Canal-U

 
Université Rennes 2 - CREA

La sociolinguistique française : entretien avec Jean-Baptiste Marcellesi


Envoyer la page à un ami

Copier le code pour partager la vidéo :
<iframe width="550" height="306" src="http://www.canal-u.tv/video/universite_rennes_2_crea_cim/embed.1/la_sociolinguistique_francaise_entretien_avec_jean_baptiste_marcellesi.5009?width=550&amp;height=306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copier le code : h m s
J’aime
Sélectionner une séquence pour Mon Canal-U

La sociolinguistique française : entretien avec Jean-Baptiste Marcellesi

Jean-Baptiste Marcellesi est l'un des "pères fondateurs" de la sociolinguistique en France ; ses travaux, sa réflexion, son oeuvre internationalement reconnus, cités, commentés encore à ce jour, se sont déployés sur deux thèmes clés : l'épistémologie de la sociolinguistique (méthodes, concepts, théories, histoire) et les langues régionales, notamment la langue corse.

Ces thèmes s'interpénètrent tant dans le parcours du chercheur que dans l'élaboration de sa réflexion, par ce va-et-vient permanent entre terrain, théorisation et enjeux sociaux qui caractérise une approche réellement sociolinguistique. Cet entretien, réalisé en septembre 2001, constitue un témoignage essentiel de l'émergence de la sociolinguistique dans les champs scientifiques et sociaux francophones et permet de comprendre ses actuels développements.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Marie-Jeanne Verny, mcf occitan Université Paul Valéry 16/01/2013 12h00

Merci pour ce document remarquable. Quelle est la date à laquelle il a été réalisé ?
Quelle fulgurance de pensée dans sa complexité !
Quelle vision humaniste et savante à la fois des langues et des cultures !
Et quel plaisir d'avoir la confirmation d'une vieille intuition : les occitanistes, dans leur conception de l'unité de la langue dans sa diversité, y compris dans l'acceptation qu'on puisse, ça ou là, pour les besoins de la compréhension des locuteurs, parler de "provençal" ou de "gascon"... Finalement, comme Monsieur Jourdain, nous faisons de la polynomie sans le savoir...
Mais nous sommes en plus, comme Marcellesi, des gens qui, sur le terrain, nous battons pour que vive notre langue, et qu'elle ne devienne pas un objet de laboratoire ou une collection d'insectes livrée à la curiosité de quelque entomologiste...
 
Cerimes