Canal-U

Mon compte
Association française de sociologie

"Que les meilleur-e-s gagnent ? Performances et naturalisation des corps sportifs", semi-plénière avec la participation d'Anaïs Bohuon et Manuel Schotté


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/afs/embed.1/que_les_meilleur_e_s_gagnent_performances_et_naturalisation_des_corps_sportifs_semi_pleniere_avec_la_participation_d_anais_bohuon_et_manuel_schotte.20116?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Association française de sociologie
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

"Que les meilleur-e-s gagnent ? Performances et naturalisation des corps sportifs", semi-plénière avec la participation d'Anaïs Bohuon et Manuel Schotté

Que les meilleur-e-s gagnent ? Performances et naturalisationdes corps sportifs

Coordination : Gabrielle Schütz (Printemps, UVSQ/CNRS) et Christine Hamelin (Printemps,UVSQ/CNRS)

Intervenant-e-s

- Anaïs Bohuon, Maître de conférences à l'UFR STAPS de Paris Sud, membre du laboratoire SPOTS (Sport, Politiques et Transformations Sociales) : "Genre, couleur et exigence de la performance sportive: l'exemple des tests de féminité"

- Manuel Schotté, Maître de conférences en Staps, Université de Lille 2. Laboratoire CERAPS (Centred'Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales : « Comment penser le 'talent'? Ce que le sport fait à la sociologie”


Le corps est le lieu par excellence de la naturalisation des inégalités et des hiérarchies sociales. Parmi les recherches sociologiques récentes qui s’attachent à le « dénaturaliser », en déconstruisant les représentations qui l’entourent et en identifiant l’ensemble des processus sociaux et historiques qui participent à son modelage, celles menées autour des pratiques sportives de haut niveau apparaissent particulièrement stimulantes.

Le sport de compétition est en effet un domaine dans lequel la corporalité est omniprésente, à travers la valorisation de la performance physique qu’entraîne ce niveau de pratique sportive. Cette centralité du corps performant – de ses capacités métaboliques, physiologiques ou encore morphologiques – s’accompagne d’une naturalisation récurrente des exploits sportifs et des corps qui les accomplissent. Cette naturalisation des performances et des corps passe notamment par leur racialisation, comme dans le cas des coureurs marocains analysé par Manuel Schotté. Elle résulte également de leur appréhension au prisme du genre, qui fixe des formes et des limites à l’excellence féminine, comme dans le cas des athlètes étudiées par Anaïs Bohuon.

Ces visions racialistes et genrées des corps et des performances ont plusieurs effets. Elles tendent tout d’abord à masquer l’ensemble des logiques sociales et historiques à l’oeuvre dans la « construction du "talent" », interdisant de le penser sociologiquement. En associant les performances à des attributs corporels « naturels », ensuite, elles les minimisent, voire les dénient, comme dans le cas des sprinteuses jugées trop virilisées et dont les records sont vus comme « contre-nature ». Dans les deux cas étudiés – deshommes marocains, parfois immigrés en Europe, et des femmes, le plus souvent non-blanches – la naturalisation des corps et des performances ne tombe pas au hasard et engage donc à une analyse en termes de rapports de domination. Cette analyse doit non seulement permettre de penser les modalités différenciées de la célébration des performances, mais surtout, la manière dont les rapports de domination sont entretenus et reconstruits à travers le sport, qui les inscrit dans les corps, contribue à faire de la« race », de la « culture » ou du genre des essences, mais aussi de la bicatégorisation des sexes une évidence.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 1 Juillet 2015
    Durée du programme : 108 min
    Classification Dewey : Sociologie et anthropologie
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Sociologie
    Collections : 6ème congrès de l'AFS, 2015, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : compétition, performance, naturalisation, sport, corps sportifs
    Conditions d’utilisation / Copyright : Association française de sociologie - Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 "L’avènement du « corps » aujourd’hui entre sens commun et sens savant", semi-plénière avec la participation de Jean-Claude Schmitt, Alain Corbin, Georges Vigarello et Irène Thèry
 "Peut-on parler de naturalisation des inégalités économiques ?", semi-plénière avec la participation de Louis Chauvel, Eric Fassin, Dominique Fougeyrollas et Frédéric Lebaron
 "Corps de travailleur, corps de professionnel", semi-plénière avec la participation de Julien Bernard, Isabel Boni-Le Goff, Florent Schepens et Mathieu Trachman
 "La dénaturalisation par la comparaison internationale et historique", semi-plénière avec la participation d'Alessandro Stanziani, Anne-Marie Guillemard et Jean Claude Barbier
 "De la sociologie critique faire profession ?"
 "Langage et professions", semi-plénière avec la participation de Jean-François Orianne, Thierry Guilbert, Aurélie Fillod-Chabaud et Hélène Steinmetz
 "Vers une humanité augmentée ? Socialités et usages des technologies du corps", semi-plénière avec la participation de Pascal Ducournau, Nelly Oudshoorn et Anne-Sylvie Pharabod
 "De la nature « quand même ». Dénaturalisation ou retour du biologique ?", semi-plénière avec la participation de Jeanette Edwards, Corinne Fortier et Dominique Memmi
 "Vers une dénaturalisation du genre, de la sexualité et de la famille ?", semi-plénière avec la participation de Louise Dejeans, Éric Fassin et Irène Théry
 "Dénaturaliser les sciences de la nature et du vivant ?", semi-plénière avec la participation de Jacqueline Candau, Valérie Deldrève, Michel Dubois, Marie Jacqué et Pierre-Benoit Joly
 "Vers une renaturalisation des inégalités sociales à l’école ? Les jeunes face aux pathologies scolaires", semi-plénière avec la participation de Romuald Bodin et Stanislas Morel
 Yves Gingras, "Nature et pertinence de la sociologie", session plénière du congrès 2015 de l'AFS
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte