Canal-U

Mon compte
Université de Bretagne Occidentale

Présentation du projet Memoria y Exilio / " Manuel Muñoz Martínez : un dirigeant républicain de Cadiz en Bretagne "


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/ubo/embed.1/presentation_du_projet_memoria_y_exilio_manuel_munoz_martinez_un_dirigeant_republicain_de_cadiz_en_bretagne.51355?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Université de Bretagne Occidentale
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Présentation du projet Memoria y Exilio / " Manuel Muñoz Martínez : un dirigeant républicain de Cadiz en Bretagne "

Présidente de séance : Marie-Claude Chaput

Fernando Sígler et Juan Carrasco (Casa de la Memoria La Sauceda) : " Présentation du projet Memoria y Exilio "

Fernando Sígler : " Manuel Muñoz Martínez : un dirigeant républicain de Cadix exilé en Bretagne "

Cette communication porte sur le travail politique réalisé par Manuel Muñoz Martínez, militaire de profession, député républicain de gauche dans les trois assemblées législatives de la Deuxième République espagnole, gouverneur civil intérim de la province de Cadix et directeur général de la Sécurité en 1936. Il a été contraint de s'exiler en France à cause de la persécution du régime franquiste. Muñoz Martínez a connu des vicissitudes tragiques lors de son exil. Au début, en 1939, il était réfugié à Paris. Plus tard, lorsque les nazis envahirent le territoire français en 1940, il s'enfuit en Bretagne et se réfugia à Pont-l'Avée, où il fut capturé par la Gestapo. Il a ensuite été emprisonné à la prison de La Santé, à Paris, et soumis à un procès devant la Cour d'Appel de la capitale française pour une demande d'extradition formulée par le gouvernement de la dictature franquiste. Bien que le gouvernement de Vichy soit opposé à l'extradition, le tribunal accepta la demande du gouvernement franquiste et la police nazi l'envoya à Madrid, où il fut soumis à la cour martiale, condamné et fusillé en 1942. Ce personnage est représentatif du groupe d'andalousiens qui ont décidé de franchir la frontière des Pyrénées lorsque la défaite du régime constitutionnel de la Deuxième République était certaine en raison de l'avance des troupes de coup d'Etat sur tout le territoire espagnol. Comme des milliers de réfugiés, Muñoz Martínez a apporté à la France les idées de démocratie, de liberté et de solidarité qu'il avait défendues en tant que dirigeant politique de son pays. L’exil qu’il a partagé avec son partenaire sentimental, Araceli Zambrano, soeur de l’écrivain et philosophe María Zambrano, qui a également vécu avec eux les premiers mois à Paris, avant de partir pour l’Amérique latine. La raison pour laquelle Muñoz Martínez s’est réfugié en Bretagne après l’invasion des Paris par les nazis, c’est qu’il était lié à un industriel français, Charles Fol, qui possédait une maison à Pont-l'Avée, qu'il a mise à la disposition de Muñoz et Aracelia par se cacher de leurs persécuteurs. Mais la tragédie était écrite. Muñoz Martinez faisait partie d'une liste avec les noms des dirigeants politiques républicains que Franco voulait arrêter avec l'aide de la Gestapo, et la police politique allemande a rempli sa mission. Muñoz a été arrêté et emprisonné. Dans la prison de La Santé, il a gardé une correspondance avec Araceli Zambrano, qui a pu suivre une fois en Bretagne et une autre fois à Paris, dans l'espoir de voir son partenaire sentimental libre un jour. Mais il ne pouvait pas réaliser son souhait car Muñoz avait été livré à la police franquiste et abattu sans qu'elle puisse lui dire au revoir.

Fernando Sígler Silvera. Doctorat en Histoire et diplôme d'Études supérieures en Sciences Politiques de l'Université Nationale d'Enseignement à Distance (Madrid). Il rend actuellement compatible son travail en tant que tuteur de la classe de l'UNED d'Olvera (Cadix) avec sa collaboration à l'organisation des archives documentaires de la Maison de la Mémoire de La Sauceda, à Jimena de la Frontera (Cadix), où il développe plusieurs projets, parmi lesquels le projet “Mémoire et l'exil”. Il a écrit plusieurs livres, dont Cautivo de la Gestapo. Héritage et tragédie du député républicain et Cádiz Mason Manuel Muñoz Martínez. Participe à la rédaction d'un livre sur la répression franquiste dans la Sauceda et le Marrufo, qui sera publié en 2019.

Télécharger le programme complet du colloque ici.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 " 1939-2019 : Première commémoration officielle franco-espagnole de la Retirada "
 " Resistir. Les républicains espagnols en Bretagne de la Retirada à la Résistance "
 " Las indemnizaciones de la República Federal de Alemania a los exiliados españoles que trabajaron en la Organización Todt en Bretaña "
 " Yves K'ourio, un volontaire aux origines bretonnes engagé dans le Bandera Jeanne D'Arc, 1936-1944 " / Petit panorama des BD et romans graphiques sur le guerre d'Espagne et l'exil / Présentation de la BD Sept athlètes (Delcourt, 2017)
 Rencontre avec Maya Tévally et Roselyne Chenu
 " Enseigner par temps de guerre et d'exil "
 " Le Finistère : accueil et vie des enfants de la guerre d'Espagne "
 Théâtre amateur étudiant : " Crímenes ejemplares ", de Max Aub
 " Dynamique de l'enseignement de l'espagnol dans le secondaire dans l'Académie de Rennes " / Présentation de projets pédagogiques sur la guerre d'Espagne et l'exil
 " Itinéraires d'un fils d'exilé catalan "
 " José Bergamín y la Junta de Cultura Española (1939-1940) "
 " El teatro de Bergamín en Francia " / " Voces del exilio: las vueltas de Max Aub et José Bergamín " / " Tea rooms : questionnements autour du travail féminin dans le Madrid des années 30 " / Témoignage de Roselyne Chenu sur José Bergamín
 " La mémoire historique en Espagne : de la revendication citoyenne à la bataille législative. La longue marche vers la reconnaissance du passé traumatique du pays " / " Les héritiers de la mémoire "
 " L'écriture et la mémoire dans l'œuvre d'Alfons Cervera "
 Rencontre avec Alfons Cervera. Présentation de l'ouvrage " Un autre monde "
 Ciné-rencontre : " El Silencio de otros " / Projection suivie d'un échange sur la question de la mémoire avec Alfons Cervera
 " Vie de goéland. María Casarès et la Bretagne "
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte