Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 32
Conférences

le (1h18m6s)

Les Inuits ne trouvent pas ça extrême - Michèle THERRIEN

L'histoire de l'exploration, la géographique classique et une certaine ethnographie ont contribué à transformer l'Arctique en lieu emblématique de « l'extrême ». Il serait plus juste de considérer que les Inuit de l'Alaska, de l'Arctique canadien et du Groenland vivent dans un milieu exigeant, soumis à de constants changements climatiques. Face à l'imprévisibilité, un système de connaissance ouvert et des mécanismes d'ajustement ont permis à ces sociétés originaires de la Sibérie, de se développer, de perdurer, de connaître une démographie ascendante et de s'affirmer aujourd'hui politiquement. Si le qualificatif « extrême » correspond à l'image que les Occidentaux projettent sur ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (2h34m29s)

A la recherche de la langue perdue des pharaons noirs

La particularité du travail de Claude RILLY consiste à relier la philologie classique, les études méroïtiques étant une branche de l'égyptologie, et la description linguistique appliquée à des langues africaines modernes, pour la plupart presque inconnues.Claude RILLY est chargé de recherche au LLACAN, où il travaille sur la langue du royaume de Méroé, écrite il y a deux millénaires au nord du Soudan. Il est également docteur en égyptologie et linguistique, Secrétaire du Groupe d'Études Méroïtiques de Paris, Co-rédacteur des Meroitic Newsletters, Membre de la Société Internationale des Études Nubiennes.Site du LLACAN
Voir la vidéo
Documentaires

le (25m12s)

Kalimata ou l’art de la poterie chez les Wayana

Une vieille femme du village de Taluwen, sur le haut Maroni, en Guyane française, admire les poteries réalisées par Linia, jeune potière wayana.  Elle nous raconte le mythe de Kuliwelui, l’argile qui avait pris forme humaine pour transmettre l’art de la poterie aux Wayana. En écoutant le mythe, on assiste à toutes les étapes, de la collecte de l’argile en forêt aux finitions, en passant par le façonnage, la cuisson, et le vernis avec l’écorce d’Apulukun (Inga spp.). La question posée est la survie de ces savoir faire traditionnels face à l’occidentalisation des modes de vie. (Marie Fleury)
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte