Canal-U

Mon compte

BADIOU Alain

Né à Rabat au Maroc en 1937, Alain Badiou est philosophe, romancier et dramaturge.
Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, il enseigne d'abord en lycée, puis à la faculté de lettres de Reims.
Membre du Parti socialiste unifié (PSU), dirigé alors par Michel Rocard, il se situe, avec d’autres militants intellectuels, au sein des courants se réclamant du marxisme-léninisme. Il rejoint à
Normale le groupe Spinoza, constitué en 1967 par Althusser, puis prend part, en 1969, à la création du mouvement maoïste de l'UCF.
Dans les années 1968-1969, Alain Badiou intègre l’équipe du Centre universitaire expérimental de Vincennes et contribue au développement de cette université qui s’installera ensuite à Saint-Denis sous le nom de Paris-VIII. Il est nommé professeur à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1999, puis professeur émérite.
Il a également été directeur de programme au Collège international de philosophie entre 1989 et 1995. Il a longtemps codirigé avec Barbara Cassin la collection «L’ordre philosophique » aux éditions du Seuil, et dirige depuis 2007 la collection philosophique « Ouvertures », chez Fayard.
Fondateur du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine, Alain Badiou est aujourd'hui une figure de renom de la vie intellectuelle française et l’un des philosophes français les plus connus à l’étranger, notamment en Amérique latine, aux États-Unis et en Asie.
En dehors de son activité de philosophe, Alain Badiou est romancier et dramaturge. Dans les années 60, il publie les romans Portulanset Amageste. Plus récemment, Alain Badiou transpose Les Misérables, de Victor Hugo, avec le roman Calme bloc ici-bas (1997, POL), où l’on suit la vie d’innombrables personnages confrontés à de terribles évènements historiques, sur près d’un demi-siècle. Il est également l'auteur de pièces de théâtre comme La Tétralogie d’Ahmed (réunies par Actes Sud en 2010), et Le second procès de Socrate (Actes Sud, 2015), ou encore d’un livret d’opéra, L’Écharpe Rouge, mis en musique par Georges Aperghis et en scène par Antoine Vitez.
Parmi ses essais, on compte notamment L’Être et l’évènement (1988), Le Siècle (2005) et Logiques des mondes (2006) aux éditions du Seuil, De quoi Sakorzy est-il le nom ? (Nouvelles Éditions Lignes, 2007), Second manifeste pour la philosophie (Fayard, 2009), L' Antiphilosophie de Wittgenstein (Nous, 2009), Éloge de l’amour (Flammarion, 2009), L’ hypothèse communiste (Nouvelles Éditions Lignes, 2009) et, récemment, Que faire ? Dialogue sur le communisme, le capitalisme et l'avenir de la démocratie, avec Marcel Gauchet, (philosophie édition, 2014), et Métaphysique du bonheur réel (PUF, 2015).

 


 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte