (2009) "Les Eclats (ma gueule, ma révolte, mon nom)" (2011) "Les nuées (My mama's face)" (2012) Cinéaste et écrivain, formé en philosophie, droit et sciences politiques, Sylvain George réalise depuis 2006 des films radicaux, poétiques, politiques et expérimentaux, sur la ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h35m22s)

PIERRE DUMAY, ANCIEN OUVRIER À LA TUILERIE DE GROSSOUVRE (CHER)

Cet entretien enregistré à la Guerche-sur-l’Aubois au CIAP la Tuilerie est l’occasion pour Pierre Dumay de nous raconter son parcours personnel et professionnel. Né en 1935 à Thaumiers, commune située au sud de Dun-sur-Auron, il s'établit à Bannegon au début des années 1940 avant d'habiter Grossouvre à partir de 1947. Dans ce dernier village, ses parents tiendront une épicerie. Par la suite, son père se fait embaucher à la tuilerie de Grossouvre d’abord en tant que manœuvre puis au four et y restera jusqu’en 1950. Pierre Dumay lui-même y travaille un an ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte