Canal-U

Mon compte
Observatoire Midi-Pyrénées

L'impossible maîtrise des contaminants chimiques environnementaux.


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/omp/embed.1/l_impossible_maitrise_des_contaminants_chimiques_environnementaux.23840?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
JAS Nathalie

Producteur Canal-U :
Observatoire Midi-Pyrénées
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

L'impossible maîtrise des contaminants chimiques environnementaux.

Cette communication cherche à explorer un paradoxe. Dans le laboratoire, quand elles sont encore des objets de recherche et de développement, les substances chimiques apparaissent comme possédant des propriétés chimiques, biologiques et physiques que les chercheurs et les ingénieurs maîtrisent, contrôlent. Cependant, lorsqu’elles quittent le laboratoire sous la forme d’objets technoscientifiques de (grande) consommation, elles deviennent des « unruly technologies », des objets technoscientifiques aux propriétés inattendues, non envisagées au moment du travail de R&D, puis réglementaire (autorisation de mise sur le marché, conformité etc.), et qui s’avèrent souvent impossibles à maîtriser et à gouverner. Les substances chimiques acquièrent ainsi de nouvelles propriétés qui en font des substances délétères problématiques. Elles deviennent allèrgènes, carcinogènes, mutagènes, toxiques de la reproduction, perturbateurs endocriniens, persistantes, ubiquistes. Elles ont des effets chroniques, de long terme, transgénérationnels. Elles bio-accumulent, bio-potentialisent, ont des effets synergétiques, circulent sur de très longues distances. La communication apporte des éléments pour rendre compte de ce hiatus entre univers de la R&D et réglementaires et vie des substances chimiques hors du laboratoire. Elle propose une analyse diachronique qui met en évidence l’importance du nombre et des quantités de substances chimiquesmises en circulation dans l’environnement depuis 1945 sans évaluation préalable et qui ont progressivement changé la nature de cet environnement. Elle insiste sur le développement important et régulier de nouvelles connaissances scientifiques sur les effets toxiques tout en soulignant que, malgré tout, peu de substances sont bien connues et qu’un ensemble de problèmes complexes mais centraux restent encore largement à explorer. Elle pointe sur l’existence d’un fossé de plus en plus important entre les connaissances scientifiques et les connaissances produites et mobilisées dans les systèmes de régulation. En filigramme, elle caractérise trois modes de gouvernement des toxiques, le gouvernement par les normes, le gouvernement par le risque, le gouvernement par l’adaptation.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte