Canal-U

Mon compte
Canal-uved

0. Des châtaigniers et des hommes - Le renouveau de la castanéiculture dans le Sud européen Introduction


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/canal_uved/embed.1/0_des_chataigniers_et_des_hommes_le_renouveau_de_la_castaneiculture_dans_le_sud_europeen_introduction.33267?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
BRIANE Gérard
JIMENEZ Jean

Producteur Canal-U :
Canal-uved
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

0. Des châtaigniers et des hommes - Le renouveau de la castanéiculture dans le Sud européen Introduction

Le géographe replace son travail de recherche dans le contexte de l’époque. « Il s’agissait alors de savoir pourquoi le châtaignier était cultivé dans certaines régions et pas dans d’autres, pour des raisons qui étaient autres que des raisons environnementales ». Il nous explique l’écologie du châtaignier, les conditions pédologiques, climatiques, édaphiques qui conviennent le mieux à cet arbre. « Comme ce n’était pas un arbre forestier, j’ai voulu montrer les causes de la plantation et surtout la date ». Le chercheur a donc réalisé un travail de géographie historique sur cette essence et, grâce à des documents d’archive importants, retrouvés en Ardèche notamment, il a pu démontrer qu’on avait surtout planté le châtaignier entre le XVIe siècle et la fin du XVIIIe, début du XIXe siècle et, « après, on a arrêté ; avant il n’y en avait pas besoin parce qu’il n’y avait pas grand monde dans les montagnes et après ça a été à la fois la révolution agricole et l’exode rural, donc on n’a plus eu besoin de châtaigniers et de châtaignes pour se nourrir ».

Au moment où il réalisait ses recherches, l’auteur de Terres de Castanide a assisté au déclin de la châtaigneraie vivrière, et sa vision de la castanéiculture européenne, à ce moment-là, était plutôt pessimiste, c’était du moins ce qui se dégageait dans la conclusion de sa thèse, en 1986. Aujourd’hui, trois décennies plus tard, «pour des raisons qui tiennent à l’amour de l’environnement, aux produits identitaires, au tourisme rural », Jean-Robert Pitte constate que, finalement, « un certain nombre de gens ont replanté des châtaigniers et ont imaginé des produits, à base de châtaignes, qui leur permettent, sinon de vivre intégralement à base du châtaignier, mais de constituer, grâce à cet arbre et à ses productions, une part plus ou moins importante de leurs ressources… une série de niches, les unes à côté des autres qui permettent aux gens de vivre. »


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte