Canal-U

Mon compte
Inria

Réduction de modèles de voies de signalisation intracellulaire


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/inria/embed.1/reduction_de_modeles_de_voies_de_signalisation_intracellulaire.17571?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
FERET Jérôme

Producteur Canal-U :
Inria
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Réduction de modèles de voies de signalisation intracellulaire

Les voies de signalisation intracellulaire sont des cascades d'interaction entre protéines, qui permettent à la cellule de recevoir des signaux, de les propager jusqu'à son noyau, puis de les intégrer, ce qui, in fine,  influe sur le comportement global de la cellule. Les protéines s'associent entre elles sur des sites de liaisons, puis modifient la structure spatiale de leurs voisines, ce qui a pour effet de cacher ou de découvrir leurs autres sites de liaisons, et donc d'empêcher ou de faciliter d'autres interactions. De vastes bases de données ont été conçues pour répertorier les différentes interactions connues entre les sites des protéines. Cependant, nous ne savons toujours pas clairement comment les propriétés physiologiques de la cellule émergent de ces interactions.

 

La difficulté principale est la grande combinatoire de ces modèles. En effet, chaque protéine a beaucoup de sites de liaisons. Ainsi, un très grand nombre de complexes biomoléculaires différents peut se former. Pour décrire ces modèles, nous proposons d'utiliser des graphes pour la représentation des complexes biomoléculaires et des règles de réécritures pour la spécification des interactions entre les protéines. En particulier, ces règles sont contextuelles : elles décrivent non seulement les transformations sur les complexes biomoléculaires, mais aussi les conditions nécessaires à ces transformations. Ceci offre une représentation très compacte et pratique d'un modèle. Par ailleurs ces règles permettent de formaliser le comportement des modèles à différents niveaux d'abstraction (qualitatifs ou quantitatifs). Malheureusement, l'écueil de la complexité combinatoire refait surface lorsque l'on cherche à calculer de manière effective ce comportement.

Nous proposons une méthode pour réduire la taille des systèmes différentiels qui décrivent le comportement de ces modèles.  Nous utilisons une analyse du flot d'information entre les différents sites des complexes biomoléculaires. Ainsi, pour chaque site de liaison d'un complexe biomoléculaire, nous détectons quelles sont les parties de ce complexe qui peuvent influencer la capacité de lier ou de délier ce site. Nous en déduisons des paires de sites dont on peut abstraire la relation entre l'état de liaison, car les ensembles de sites qu'ils peuvent influencer sont disjoints. Cela nous permet de découper les espèces biomoléculaires en plus petits morceaux (en séparant de telles paires de sites). Nous obtenons ainsi un système différentiel portant sur la concentration de ces morceaux de complexes biomoléculaires, qui sont beaucoup moins nombreux que les complexes biomoléculaires du système différentiel du modèle initial, et ce sans jamais avoir écrit explicitement ce système initial. Pourtant, notre méthode de réduction est exacte : nous avons la preuve que la solution du système obtenu, est la projection exacte de la solution du système initial.

  •  
    Label UNT : Unisciel
  •  
    Date de réalisation : 2 Avril 2015
    Durée du programme : 38 min
    Classification Dewey : informatique moléculaire
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Informatique, Informatique
    Collections : La demi-heure de science : pourquoi mène t-on des recherches dans ce domaine là ? Inria Paris - Rocquencourt
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : FERET Jérôme
    Editeur : INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique)
  •  
    Langue : FRA
    Mots-clés : modèle, réduction, signalisation, intracellulaire
    Conditions d’utilisation / Copyright : © Inria Paris - Rocquencourt
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Explorations Mathématiques de l'activité du cerveau
 Logic-based static analysis for the verification of programs with dynamically allocated data structures
 Resolving Entities in the Web of Data
 Wireless In the Woods: Monitoring the Snow Melt Process in the Sierra Nevada
 Phénomènes Aléatoires dans les Réseaux
 Modèles mémoire pour les multiprocesseurs à mémoire partagée
 Gestion de données personnelles respectueuse de la vie privée
 Génération de maillages pour la simulation numérique
 Transport Optimal et théorème de Brenier
 Réseau optiques, algorithmes et probabilités
 Apprentissage automatique et Big Data
 Quelques questions biomathématiques soulevées par les axes neuro-endocriniens
 Codes correcteurs quantiques
 Quelques modèles solubles pour le trafic routier
 Interopérabilité de protocoles pour des systèmes mobiles émergents dans l’Internet du futur
 Preuve automatique de la sûreté de logiciels critiques
 Cryptanalyse : le fondement de la sécurité
 Transitions de phase : entre physique, mathématiques et informatique
 OCamlPro : promouvoir dans l’industrie un langage de programmation issu de la recherche
 Mesure de la qualité d'expérience Internet depuis le réseau domestique
 Langages de programmation et concurrence, une relation toujours épineuse
 Test et vérification automatique pour systèmes musicaux interactifs
 Aspects temporels dans les systèmes embarqués critiques
 Utilisation d’algorithmes de calcul scientifique en topologie et vice-versa
 Futurs véhicules terrestres : autonomie ou automatisation ?
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte