Canal-U

Mon compte
BioTV

Jean Dausset: l'homme est unique


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/biotv/embed.1/jean_dausset_l_homme_est_unique.1609?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
DAUSSET Jean

Producteur Canal-U :
BioTV
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Jean Dausset: l'homme est unique

Film sur la vie de Jean Dausset à l'occasion de la scéance donnée au Collège de France en son honneur.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 23 Février 2004
    Durée du programme : 21 min
    Classification Dewey : Epistémologie (théorie de la connaissance), Sciences de la vie. Biologie, Physiologie des animaux, Sciences médicales. Médecine
  •  
    Catégorie : Documentaires
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Entretiens, portraits, itinéraires
    Collections : PORTRAITS DE CHERCHEURS
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : DAUSSET Jean
    producteur : Studio Vidéo UNIVERSITE PARIS 7 DENIS-DIDEROT
    Réalisateur(s) : BERDOT Jean-Louis
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : HLA, histocompatibilité, immunogénétique
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

pDinkmcSXo 17/04/2012 06h58

Bonjour,La question du normbe de Nobel frane7ais dans le champ de la me9decine et de la biologie pourrait apparaeetre comme un proble8me marginal. Mais il est vrai que cette faiblesse refle8te parfaitement une faiblesse ge9ne9rale de la France dans ce domaine !Votre analyse est inte9ressante, mais je ne suis toutefois pas d'accord avec le constat d'un de9samour des jeunes chercheurs pour la biologie. J'ai d'ailleurs explique9, dans un message poste9 il y a un an, comment on m'avait empeache9 d'acce9der e0 un cursus de recherche parce que je n'e9tais pas interne de spe9cialite9 et que j'avais de9passe9 les limites d'e2ge pour les bourses.Je partage votre opinion selon laquelle il faudrait renforcer la recherche applique9e, mais attention, il ne faut en aucun cas rele2cher les efforts au niveau de la recherche fondamentale !J'ai connu des unite9s INSERM qui collaboraient bien avec des entreprises de biotechnologies ou des industries pharmaceutiques, dans le domaine de la cance9rologie, qui se vantaient justement de collaborer avec l'industrie, de faire de la "recherche applique9e" .Mais l'industrie n'aime pas tellement l'innovation, en ge9ne9ral les travaux mene9s se re9sument e0 reprendre des traitements classiques d'inte9reat limite9, e0 y ajouter un petit truc pre9tendument innovant, par exemple ajouter un anticorps monoclonal e0 la chimio, etc . Ils s'amusent avec des souris, la "recette" marche un peu mieux que le traitement classique, mais e7a ne casse quand-meame pas trois pinces e0 un crabe.Enfin ils sont contents, ils ont collabore9 avec l'industrie, ils ont publie9 dans un journal moyen mais re9fe9rence9 dans Pubmed, e7a permet e0 un the9sard de soutenir sa the8se, e0 un chef de clinique qui ne vient jamais au labo de mentionner la publication sur son CV pour son concours de "praticien hospitalier", et l'institution se vante pompeusement de collaborer avec le prive9 .Dans le meame genre on voit un tas d'e9quipes de9velopper des tests diagnostiques (recherche de mutations) qui cofbtent une fortune et ne changent pas radicalement la prise en charge C'est dommage, il y a plein de connaissances nouvelles dans le domaine, mais la recherche "applique9e" ne reprend que les connaissances les plus anciennes. Il faut bien se rendre e0 l'e9vidence, si les traitements actuels en cance9rologie ont e0 peine e9volue9 depuis 40 ans, il faut explorer des ide9es nouvelles.On sait bien que l'industrie innove peu, elle pre9fe8re de9velopper e0 peu de frais un nouvel analogue d'une vieille mole9cule, qui n'apporte rien de plus ou pas grand chose, et mettre tout l'argent dans la publicite9 autour de cette non-innovation. On communique, e7a fait monter les actions, e7a profite aux actionnaires, et c'est la se9cu qui trinque.L'effort en recherche "fondamentale" (parfois je ne saisis pas bien la limite ) ne doit donc pas eatre ne9glige9. Il doit eatre mene9 sereinement par les instituts publics (ou les "charities") sans souci de l'inte9reat e9conomique imme9diat.Le proble8me de la France re9side dans la rigidite9 et l'obsolescence de ses structures de type sovie9tique. Le statut de chercheur-fonctionnaire est une aberration, pour un me9tier cre9atif qui s'apparente plutf4t e0 l'art ou au sport de haut niveau.Imaginerait-on un peintre, un chanteur ou un athle8te fonctionnaire, recrute9 sur concours ? C'est ridicule.On n'est pas force9ment cre9atif toute sa vie. La plupart des chercheurs que j'ai connus e0 l'INSERM e9taient brillants et motive9s. Mais il y en a aussi qui sont use9s, qui n'ont plus d'ide9es, ne font meame plus de biblio ils bidouillent encore un sujet qui leur a valu une bonne publication dix ans auparavant et n'en tirent plus rien. J'en ai meame connu une qui avait demande9 e0 eatre "re9trograde9e" technicienne de labo. Parfois ce sont justement les techniciens qui sont les plus innovants !Si l'on fait la synthe8se des perspectives actuelles, il y a d'un cf4te9 la clique de "Sauvons la recherche" qui ne veut surtout rien changer e0 la contre-productivite9 actuelle du syste8me, qui exige toujours "plus" mais jamais "mieux", et d'un autre cf4te9 un gouvernement qui ne retient que les mauvaises solutions du libe9ralisme et du dirigisme: enjoindre au public de faire de la recherche applique9e en fusillant la recherche fondamentale, e9valuer (mais e9valuer quoi et comment ?), reconvertir les chercheurs titulaires "use9s" vers l'enseignement (bonjour la qualite9 de l'enseignement !) .et dans tous les cas re9duire les financements.Et si on changeait de perspective ?En admettant que la recherche "fondamentale" est avant tout affaire de cre9ativite9, on pourrait supprimer le statut de chercheur titulaire, les chercheurs ne resteraient en poste que s'ils sont "cre9atifs", mais, en contrepartie, on doublerait les salaires. Le chercheur ne serait donc que "de passage" dans l'institution, mais un CDD renouvele9 avec 3000 euros nets par mois, ce qui changerait quand-meame les choses !En bref, flexibiliser et surtout motiver serait certainement plus productif qu'e9valuer sur des crite8res fumeux et contraindre comme on veut le faire.Bien-sfbr il faut re9fle9chir e0 l'avenir professionnel des chercheurs "fondamentaux" qui ne se montreraient plus tre8s cre9atifs (terme plus approprie9 que "productifs"). L'enseignement, pourquoi pas s'ils sont motive9s et aptes e0 la pe9dagogie, mais aussi .la recherche "applique9e". Des chercheurs qui ont acquis une expe9rience et produit de la connaissance peuvent tre8s bien faire l'affaire pour de la recherche d'aval, of9 le but n'est pas de cre9er de la connaissance mais d'approfondir une connaissance de9je0 cre9e9e.Par contre attention e0 la fausse bonne ide9e d'associer le public et l'industrie, les objectifs ne sont pas les meames, et la recherche publique risque d'eatre oriente9e en fonction de son inte9reat commercial potentiel, sfbrement au de9triment de la recherche fondamentale. D'ailleurs meame les Etats-Unis ne semblent pas suivre cette voie, les budgets de la recherche publique y sont supe9rieurs aux budgets frane7ais, sans parler du me9ce9nat Car la question est le0: comment be9ne9ficier de fonds prive9s sans sacrifier la recherche fondamentale, sans que le prive9 attende un retour sur investissement ? L'industriel Belge Solvay finane7ait bien les physiciens qui ont cre9e9 la physique quantique. Mais il n'en attendait rien, c'e9tait du pur me9ce9nat. Ou presque: les grandes entreprises ne se feraient-elles pas une bonne publicite9 be9ne9fique e0 leur chiffre d'affaire en affichant publiquement leur soutien financier e0 la recherche fondamentale sous forme de me9ce9nat ? Il y a aussi le cre9dit d'impf4ts Bon, maintenant, je change de sujet, vous parlez de la re9ticence que je de9plore e9galement vis-e0-vis des cellules souches.Il y a certainement derrie8re tout cela des ide9ologues conservateurs, il est si commode se de retrancher derrie8re l'"e9thique", mot e0 la mode.Mais il me semble que les journalistes ont e9te9 tre8s mauvais. Presque chaque fois, quand je lis ou que j'entends quelque chose sur les cellules souches, les journalistes parlent du "clonage humain", des "de9rives" possibles, bref, ils ont un ge9nie particulier pour e9laborer toute sorte de sce9narios farfelus, du spectaculaire, du raccoleur alors meame que pour le moment les cellules souches n'ont aucun commencement d'application pratique.A bientf4t !
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte