Canal-U

Mon compte
Centre d'histoire Sociale - CHS - UMR 8058

Une jeune avocate devant les assises (année 1952 et suiv.)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/chs/embed.1/une_jeune_avocate_devant_les_assises_annee_1952_et_suiv.50787?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Une jeune avocate devant les assises (année 1952 et suiv.)

Cet entretien filmé de maître Odile Flory-Bertrand est axé pour une part sur l'affaire des époux Bac (défendue par l'avocate de 1953 à 1955), qui fut un procès marquant de l'histoire de la légalisation de la contraception en France, mais cette interview aborde également d'autres affaires et moments du parcours de l'avocate, il comprend donc une part biographique. 

Odile Flory-Bertrand fut avocate, de 1948 à 1989 puis juge dans les années 1990. 

Née le 20 juin 1928 à Paris, Odile Flory obtient son certificat d’aptitude à la profession d’avocat (le CAPA) en 1948 (à 20 ans). la jeune femme prête serment en décembre 1948 et travaille chez un avocat (devenu bâtonnier) qui la pousse à passer le concours des jeunes avocats (« le concours de la conférence du stage »). Elle remporte ce concours d’éloquence en 1952.

L’affaire des époux Bac

C'est aux lauréats du « concours de la conférence du stage » que l’on donnait les plus belles affaires. A ce titre, l’affaire des époux Bac sera attribuée à la jeune (et donc brillante) avocate stagiaire, commise d’office, Odile Flory.

L’affaire des époux Bac pourrait ressembler à un triste et simple fait divers. En février 1953, un jeune couple de la banlieue ouvrière parisienne, Ginette et Claude Bac, parents de 4 jeunes enfants, sont accusés du décès de leur dernier bébé, par manque de soins.

Cette affaire donnera lieu à partir de 1954-1955 à une campagne médiatique en faveur de la légalisation de la contraception à l’époque interdite. Cette campagne fut menée notamment par le journal Libération (journal issu de la Résistance et qui cessa d’exister 10 ans plus tard).

Une figure importante de cette campagne pour la légalisation de la contraception fut Marie-Andrée Weill-Hallé (fondatrice de la maternité heureuse qui devint le Planning familial) qui prit contact avec Odile Flory. Rencontre dont se souvient l'avocate, qui se rappelle également avoir marqué clairement sa vonlonté d'exercer son métier (défende les époux Bac) mais sans instrumentalisation d'aucune sorte.

L’affaire Bac et la campagne menée joua un rôle important dans le lent cheminement vers la légalisation de la contraception 12 ans plus tard (Loi Neuwirth 1967).

Affaires d’avortement interdits et autres affaires

A l’occasion de cette interview, nous avons aussi questionné Maître Odile Flory-Bertrand sur les autres affaires qu’elle a pu défendre, durant cette période, notamment des avortements concernant des femmes mises en accusation, mais aussi des médecins et des « faiseuses d’anges ».

Il est donc aussi question de droit des femmes, du regard d’une avocate et magistrate (sur  un demi-siècle) sur l’exercice de ce métier en tant que femme, de son rapport à la déontologie, et à ses convictions intimes. Odile Flory raconte et décrit par exemple ses visites à la prison pour femmes de la Roquette à Paris, et à Fresnes.

Docteur en droit en 1963, Maître Odile Flory-Bertrand s’éloigna du pénal assez rapidement pour se consacrer au civil, au droit de la famille en particulier. Avocate, elle passa « de l’autre côté de la barrière » en 1990, en devenant juge.  Chevalier de la Légion d'Honneur en 2010.

Réminiscences des années 1940

A l’occasion de cette interview, nous avons également  questionné Odile Flory sur ses souvenirs de la période de la guerre et de l’occupation, alors qu’elle était enfant, puis adolescente.

Parisienne, Odile Flory est fille de résistant (son père fut emprisonné à Fresnes en 1943 puis relâché par la gestapo, faute de preuves).

Nous avons également questionné Odile Flory-Bertrand sur sa mère, qui appartenait à un génération (et un milieu social) qui interdisait aux femmes de travailler. Odile Flory-Bertrand se remémore le regret que manifesta toujours sa mère de n'avoir pu se présenter au baccalauréat (la mère d'Odile Flory fut envoyée chez des cousins hors de Paris pour qu’elle ne se présente pas).

Cet entretien a été fait en vue de la réalisation d’un « film du CHS » par Jeanne Menjoulet sur les prémices de la légalisation de la contraception et l’affaire des époux Bac.  Ce documentaire sera réalisé prochainement à l’occasion de la parution en 2019 du livre de D. Voldman et A. Wieviorka « Tristes grossesses – L’affaire des époux Bac ».


Remerciements : Maître Odile Flory-Bertrand, sollicitée par Jeanne Menjoulet en mai 2019 pour relater ses souvenirs concernant l'affaire des époux Bac a accepté de lui répondre, dans le cadre de cet entretien filmé. 

Réaliation interview, images, son, et montage : Jeanne Menjoulet






 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte