Canal-U

Mon compte
Cinémathèque française

Alice Guy a-t-elle existé ? Une conférence de Maurice Gianati


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cinematheque_francaise/embed.1/alice_guy_a_t_elle_existe_une_conference_de_maurice_gianati.6673?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
La Cinémathèque française

Producteur Canal-U :
Cinémathèque française
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Alice Guy a-t-elle existé ? Une conférence de Maurice Gianati

Une absence quasi-totale de documents de première main et contemporains sur la présence d'Alice Guy dans la société Léon Gaumont pour les années 1895-1906 a entrainé chez les historiens anciens et modernes qui se sont intéressés à cette pionnière du cinématographe une grande dispersion et confusion dans l'établissement de la chronologie de ses débuts et de sa filmographie. Il était donc nécessaire d'effectuer une relecture critique des écrits et mémoires d'Alice Guy afin de tirer une vision plus resserrée et plus exacte du démarrage de sa carrière de metteur en scène, comme de son œuvre filmique.

En parallèle, on parlera de l'évolution technique et industrielle de la maison Gaumont, avec exposition sur scène des rarissimes premiers appareils de la firme (caméra de 1895, projecteur 58 mm de 1896, mutoscope, première caméra 35 mm de 1897...).

Collectionneur réputé, Maurice Gianati a été chercheur au C.E.A. (Commissariat à l'Énergie Atomique), il a participé en tant qu'historien et conseiller à des expositions consacrées aux origines du cinématographe, entre autres : Pathé, premier empire du cinéma au Centre Pompidou. Il a collaboré aux revues SEMIA et 1895.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 4 Juin 2010
    Durée du programme : 158 min
    Classification Dewey : Cinéma
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Arts du spectacle (cinéma/audiovisuel, théâtre, danse...)
    Collections : Les conférences du Conservatoire des techniques cinématographiques
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : La Cinémathèque française
    Réalisateur(s) : La Cinémathèque française
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : cinéma
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Alice Guy Jr. 10/10/2012 04h52

Sur Wikipedia Alice Guy page discussion 7 octobre 2012 à 18:28 Pierre WACKHERR
Quelques remarques sur les arguments de M Gianati[modifier]
Cette conférence étant devenue la base des articles français de Wikipedia sur Alice Guy, il me parait utile d'en faire une modeste critique
La conférence se déroule en quatre phases.
Première phase: Il est impossible qu'Alice Guy ait tourné la fée aux choux en 1896 !
S'il est de 1896, ce film a été tourné en 60mm et on ne peut obtenir un film 35mm de 20m à partir du 60mm. Il est en outre impossible qu'il en fut tiré 80 copies ainsi qu'elle le prétend.
Le chronophotographe de 60mm a des bobines de 35m 1000 images 1, il est donc possible d'obtenir un film de 20m 35mm.
Les 80 copies sont citées dans le New Jersey Star de 1914
This film was so successful that it sold eighty copies and had to be remade at least twice, as the original prints disintegrated 2
Rien ne dit qu'il s'agit de copies 60mm en 1896.
Selon Victor Bachy 3 le journaliste ajoute " l'expérience dans ce domaine de Mme Alice Guy remonte à 1895" ( et sur l' exemplaire de l'article qu'elle montre à Victor Bachy elle a corrigé: 1896).
Alice ajoute dans son interview avec Victor Bachy "j’exagérerai en vous disant que c'était un chef d'oeuvre". Le scénario, très "simple", est d'ailleurs en faveur d'une datation ancienne.
Alice Guy ne reconnait rien dans un catalogue 1900 de la maison Gaumont, donc elle n'a rien tourné avant 1900
La réaction d'Alice Guy est interprétée comme étant celle d'une personne en pleine confusion qui refuse de reconnaître la vérité avec par exemple : " je n'ai jamais vu cette vie du Christ".
Dans la suite de la conférence, comme chez d'autres historiens, il est expliqué que Lear avait tourné une vie du Christ et avait vendu l'ensemble de ces négatifs à Gaumont. Une explication simple de ce catalogue peut donc être: Gaumont, ravi de l'aubaine, fait imprimer un catalogue avec les films achetés à Lear et à d'autres et celui ci est évidemment complètement inconnu d'Alice. 4
Le film n’apparaît que dans le catalogue 1901 et porte me n°379 près des vues de l'exposition et de la visite du président Loubet (n° 397). Il est donc de 1900 au minimum
C'est l'argument classique des partisans d'une date tardive.
Il faut tout de même remarquer qu'il est encadré par les n°377,378 et 380 5 qui sont ... des retirages de films 60mmm !
McMahan suggère que "la fée aux choux" fut tourné comme film de démonstration afin d'obtenir le contrat du Chatelet pour le tournage et la projection de "la Biche aux bois" en 1896. 6 Ceci, joint à une possible indisponibilité due a la destruction du négatif ("(the film) had to be remade at least twice, as the original prints disintegrated"7) expliquerait la présence tardive au catalogue.
Deuxième phase: Alice n'a pas tourné la fée aux choux mais d'autres l'ont fait.
Il y a là un curieux changement d'argumentation, car si Alice ne l'a pas tourné il était inutile de démontrer que le film était de 1900. La première phase ne sert qu'à introduire "le doute".

Les premiers films de fiction de la maison Gaumont sont l'oeuvre d'Hatot, de Breteau et de Lear, voire d'autres.
Ces trois auteurs ont surement faits ou vendus 8 des films à Gaumont, mais pourquoi cela exclurait t'il Alice de la réalisation à cette période ?
Ceci est pourtant pris comme base indiscutable: sans aucune preuve il est affirmé qu'Alice n'a pas tourné avant 1902. Logiquement il s'en suit qu'un des trois serait l'auteur de "la fée aux choux", sujet typiquement masculin.
Il situe les débuts d'Alice dans le jardin de la maison que louait Gaumont à Alice en face des ateliers de l'autre coté de la ruelle des sonneries.
Il présente comme argument un tableau de cette maison qui la représente comme une agréable villa avec un vaste jardin fleuri. Si on se rapporte au plan parcellaire la largeur totale du terrain est de 10m, Alice a surement raison de qualifier ce lieu "d'horrible machin" et d'affirmer à Victor Bachy qu'elle habitait quai Maquais quand elle a tourné 9
Cet lieu ne semble être évoqué que pour refuser à Alice tout début en 1896 puisque Gaumont achètera la maison en 1897.10
D'autre part il est très improbable que des films aient été réalisés, comme il l'affirme, sur la terrasse située à gauche, au Nord, de l'atelier vu sa largeur et l'ombre que celui ci projetterait.
La terrasse disparaît d'ailleurs en 1899 au profit d'un agrandissement.11
Il est par contre probable que les premiers films de fiction ( y compris ceux d'Alice) ont été réalisés dans le fond du jardin de la maison de Gaumont12, à proximité de l'atelier de 1897 et qu'il a existé ensuite un studio, une verrière convenable13, avant la construction de la cathédrale en 1905.
Troisième phase: La carrière d'Alice Guy commence en 1902
Pour réaliser cette démonstration sans trop d'incohérences avec les textes, il va falloir affirmer que le premier film d'Alice est "sage femme de première classe" de 1902 (puisqu'il correspond à peu près à la description des mémoires d'Alice et que la première "fée aux choux" n'est pas son oeuvre.)

Selon M Gianati le premier film d"Alice, qui "fréquentait les studios de la Villette et a peut être donné des idées de films", serait de 1902
Dans le "courrier du cinéma" du Temps du 23 Septembre 1933 quelques lignes " Germaine Dulac fut chez nous la première femme metteur en scène Après elle vint en Amérique Dorothy Azner .."
Dans le numéro du 30 Septembre on lit "Mme Blaché proteste et revendique pour elle le titre de "première femme metteur en scène dans une longue lettre ....( elle écrit :) " de 1897 à 1907 j'ai dirigé la production de la maison Gaumont, ayant sous mes ordres des artistes de talent tel Feuillade, Jasset, etc...". Elle signale aussi qu'elle a reçu les palmes académiques en 1907 en tant que "directrice de théatre". 14
De plus en 1936, Alice écrit à Léon Gaumont "A la tête du service de prise de vues... j'y ai consacré durant 11 ans le meilleur de moi même ".
Léon Gaumont aurait évidemment protesté en 1933 devant la publication d'affabulations dans un grand journal et répondu courtoisement en 1936 à sa "grande amie" qu'elle se trompait.
Ces deux faits sont ignorés par M Gianati qui préfère dire que Léon Gaumont a confié vers 1902 ( voire plus tard) la direction de la production de sa maison à une personne, une femme, totalement inexpérimentée .
Le premier film d'Alice ne serait donc pas "la fée aux choux" du catalogue 1901 mais "Sage femme de première classe " du catalogue 1902. 15
Dans ce dernier film il n'y a pas de fée, il s'agit d'une marchande de bébés, bien achalandée ( 6 bébés vivants), Mme Féauchoux, à laquelle un jeune couple achète un bébé.Il ne viendrait à personne l'idée d'intituler ce film "la fée aux choux", si ce n'est le nom de la marchande du film. Ce nom indique plutôt un clin d'oeil d'un metteur en scène qui fait un remake (On ne fait pas un remake un an après la sortie d'un film, même en 1902).
M Gianati amène un argument nouveau: Yvonne Serand a 10 ans en 1896 et ne peut être la fée.alors que dans ses mémoires Alice l'a désigne comme son actrice. Il en déduit qu'Alice ayant menti, il faut remettre en cause tout ce qu'elle dit.
Il faut tout de même remarquer que quand Alice décrit le tournage de la fée aux choux, elle dit qu'elle l'a fait "avec des amis", sans plus de précisions. Ce n'est que beaucoup plus loin dans le texte qu'elle dit "on me donna deux assistants... Louis Feuillade ... et une secrétaire, Yvonne Serand qui joua dans la fée aux choux et deviendra la femme du metteur en scène Arnaud".
Si on considère "sage femme de première classe" comme un remake, la confusion est parfaitement pardonnable à ce point du texte.
Ce paragraphe des mémoires d'Alice est vraiment un "raccourci" puisqu'elle écrit "Jusque là j'avais travaillé seule. Après quelques mois on me donna deux assistants (Feuillade et Yvonne Serand)".
Même en admettant la date tardive de 1902 pour un début de carrière, Feuillade arrive plus de 3 ans après et il est peu probable qu'Yvonne Serand soit embauchée à 16,17 ans.
Alice est décidément de mauvaise foi quand elle dit à Victor Bachy " une sage femme ? je n'aurais jamais oser à cette époque" alors qu'elle a 29 ans
Il faut citer intégralement le passage de l'interview d'Alice à 90 ans (1964)
VB: "Dans une autre partie du livre (de Georges Sadoul) il cite comme vos films "la fée aux choux et "les aventures d'une sage femme". Dans un passage il les confond tous les deux , dans un autre il en fait allusion séparément Est ce qu'il y a vraiment deux films distincts ? "
AG: "L'histoire d'une sage femme ? A cette époque là je n'aurais jamais osé parler de ce genre de chose. "La fée aux choux" Ça fait partie de mon histoire"
Alice est une femme de bonne famille, elle raconte dans ses mémoires que "le plus embarrassant moment de sa vie" fut lorsque chez des amis, à la fin d'un cylindre qu'elle avait amené, on entend soudain une voix qui chante un couplet grivois.
Il est probable qu'elle interprète la question au premier degré et que pour elle il est inimaginable de conter les aventures d'une accoucheuse.16
Il est cependant également probable qu'Alice elle même confond les deux films ou leur donne le même titre puisqu'elle écrit à Louis Gaumont en 1954: "Dans la photo de la fée aux choux figurent mes amies Germaine Serand et Yvonne Serand ( qui deviendra plus tard Mme Arnaud)"
Les photos de tournage, dont elle dit elle même qu'elles ont été faites "après coup", l'induisent en erreur. Victor Bachy ne lui rend pas service en ne relevant pas qu'il y a un problème.
Ce dont je donne acte à M Gianati mais ceci était déja noté dans le livre de joan Simon
This confusion, one of the rare points where the Autobiographie is clearly unriable is in a way enterely understandable.17
C'est Zecca, en 1903, qui a tout appris à Alice
Pour M Gianati, la jeune et inexpérimentée Alice arrive à conserver son poste de directrice de production alors que Zecca est son professeur. Elle fait de tels progrès qu'elle se maintient en 1904 quand "la production Gaumont évoluera nettement vers la mise en scène" (Sadoul)
Alice précise dans ses mémoires que son professeur fut Frédéric Bailly, consultant de la première heure du comptoir général de photographie18
Pour établir sa liste de films d'Alice, M Gianati écarte celles de Victor Bachy et celles de Mc Lean et veut partir des listes qu'Alice a donné en enlevant ce qui, selon lui n'est pas d'Alice. Il note que les listes d'Alice "contiennent un message subliminal": il n'y a pas de film antérieur à 1902
Tout d'abord je ne vois pas très bien comment Alice, dans les années 60, aurait pu se rappeler de toute sa production . Les titres des films, donnés de mémoire, ne sont évidemment pas tout à fait exacts et M Gianati s'acharne à les interpréter dans le sens le plus défavorable à Alice.
Par exemple Alice cite dans ses mémoires "déménagement à la cloche de bois" qui peut être le (n° 149) de 1898 mais qu'il donne comme un film de 1907 (n°1616) 19
Je laisse à des gens compétents le soin de faire une critique de la liste de M Gianati.
Quatrième phase: Alice Guy confond les dates et parle de 1896 alors qu'elle a débuté en 1902 et son apport réel est d'avoir transformé la production Gaumont.
Pour conclure la conférence, il tout de même expliquer pourquoi des historiens se sont laissé tromper et essayer de recaser Alice dans l'histoire du cinéma

