Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Maison des Sciences de l'Homme, Bordeaux
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/h5a5-nq83
Citer cette ressource :
Bordeaux Montaigne. (2024, 9 avril). Pour un théâtre mineur : À propos des travaux de Lina Majdalanie, Rabih Mroué, Walid Ra’ad et Ali Eyal. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/h5a5-nq83. (Consultée le 19 juin 2024)

Pour un théâtre mineur : À propos des travaux de Lina Majdalanie, Rabih Mroué, Walid Ra’ad et Ali Eyal

Réalisation : 9 avril 2024 - Mise en ligne : 28 mai 2024
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Le paysage théâtral germanophone est probablement le mieux subventionné au monde. C’est un grand avantage, mais aussi un inconvénient. En effet, les grands théâtres publics et municipaux dotés d’ensembles permanents sont, de par leur structure, conservateurs. Néanmoins, au cours des dernières décennies, on s’est efforcé de les diversifier et de faire davantage de place aux personnes issues de l’immigration sur les scènes et derrière elles. Toutefois, de nombreuses manifestations de ce que l’on appelle le « théâtre postmigrant » s’accompagnent de tokenisme, de paternalisme et d’une culture du double standard.

En revanche, les travaux des quatre artistes que j’évoquerai dans mon exposé se distinguent par le fait qu’ils ne se contentent pas d’alimenter l’industrie culturelle existante, mais qu’ils la transforment en même temps par de nouvelles formes. Ils travaillent à un art qu’il est difficile de classer dans les catégories existantes et que l’on pourrait donc peut-être qualifier de « mineur » en utilisant un terme forgé par Gilles Deleuze et Felix Guattari pour la littérature de Kafka et par Deleuze pour le théâtre de Carmelo Benes : Petit, minoritaire, opposé à la prétention de représenter une nation, une culture ou quoi que ce soit d’autre.