Canal-U

Mon compte

Wenders Wim

Après avoir entamé des études de médecine puis de philosophie, Wim Wenders entre à l'école de cinéma de Munich. Parallèlement, il publie des critiques de films et des textes sur le rock dans les revues allemandes Kritik et Süddeuttsche. Durant ses années d'étude, le jeune homme tourne six courts métrages. Son premier film 'Summer in the City', récit d'une errance dans le milieu urbain, sort en 1970 et marque la fin de sa formation. Les références à l'Amérique et le thème des obstacles à la communication préfigurent ses films suivants. Le cinéaste prouve ensuite la constance de son univers : ses films ne parlent pas du passé, mais du présent, de l'avenir et de la disparition du vieil humanisme européen. En 1984, 'Paris, Texas', couronné à Cannes, recèle un potentiel émotif que son film suivant 'Les Ailes du désir' confirme par son symbolisme. Tous les univers sont explorés et le réalisateur se penche sur les changements survenus après la chute du mur de Berlin en 1993 dans 'Si loin si proche'. Cannes lui rouvre grand les bras quatre ans plus tard pour 'The End of Violence', polémique dénonçant la violence aux Etats-Unis. Avec 'Buena vista social club', il présente au public un documentaire sur la musique cubaine. Réalisateur engagé, Win Wenders signe 'Land of Plenty', tourné en DV, sur les conséquences des attentats du 11 Septembre. Par la suite, il filme la musique blues dans 'The Blues Series : The Soul of a Man' et, en 2005, 'Don' t Come Knocking' est sur les écrans. Cinéaste engagé jusqu'au bout des ongles, Wim Wenders filme les controverses sans concession et toujours avec succès.


 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte