Canal-U

Mon compte
Université Paul-Valéry Montpellier 3

La réussite des étudiants à l'université et les évolutions des missions des enseignants-chercheurs


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/um3/embed.1/la_reussite_des_etudiants_a_l_universite_et_les_evolutions_des_missions_des_enseignants_chercheurs.18321?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
ANNOOT Emmanuelle

Producteur Canal-U :
Université Paul-Valéry Montpellier 3
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

La réussite des étudiants à l'université et les évolutions des missions des enseignants-chercheurs

Emmanuelle Annoot

Professeur des Universités (Université de Rouen)

En France, l'université reste "l'institution de masse par laquelle se fait l'essentiel de la promotion scolaire et intellectuelle des classes populaires" (Beaud & Convert, 2010, p.6). Toutefois, les statistiques montrent qu'il existe une hiérarchie des filières dans lesquelles sont répartis les étudiants qui n'est pas sans rapport avec leurs origines sociales. De plus, l'échec des étudiants de premier cycle est considéré par les pouvoirs publics comme un frein à la performance du système universitaire car il représente non seulement un gâchis financier mais aussi un obstacle à l'élévation du niveau de qualification des jeunes. Depuis le tutorat mis en place par la réforme Bayrou jusqu'à la récente loi d'orientation sur l'enseignement supérieur de 2013 en passant par le "Plan réussite en licence", la réussite des étudiants est donc présentée comme une priorité pour l'enseignement supérieur en France.

Or, force est de constater, résultats de recherche à l'appui, que le bilan sur la portée des dispositifs mis en oeuvre est mitigé. Les enseignants-chercheurs ont connu la massification des études supérieures puis le processus de Bologne renforçant le mouvement de professionnalisation des formations universitaires. Ces changements les ont conduits à des adaptations, des transformations de leurs pratiques pédagogiques face à de nouveaux publics dans une université en mutation.

Si les universitaires ont souvent pris les devants pour initier des pratiques suscitant l'engagement du public étudiant vers l'acquisition de nouvelles connaissances ou compétences, la question de leur formation pédagogique initiale et continue est aujourd'hui d'actualité alors que le principal moteur de leur promotion reste la production scientifique. Certaines universités se dotent de structures de pédagogie universitaire tandis que des ESPE proposent des séminaires pour la formation continue des enseignants du supérieur.

Quelles sont les tensions, les contradictions sous-jacentes à la question de la réussite des études universitaires ? Comment interpréter le récent attrait pour la pédagogie universitaire dans le champ du politique et dans les établissements ? Quels sont les leviers pour favoriser un apprentissage de qualité chez les étudiants et la construction de leur autonomie sociale et intellectuelle ? Quelles conséquences sur les missions des enseignants-chercheurs ? Au coeur de ces transformations, quelle place peut occuper la recherche en sciences de l'éducation ?

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte