Canal-U

Mon compte
Institut de recherche et d’histoire des textes

Debate and public performance in late medieval universities


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/irht/embed.1/debate_and_public_performance_in_late_medieval_universities.56545?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Debate and public performance in late medieval universities

Présentation du projet Consolidator grant DEBATE, n° 771589.

Porteur du projet : Monica Brînzei (IRHT).

Participants : Christopher Schabel (Université de Chypre), Luciana Cioca (Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca), Edit Lukacs (Institut für Österreichische Geschichtsforschung, Vienne), William O. Duba (Université de Fribourg), Nadège Corbier (IRHT)

DEBATE propose l’étude d’un ensemble exceptionnel de manuscrits renfermant un genre inexploré : les principia, exercice obligatoire imposé par les statuts des universités médiévales à travers l’Europe aux XIVe et XVe siècles.

La rédaction de principia, négligée par l’érudition moderne, était une pratique répandue à la fin du Moyen Âge. Les candidats au titre de docteur étaient soumis à une confrontation avec leurs collègues (socii), dans laquelle ils devaient révéler leurs intérêts scientifiques, montrer leur érudition et leurs prouesses intellectuelles devant un large public. Dans la majorité des cas, le sujet du débat dépasse la théologie et s’élargit à la science, aux mathématiques, à l’éthique, à la politique et à la littérature. Les principia sont donc un bon observatoire de l’effervescence intellectuelle propre aux universités.

L’ambition de l’équipe DEBATE est d’identifier de nouveaux manuscrits, d’éditer les textes, d’établir la paternité de fragments anonymes et de proposer une interprétation susceptible d’expliquer pourquoi l’innovation était primordiale dans le milieu universitaire médiéval. En rassemblant tous les textes subsistants de « principes » produits en différents contextes culturels, DEBATE fournira un matériau à même de changer notre compréhension du mécanisme de production des connaissances académiques dans les universités d’une bonne partie de l’Europe : Paris, Bologne, Vienne, Prague, Cracovie, Cologne.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte