Cours/Séminaire

Baudelaire : Lesbos & limbes

Réalisation : 19 mai 2022 Mise en ligne : 15 septembre 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Baudelaire au lycée Louis-Le-Grand à Paris écrit en 1836-1838 des poèmes : mais il est banal de « faire des vers » à l'époque, c'est l'apprentissage normal de ceux qui réussissent à aller jusqu'au lycée. Le millier de journaux existants publie des poèmes — ils intéressent leurs lecteurs ; les plus grands prosateurs, Verne, Zola, ont commencé par... des vers.

Au début de la décennie 1840, la poésie romantique, celle de Chateaubriand, de Lamartine, est sur le déclin. Baudelaire va à la fois s'inspirer du romantisme et s'en écarter — notamment par ses thèmes, quasi immoraux ; ce type de contradictions est constitutif du personnage et de son œuvre.

Ecrivant dans la presse à propos des Salons de peinture qui avaient lieu chaque année à Paris, il décrit l'art comme suit (Salon, 1846): « La poésie gît dans l'âme du spectateur et le génie consiste à l'y réveiller.»

_____________________________

Son recueil principal et quasi-unique, sur lequel il travailla sa vie durant, Les Fleurs du Mal (1857), a failli s'appeler Les Lesbiennes. L'île grecque de Lesbos était le lieu privilégié de la poésie dans l'imaginaire du 19e siècle — le lieu vers lequel le cadavre d'Orphée était censé avoir dérivé. C'était aussi la patrie de la poétesse Sappho, au VIe siècle avant J.-C., qui créa à Lesbos une école de poésie, pour les femmes notamment. Cette école a aussi inspiré la Pléiade et Ronsard.

Lesbos est aussi associée à l'image religieuse de la Chute, puisque la légende rapporte que Sappho se serait jetée dans la Mer Egée.

_____________________________

Mais son recueil a aussi failli s'appeler Les Limbes. Cet endroit, une frontière, un entre-deux, où reposent l'humanité d'avant le Christ, qui n'a pas connu la Révélation, et les enfants mort-nés ou morts avant d'être baptisés. C'était ainsi une inspiration religieuse — la même que celle de Dante et de son Enfer.

Plus prosaïquement, « être dans les limbes », enfant mort-né, c'est l'expression qu'on appliquait à tous ces recueils de poésie de l'époque, publiés et sans lecteurs.

Mais c'est aussi une signification politique (notion à manipuler avec précaution concernant Baudelaire). Il était proche des milieux du socialisme utopique ; Fourier appelait période limbique l'âge présent du début de la conscience sociale et du malheur industriel combinés. Nul doute que Baudelaire ait pu être sensible à cette image.

Finalement, la « modernité » (celle du Second Empire notamment) est l'époque d'un héroïsme où chacun doit trouver sa voie, sa voix — et le poète plus que tout autre.

(libre transcription par A. Moatti du contenu de la vidéo, bien plus riche, avec des extraits de poèmes lus par l'intervenant)

 

 

Intervenants
Thèmes
Notice
Contacter