Une des raisons des erreurs des historiens sont les perpétuelles confusions de date d'Alice. M Gianati cite comme exemple majeur: "je fus la seule durant 17 ans à avoir droit à ce titre ( de metteur en scène) "; le dernier film d'Alice étant de 1919 il en tire argument pour donner son début de carrière en 1902.
Il omet qu'il y a une autre femme metteur en scène au début du cinéma, Lois Weber, qu'Alice connait bien puisqu'elle a joué pour Gaumont. Cette dernière réalise son premier film en collaboration avec Smalley en 1911 et un premier film conséquent "suspense" en 1913 : 1913-17= 1896 (13) .
Il oublie qu'Alice écrit à Léon Gaumont en 1936 "A la tête du service de prise de vues... j'y ai consacré durant 11 ans le meilleur de moi même ":1907-11=1896.
Alice est d'ailleurs une mythomane conséquente qui a déclaré a un journaliste du New York Star en 1914 qu'elle avait débuté en 1896.
Elle récidive en 1939 Dans une lettre à Léon Gaumont, puis en 1953 dans une lettre à Louis Gaumont, puis dans ses mémoires:.
"(Georges Sadoul) m'a promis de rectifier cette partie dans les prochaines éditions, ce qu'il a honnêtement fait bien que son énumération contienne encore des erreurs: la fée aux choux date de 1896 (chapitre 4)"
"Le premier film dont je parle dans la première partie de ces mémoires est de 1896 ( chapitre 7)" et enfin dans l'interview avec Victor Bachy en 1963.
Quand elle fait ses premières déclarations il y a des témoins ( Léon Gaumont, Feuillade, Zecca,..) et quand elle fait ses dernières déclarations il y a des historiens , personne ne l'a contredit.
Elle a transformé (Gaumont) en 2 ans, de 1902 à 1904 , elle est devenue une grande société de cinéma : C'est là son titre de gloire
Comment croire à l'ascension fulgurante d'une femme dans une société déjà puissante en 1902 et dans une industrie qui n'en est déjà plus à ses débuts ?
Chacun peut écrire son histoire, puisque les preuves sont fragiles, mais celle là est vraiment improbable.
La version "traditionnelle", " Alice Guy a commencé a tourné en 1896" , a une base solide : les écrits non contredits d'Alice elle même et aucune preuve contraire nouvelle n'est amenée dans cette conférence.

Si ce n'est ce parti pris, déboulonner Alice, la conférence est très documentée et présente des films rares. On ne se rend pas compte à la première vision que la moitié de l'exposé ne concerne pas vraiment le sujet mais les appareils Gaumont, la série N, la cité Elgé, les films et les photos d'époque.

PW1949 (d) 7 octobre 2012 à 18:28 (CEST)Pierre WACKHERR
↑ Description du chronophotographe dans la Nature 1896 2éme semestre par Mareschal p392.. ". La "biche aux bois" filmé par Ducom au Chatelet en 1896 et colorié approche les 35m (un avantage du 60mm est qu'il permet de colorier le film plus facilement ).Sadoul écrit même à propos de la biche aux bois :"ce film de large format mesurait 35m et comportait un millier images" (T1 p375)
↑ New jersey Star 1914 rapporté par McLean p 23
↑ Victor Bachy p 35
↑ Elle écrit d'ailleurs "je pense que la plupart des films figurant sur ce catalogue ont été achetés à des opérateurs du dehors ou pris à l'extérieur par des employés du laboratoire" (1954, lettre à Louis). ( "à l'extérieur" signifie bien qu'il s'agit de reportages, pas de fictions). L'évocation de la série N dans la conférence, sous prétexte qu'Alice croit y reconnaître un film dans le catalogue, n'apporte rien si ce n'est l'exposition d'un catalogue de 1907 commençant au n°11.
↑ Les autres transpositions 60mm effectuées concernent plusieurs films de la Série A 35mm suivant Bachy et Mc Lean :baignade de chevaux à la caserne(377), promenade des animaux au jardin d'acclimatation (378) , baignade dans le grand bain (380). Mc Lean ajoute "joueurs de cartes" (2042) du catalogue 15mm 1908 comme transposition possible.
↑ McMahan p15: with a demonstration film like la fée aux choux it would have been easier for Gaumont to win such a contract with the Chatelet
↑ New jersay Star 1914 McLean p23
↑ Lear vend ses négatifs en 1898 d'aptès Sadoul. Gaumont produit peu de fictions par rapport à Pathé, mais sa production interne n'est tout de même pas nulle. La production de fictions Gaumont de cette période est modeste comparée à celle de Pathé mais ce n'est pas non plus un argument pour en écarter Alice.
↑ AG: Il y avait une petite maison que Gaumont avait à Belleville, Il y avait ce jardin et devant il y avait une petite plateforme cimentée et c'est là que j'ai tourné mon premier film. .... VB: Cela date de quand alors ? AG: Cela date de 96. Les gens n'avaient jamais vu ça. J'habitais entre l'Académie et l'école des Beaux Arts ( et non à Belleville. La petite maison est celle ou habite Gaumont !) Les premiers ans du cinéma français Institut Jean Vigo 1985
↑ Archives numérisées de Paris. plan parcellaire quartier Combat 132 éme feuille E. L'argument est d'ailleurs inutile puisqu'il vient d'être démontré que "la fée aux choux" n'est pas de 1896. La maison que loue Alice est de toute manière à quelques mètres du fond du jardin de Gaumont( de l'autre coté de la ruelle des sonneries)
↑ Il me semble que M Gianati se trompe dans l'orientation du bâtiment: Le moteur à gaz ne peut être qu'a l'Est ( à l'opposé de l'entrée de la ruelle des sonneries) ce qui donne la terrasse sur la chambre noire au Nord. Il est difficile de se faire une idée sur le début des constructions car il n'existe, ruelle des sonneries, qu'un permis de construire du 28 Décembre 1896. L’agrandissement incontestable de 1899 n'a pas, à ma connaissance, de permis connu. Les permis suivants datent de 1904 et sont enregistrés au 12 rue des alouettes.
↑ Pour être exact celui de la maison de sa femme au 55 rue de la Villette. Celui ci donne aussi sur la ruelle des sonneries
↑ M Gianati donne lui même une photo de Zecca avec un ballon marqué Elgé dans lequel se reflète cette verrière, ceci en 1903. Cette verrière n'a manifestement rien à voir avec une "verrière branlante" telle que l'a décrite Alice dans ses mémoires à propos de 1896 . Il donne aussi des photos de tournage dans le jardin.
↑ Le temps 23 et 30 Septembre 1933 sur Gallica
↑ "La fée aux choux" est un film de 20m qui apparaît dans le catalogue 1901 et est toujours là dans le catalogue 1908 sous le n°379. (cahier de la cinémathèque Dec 95. En feuilletant le catalogue Gaumont de janvier 1908. Roger Icart), "sage femme de première classe apparaît en 1902 sous le n° 626, il fait 100m.
↑ Le titre "sage femme de 1ere classe" n'est tout de même pas très en rapport avec le sujet. Il est cité approximativement par Victor Bachy ce qui accroît la confusion
↑ Adam Williams. Joan Simon p 36
↑ M Bailly écrit une description du chronophotographe dans la Science Illustrée 2éme semestre 1896. Si, suivant Laurent le Forestier, le poste de Zecca chez Pathé n'était "pas très clair" il varie entre "inspecteur général "ou "directeur général" d'une société qui produit plus de fictions que Gaumont ( souvent des copies des oeuvres des autres). Il vient chez Gaumont en 1903 ( la datation est de M Gianati, Sadoul plaçait l'incursion de Zecca chez Gaumont en 1904 ( p291 et 348)), ce qui prouve au moins que Gaumont avait un studio sinon comparable à Vincennes du moins convenable. La pauvre Alice devrait donc immédiatement perdre son poste et au lieu de cela Zecca lui sert gentiment de professeur. C'est surement par reconnaissance qu'elle rétablit la paternité des "Méfaits d'une tête de veau" à Zecca
↑ Victor Bachy donne lui le n°1617 et la date de Septembre 1906 pour ce 2eme film de 92m. Notons que M Gianati écarte plusieurs films de 1907 ( pour cause de départ d'Alice aux Etats Unis) mais que celui là est conservé.
 

Dans la même collection

 Derrière le miroir, trucages, jeux d'optiques et effets d'étrangeté dans les films de Raoul Ruiz
 Technicolor et les débuts de la couleur : le Kinemacolor (1906-1915). Conférence de Benoît Turquety
 Technicolor et les débuts de la couleur : la caméra Technicolor. Conférence de Laurent Mannoni
 Technicolor et les débuts de la couleur : le Technicolor. Conférence de Céline Ruivo
 Technicolor et les débuts de la couleur : le Technicolor. Conférence de Jean-Pierre Verscheure
 Tourne au son ! : Evolutions et révolutions de la prise de son au cinéma Conférence de Philippe Vandendriessche
 Du Free Cinema à la British New Wave : un moment-clé du cinéma britannique. Conférence de Christophe Dupin et Walter Lassally
 Profession : chef décorateur. Conférence de Jacques Ayroles et Françoise Lémerige
 Naissance du Technicolor. Conférence de Céline Ruivo et Jean-Pierre Verscheure
 « BIRTH OF TECHNICOLOR » By Céline Ruivo and Jean-Pierre Verscheure
 Truffaut technicien ? Conférence de Bernard Benoliel et Laurent Mannoni
 Une histoire du format 70 mm. Conférence de Jean-Pierre Verscheure
 Les débuts du cinéma en couleur (1/5) : Pour une histoire du film trichrome. Conférence de Céline Ruivo
 Les débuts du cinéma en couleur (2/5) : À la recherche des couleurs perdues. Conférence de François Ede
 Les débuts du cinéma en couleur (4/5) : Les couleurs des films muets : teintes, grains et rendu numérique. Conférence d'Ulrich Ruedel
 Les débuts du cinéma en couleur (5/5) : De la main à la machine : les couleurs au pochoir dans le cinéma de premiers temps. Conférence de Joshua Yumibe
 Les débuts du cinéma en couleur (3/5) : Les films peints à la main : ce que restaurer veut dire. Conférence de Jacques Malthête
 Les Mille chemins du temps : autour de Jean-Pierre Beauviala et Aaton. Rencontre avec Philippe Vandendriessche et Jean-Pierre Beauviala
 L'évolution du métier de scripte. Conférence de Sylvette Baudrot et Zoé Zurstrassen
 Les inventions techniques d'Abel Gance : mythe ou réalité ? Conférence de Georges Mourier
 Projections et colportages : la lanterne magique au XVIIIe siècle. Conférence de Roger Gonin
 Atelier Restaurer un film, animé par les Equipes de la Cinémathèque française et des Archives françaises du Film du CNC
 Table ronde : « Quels financements pour les restaurations ? »
 "Le Cadavre vivant de Fedor Ozep, une étude de cas" - par Martin Kœrber et Oliver Hanley
 Table ronde : "Restauration et nouvelles technologies"
 Table ronde : "Quelle éthique pour la restauration de film en 2012 ?" - rencontre animée par Christophe Dupin
 "Restauration des films sonores : des origines aux Enfants du Paradis" : une conférence du Conservatoire des Techniques cinématographiques
 Microcosmos : filmer l'invisible, macrocinématographie de la nature. Conférence de Claude Nuridsany, Marie Pérennou
 Conférence du Conservatoire des techniques cinématographiques par Anne Gourdet-Mares : "Un anniversaire : le Pathé-Baby et le format 9,5 mm (1922)"
 L'animation japonaise des origines à nos jours. Conférence de Brigitte Koyama-Richard
 L'Expérience cinéma : rencontre avec Rick Heinrichs
 Motion capture, performance capture, effets spéciaux : des origines à Tim Burton
 Méliès technnicien : le premier studio de Méliès. Conférence de Jacques Malthête
 Le procédé support de caméra Steadicam. Conférence de Noël Very avec Pierre-William Glenn
 Méliès technicien : la première caméra et le premier projecteur de Méliès. Laurent Mannoni
 Pour une histoire de Metropolis. Conférence de Werner Sudendorf
 L'histoire du cinéma sonore est-elle seulement technique ? Une conférence de Claude Bailblé
 Naissance de l'industrie phonographique française
 Les premiers systèmes sonores. Une conférence Jean-Pierre Verscheure
 La Caméra bouge. Une conférence de Willy Kurant
 Babelsberg et les autres studios berlinois (...). Conférence de Werner Sudendorf
 La peinture animée depuis Emile Reynaud. Une conférence de Dominique Willoughby
 Les plaques de lanterne magique Life Models. Une conférence de Laurent Mannoni
 Robertson le fantasmagore. Conférence de Jérôme Prieur
 Cinéma stéréoscopique, une vision subjective. Une conférence de Lenny Lipton
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte