Canal-U

 
Université de tous les savoirs

La psychiatrie


Envoyer la page à un ami

Copier le code pour partager la vidéo :
<iframe width="550" height="306" src="http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/embed.1/la_psychiatrie.1384?width=550&amp;height=306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copier le code : h m s
Auteur(s) :
GOLSE Bernard

Producteur Canal-U :
Université de tous les savoirs
J’aime
Sélectionner une séquence pour Mon Canal-U

La psychiatrie

Les sciences humaines n'ont pas à être opposées aux sciences fondamentales. La psychiatrie et la pédopsychiatrie appartiennent aux sciences humaines et à ce titre , elles ont une prétention légitime à la scientificité, mais elles sont plus proches des sciences narratives que des sciences expérimentales.

Paul Ricoeur déclarait : « l'être humain est un être de narration , son identité est une identité narrative ». L'histoire est au coeur du développement de l'enfant, de l'adolescent, de ses troubles. On dit parfois, l'histoire bégaie mais elle ne se répète pas, et c'est le cas de la rencontre clinique qui est un processus singulier et unique.

En ce début de XXIème siècle nous sommes à la croisée des chemins. Le XXème siècle aura été celui de la découverte du code génétique et on dit que le XXIème siècle sera celui de la compréhension de la pensée, de la cognition, du désir. Il est intéressant, après un aperçu des données ressentes de la pédopsychiatrie, de réfléchir aux enjeux conceptuels de ces nouvelles données pour finir sur la place de la pédopsychiatrie dans notre société.

  •  
    Label UNT : UN3S
  •  
    Date de réalisation : 15 Janvier 2004
    Durée du programme : 85 min
    Classification Dewey : Troubles psychiatriques, Pédiatrie
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Psychiatrie, Pédiatrie
    Collections : Les nouvelles thérapies, soigner demain
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : GOLSE Bernard
    producteur : UTLS - la suite
    Réalisateur(s) : UTLS - la suite
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : pédopsychiatrie
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

aufildesjours 29/09/2012 04h44

Ce beau discours ne serait-il que poudre aux yeux ? Pourquoi les psychanalystes les plus dogmatiques sont-ils toujours réfractaires à la résidence alternée alors que 90% des études qui sont issues de la psychologie universitaires démontrent que c'est positif pour l'enfant ?

Dans son livre « Quand les parents se séparent », Françoise Dolto (psychanalyste) tient des propos « étranges » sur la parentalité du père (page 53). Le père n'existerait qu'à travers le regard de la mère... Les hommes qui s'occupent de leur enfant avant 18 mois manquent de virilité...! Un enfant qui souffre de ne pas avoir été éduqué par son père doit être soigné et on doit lui expliquer qu'il est dans l'ordre normal des choses qu'un père ne s'occupe pas de son enfant...! Il y a aussi Lacan (psychanalyste), qui affirmait que le père doit rester en retrait des premières appréhensions affectives. Winnicott (psychanalyste) estimait préférable qu’un père n’apparaisse pas trop tôt dans la vie de son enfant ! Naouri (psychanalyste) prétendait quand à lui qu’on doit chercher le père dans la mère et pas ailleurs...! Aujourd’hui, on enseigne encore cela dans les universités alors que ces pseudos-théories psychanalytiques sont largement contredites par la connaissance actuelle ! Aujourd’hui, tout le monde sait, y compris les bons psychanalystes, que le rôle du père a une importance considérable dans le développement de l’enfant et cela même avant sa naissance. Pourtant une large proportion de psychanalystes dogmatiques (ou psychologues d'obédience psychanalytique) interviennent en tant que conseillers, formateurs ou experts auprès des Juges pour Enfant et auprès des Juges aux Affaires Familiales (JAF).

En France, les conséquences sont :
- la résidence alternée (RA) des enfants de parents séparés n'est accordée qu'à la hauteur de 17% environ alors que cette disposition a été placée en tête dans le code civil pour bien insister sur le fait que la RA constitue la priorité dans le choix des modes de garde (Débats parlementaires 2002).
- 34% des enfants du divorce ne voient plus du tout leur père (Rapport parlementaire N 2832 du 25 janvier 2006 relatif a la famille et aux droits des enfants),
- environ 1000 pères de famille se suicident chaque année suite à la perte de leurs liens affectifs avec leurs enfants (Travaux préparatoires à l’élaboration du Plan Violence et Santé en application de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004),
- Délinquance, violence, drogue, alcool et échec scolaire (il existe une abondante documentation, notamment anglo-saxonne, sur ce sujet).

Finalement, on remarquera que les professionnels de l’enfance plutôt opposés à la résidence alternée sont très majoritairement psychanalystes dogmatiques (ou d'obédience psychanalytique), alors que ceux qui y sont plutôt favorables sont davantage psychologues universitaires. Contrairement à ces psychanalystes, les psychologues universitaires sont les auteurs d'études généralement publiées dans des revues internationales sérieuses comme The Current Content and Behavior Science, etc. Il n'existe aucune étude sérieuse anti-résidence alternée.

Pour résumer, nous soutenons que dans la majorité des cas, un psychanalyste dogmatique ne peut pas être favorable à la résidence alternée, non pas parce qu'elle serait néfaste à l'enfant, mais parce que les fondamentaux de la psychanalyse, vieux d'environ 150 ans, intègrent des notions : subjectives, sexistes, infondées et largement contredites par la connaissance actuelle (voir en psychologie universitaire). Les JAF ne sont probablement pas directement responsables des souffrances que leurs décisions génèrent sur les enfants. D'ailleurs, les statistiques montrent que les JAF ne sont pas massivement opposé(e)s à la résidence alternée puisque celle-ci est généralement accordée lorsque les deux parents la demandent... Ces souffrances sont surtout liées au fait que ces JAF sont majoritairement conseillé(e)s par des psychanalystes réactionnaires, dogmatiques (ou d'obédience psychanalytique)...
 

Dans la même collection

Cerimes