Canal-U

 
Université de tous les savoirs

La linguistique descriptive au 20e siècle


Envoyer la page à un ami

Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/embed.1/la_linguistique_descriptive_au_20e_siecle.869?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copier le code : h m s
Auteur(s) :
BLANCHE-BENVENISTE Claire

Producteur Canal-U :
Université de tous les savoirs
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


La linguistique descriptive au 20e siècle

Conférence du 13 février 2000 par Claire Blanche-Benveniste. La linguistique "descriptive", discipline qui se donne pour tâche de décrire les différentes langues parlées par les hommes dans le monde, s'est trouvée au cours du XXème siècle placée au coeur de grandes polémiques. Comme dans d'autres disciplines, les spécialistes ont cherché des méthodes permettant de rendre compte à la fois de la très grande diversité des phénomènes attestés par les langues ("Les langues peuvent différer sans limite"", affirmait M. Joos en 1966 à propos des langues indiennes d'Amériques) et des caractéristiques universelles qu'on pouvait y déceler (par exemple "les propriétés formelles de toute langue humain possible", comme l'écrivait Chomsky en 1957).

Parvient-on à concilier la description sur le terrain et la recherche cognitive ? N'a-t-on pas déjà décrit toutes les langues ? Reste-t-il des zones vierges, comme les taches blanches dans les anciennes cartes de géographie ? Ou bien s'agit-il seulement de tout recommencer avec des méthodes nouvelles, y compris pour des langues déjà si souvent décrites au cours des siècles passés, comme le français ?"

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Mathieu 22/12/2012 18h37

Je viens juste, l'évocation du verbe "être" chez Aristote dans la conférence ayant chez moi ravivé un questionnement, chercher indications quant à l'apparition du iota dans "ousia" alors que les grammaires grecques et les ouvrages de J. Chantraine et M. Lejeune en ma possession ne m'expliquent cette variation par rapport au participe pluriel neutre que je ne trouve qu'en "ousa".
S'il se trouve un savant, je le remercie par avance ! Cordialement.
 

Dans la même collection

FMSH