Canal-U

Mon compte
Cinémathèque française

Claudia Cardinale, un dialogue avec Alberto Moravia. Lecture de C. Cardinale et René de Ceccatty


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cinematheque_francaise/embed.1/claudia_cardinale_un_dialogue_avec_alberto_moravia_lecture_de_c_cardinale_et_rene_de_ceccatty.5779?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Claudia Cardinale, un dialogue avec Alberto Moravia. Lecture de C. Cardinale et René de Ceccatty

En 1961, Alberto Moravia s’entretient avec Claudia Cardinale. Elle a 23 ans, est déjà l’actrice star de Rocco et ses frères et La fille à la valise. Trois ans après l’interview, elle jouera dans l’adaptation des Indifférents. L’écrivain interroge ici la comédienne sur son corps, « en tant qu’objet dans l’espace ». C’est un blason féminin et un dialogue universel. Il y est question de la beauté, du sommeil, du temps, du rêve, de la mort, de l’histoire. On sent Claudia Cardinale décontenancée par la précision de l’écrivain. Mais elle joue le jeu de la profondeur et se révèle peu à peu :
"Claudia : Les spectateurs me voient comme une figure énorme, imposante, très grande, majestueuse, monumentale.
Moravia : ça vous plaît d’être perçue ainsi ?
Claudia : Oui, ça me plaît beaucoup.
Moravia : Pourquoi ?
Claudia : Parce que ça me plaît d’être perçue telle que je ne suis pas dans ma vie.
Moravia : Qui êtes-vous dans la vie ?
Claudia : Dans la vie je suis une fille ordinaire, comme toutes les autres"

(Traduit de l’italien par René de Ceccatty)

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Geneviève Montagné 26/03/2015 10h34

Très originale interview. Belle idée que cette apparition disparition dans l'espace et le temps, de la veille au sommeil, du vêtement et de l'artifice à l'obscurité et au cauchemar ; le regard aigu et" objectif" de Moravia sur Claudia Cardinale la révèle comme sujet, mettant au jour sa spontanéité, sa vérité intérieure.

Yves Lunn 08/05/2013 01h26

Hélas, les livres de Moravia sont difficiles à trouver en librairie. Dans certaines, il est carrément absent. Que dire du numérique, en français, il n'y a aucune offre.
 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte