Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 605
Conférences

le (1h11m46s)

Tourisme et culture surgelée

L'art et la culture deviennent de plus en plus des produits comme les autres, et les stratégies de marketing commencent à égaler celles du commerce. Le monde de l'art, par exemple, se manifeste aujourd'hui comme festival permanent avec, à tous moments, des biennales partout sur le globe. En même temps le rôle de l'artiste change rapidement en celui d'un amuseur. Pourtant il y a conscience générale de la qualité de l'art et la culture, en tant qu'expression d'expériences, de sentiments et de manières de pensée individuelles et collectives, ainsi que de leur capacité de former une mémoire commune. Cela se ...
Voir la vidéo
Conférences

le (21m39s)

Aracy de Carvalho et Margarethe Levy : une amitié née dans l'urgence (Hambourg, 1938)

Cette 3eme édition de la Journée d'histoire des sensibilités s'inscrit dans le cadre du projet quadriennal "L'histoire des sensibilités. Une autre manière d'écrire l'histoire Amériques-Caraïbes-Europe XVIe-XXIe siècles" (Cerma-UMR 8168 coord. Frédérique Langue-Sandra Pesavento). Elle portait cette année sur le thème "Histoires singulières et sensibilités", et a réuni des spécialistes venus du Brésil, du Mexique, du Chili, des Etats-Unis, d'Espagne et de France. Pour consulter le texte de ce projet en cours : http://www.ehess.fr/cerma/ (Enquêtes, rubrique Histoire et anthropologie des sensibilités, n°19)
Voir la vidéo
Documentaires

le (1h27m49s)

Chronique pygmées Bakoya, Gabon, avril 2006

Chronique des Pygmées Bakoya, Gabon avril 2006 : 1- Imbong 2- dix leçons d'ethnomusicologie, 3 Angetse Etienne, chanteur & musicien bakoya de harpe-cithare37 scènes 1- Imbong 2- Au quartier bakoya de Zoula Sylvie Lebomin, ethnomusicologue, enregistre et analyse 10 pièces musicales bakoya en faisant jouer simultanément et/ou successivement les musiciens et les chanteuses. 3- Huit chansons d'Angetse Etienne, chanteur et musicien bakoya d'enye (harpe cithare) à Mékambo. Il est accompagné pour une pièce par Louis Joseph Ambese. Petit récital improvisé à la demande de Sylvie Lebomin, ethnomusicologue en présence de Denis Mimbaye.Chapitres :00 1 Imbong, avril 2006  ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (15m9s)

SIFEM 2006 - Atelier-débat sur le thème de l'évaluation des apprentissages - III

En l'an 2000; le cursus était assez comparable aux autres universités ; la faculté de Rouen a servi de modèle ; chaque année pédagogique a été séparée en quadrimestre; l'ensemble du cursus en comprend 14. Il n'y a pas de réforme exacte en première année. Se pose alors le problème de l'évaluation de cette réforme. Il faut consolider une formation centrée sur les besoins de l'enseigné en évaluant les étudiants selon une modalité multidisciplinaire ou la place de l'enseignant n'est pas le point central. Il faut également substituer le concept de réussite par l'évaluation de la capacité réfexive et l'intégration ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (30m0s)

Chronique aka, Békélé, 13 juin 2006 : soirée de divination par le feu du foyer boka

Soirée de danse divinatoire puis profane sous la direction de Ginza, fils aîné du défunt Yakapata,  chef de village, devin-guérisseur, chanteur, danseur et chorégraphe, meneur de sa troupe familiale à Bordeaux en 1994,  en Allemagne, à Bangui les années suivantes...  AVEC LA PARTICIPATION- des acteurs de la chronique d'Akungu (1986-2006) : Tina, Wawa, Ginza, Mopenyé, Isanya, Mongay, Ndami, Gende, Masoy, Bokayo, Mangutu, Akungu, Makanda... - des habitants actuels du campement  - des parents, voisins & amis du voisinage- d'un patient venu consulter Ginza - de Bobino Topesua Mbato Patrice (assistant-traducteur)  et de son épouse Sylvie ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (4m20s)

Chronique aka 2006, Békélé : Chanson du sida filmée par Mombaka

Place centrale du campement de Békélé (Bagandou, Lobaye, République centrafricaine)C'est Mombaka, le fils aîné de Ginza qui tient la caméra.Ginza exécute sa chanson, "le sida c'est dur". en se faisant accompagner d'abord brièvement par les femmes, dont sa femme, puis par ses frères, fils et cousins aux tambours et par les chants et frappe de mains des enfants.A propos de la capote que la chanson recommande d'utiliser, il mime sa mise en place, puis l'acte sexuel, utilisant ses propres enfants comme partenaires.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte