Canal-U

Mon compte
Maison européenne des sciences de l'homme et de la société

La décision à l’œuvre


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/meshs/embed.1/la_decision_a_l_uvre.13157?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


La décision à l’œuvre

Pierre-Marc De Biasi — L’(in)achèvement du texte : fiction critique et processus génétiques

 

« FINI! mon vieux! — Oui, mon bouquin est fini! (...) Je suis à ma table depuis hier, 8 heures du matin. — La tête me pète. N’importe ! J’ai un fier poids de moins sur l’estomac. »
Quand Flaubert écrit ce petit billet à son ami Jules Duplan, le 16 mai 1869, à « 5 heures moins quatre du matin » après 21 heures de travail ininterrompu, il semble bien convaincu que L’Éducation sentimentale, en chantier depuis près de cinq ans, et qui aura exigé 9000 pages de brouillons et documents, est enfin « achevée »… Mais parler d’« achèvement » n’est qu’une façon de désigner la fin toute provisoire d’une phase (ici la phase « rédactionnelle ») dans les métamorphoses peut-être inachevables de l’écriture. Entre l’état du manuscrit définitif « achevé » ce 16 mai 1869 et le texte publié à la fin de la même année, des milliers de transformations (autographes et allographes) auront encore lieu. Et de l’édition de 1869 à celle de 1880, des milliers d’autres modifications, parfois majeures, viendront à nouveau transformer le texte de l’œuvre. Sans parler, bien entendu, de toutes celles qui ne manqueront pas de s’y ajouter après la mort de l’écrivain… Rapporté à ce que montrent les manuscrits et les états variants du texte, « l’achèvement » n’est qu’une fiction aussi nécessaire et insuffisante que son contraire, l’inachèvement. Le texte n’existe pas, l’achèvement non plus, si ce n’est comme concepts heuristiques et régulateurs d’une certaine vision historique de l’écrit.

Pierre-Marc De Biasi est écrivain et directeur de recherche au CNRS. Il dirige l’institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, UMR 8132 ; CNRS - ENS). Spécialiste de génétique littéraire, on lui doit de nombreux textes théoriques sur l’analyse des manuscrits modernes et la genèse de l’œuvre, l’histoire de l’écriture et les nouvelles technologies, ainsi que plusieurs essais, éditions ou études des textes et manuscrits de Flaubert : Carnets de travail, Balland, 1988 (prix de la critique de l’Académie française), L’Éducation sentimentale, Seuil, 1993, Madame Bovary, Imprimerie Nationale, 1994.

 

Dominique Viart — L’inscription de la décision dans l’œuvre. De Francis Ponge à Pierre Michon

Depuis Francis Ponge, l’hésitation — et donc la décision — de l’écrivain devant sa page ne se dissimule plus : elle s’affiche, devient partie intégrante de l’œuvre, qui l’énonce et parfois en joue. Bien des textes contemporains formulent ainsi explicitement leurs enjeux, les décisions formelles et les choix esthétiques qu’ils opèrent. C’est ce geste que l’on se propose de mettre en évidence et d’interpréter à travers les livres de quelques écrivains majeurs de notre temps : Annie Ernaux, Pierre Michon, Patrick Deville, François Bon…

Dominique Viart est professeur de littérature française moderne et contemporaine à l’université Lille 3 (ALITHILA, EA 1061). Il est membre de l’Institut universitaire de France. Il a notamment publié Une Mémoire inquiète, PUF, 1997, Presses Universitaires du Septentrion, 2010 ; François Bon, étude de l’œuvre, Bordas, 2008 ; avec Bruno Vercier, La Littérature française au présent : héritage et mutations de la modernité, Bordas, 2005, réédition augmentée, 2008.

 

Séance introduite par Marianne MASSIN, maître de conférences en philosophie de l’art et esthétique à l’université Lille 3, membre du laboratoire Savoirs, textes, langage (STL, UMR 8163 ; CNRS - Lille 3 - Lille 1).

  •  
  •  
    Date de réalisation : 11 Avril 2011
    Durée du programme : 125 min
    Classification Dewey : Littérature
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Lettres classiques, langue et Littérature française
    Collections : Printemps des sciences humaines et sociales, édition 2011: (se) décider ?
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : DE BIASI Pierre-Marc, VIART Dominique, MASSIN Marianne
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : écriture, oeuvre, écrivain
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 La richesse et les entreprises
 Globalisation et montée des inégalités de revenus et de richesse
 La richesse en art et les collections. table ronde avec Alain Fleischer, Nathalie Guiot et Sophie Lévy
 L’accumulation de richesses: admiration, envie et réprobation
 Le sport, pour une richesse responsable ?
 La violence des riches
 Argent et littérature : quelques réflexions sur le XIXe siècle
 Une philosophie de la consommation (richesse et sujet moral)
 Peut-on parler de richesse naturelle ?
 Statistiques, société et décision
 Les jeux de la décision (économie et risques)
 Ressorts psycho-sociaux et neurologiques de la décision
 La décision médicale, entre méthode et dilemmes
 De la décision en politique
 Décision politique, décision stratégique
 Rationalité et irrationalité de la décision
 Vrai boulot / bon boulot / sale boulot
 Les frontières du travail
 Ce que disent les archives des mutations du travail dans le nord
 La souffrance au travail
 Le rire des religions
 Rire, humour et littérature
 Rire et totalitarismes
 Le rire soigne-t-il ? Une réflexion sur le rire à l'hôpital
 Le rire politique et l'espace public
 Théâtres du rire : Antiquité et modernité. Autour d'Aristophane.
 Pourquoi rit-on ? (Si l'on rit)
 Éclats de rire, Olivier Mongin
 Le propre de l'homme ? Il y a de quoi rire !
 Un droit au travail ? Les promesses d'une utopie.
 Qu'est-ce que le travail ?
 Un ouvrier à la chaîne, dialogue avec un sociologue, Christian Corouge et Michel Pialoux
 Où en est la valeur-travail ? par Dominique Méda
 Le travail et sa représentation. Lectures et table ronde.
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte