Canal-U

Mon compte

CHAUDRET Bruno

Diplomé de l'École nationale supérieure de chimie de Paris en 1975 et de l'Imperial College of London (1977), Bruno Chaudret a été élu en 2005 à l’Académie des Sciences. Depuis 2007, Il est directeur de recherche au CNRS et directeur du Laboratoire de chimie de coordination (LCC, équipe "Nanostructures et Chimie Organométallique") du CNRS à Toulouse. Il est également Président du Conseil Scientifique de l’IFP depuis 2007 et Président du CSD3 (Chimie) des programmes « blanc » et « jeunes chercheurs » de l’ANR depuis 2008. Bruno Chaudret est un spécialiste de chimie organométallique, notamment des interactions entre l'hydrogène et les métaux de transition. Il a mis au point une méthode originale de synthèse de nanoparticules de métaux ou d'oxydes et a développé leurs applications dans des domaines aussi variés que la catalyse, le magnétisme ou la microélectronique.
Au début des années 1990, Bruno Chaudret a synthétisé en milieu organique des nanoparticules de métaux ou d’oxydes par condensation d'atomes métalliques en solution. Les conditions très douces utilisées ont permis de maîtriser les étapes de nucléation et de croissance et donc la taille et la répartition en taille des particules. Le point le plus important de cette méthode est le contrôle des espèces présentes en surface des particules (hydrures, molécules organiques ou inorganiques). Ces particules présentent des propriétés physiques, notamment magnétiques, semblables à celles préparées par voie physique et étudiées dans l'ultravide. Une deuxième étape chimique de réaction avec des molécules organiques permet de faire croître les particules, de leur donner une forme précise (sphères, cubes, bâtonnets, fils, structures fractales) et de les assembler en super-cristaux à deux ou trois dimensions dans lesquels les particules de taille pouvant varier entre 1 et 20 nm sont rangées comme des atomes dans un cristal classique. Dans ce cadre il a notamment obtenu des nano-bâtonnets et nanofils de cobalt, des naniocubes de fer et des nanosphères de fer/cobalt qui ont la propriété de s’organiser dans des super-cristaux multimillimétriques. Ces nouveaux nano-objets présentent des propriétés intéressantes dans divers domaines : catalyse, magnétisme, optique, et notamment de transport et magnéto-résistance en nano-électronique. Enfin, les applications les plus prometteuses concernent leur utilisation dans des procédés actuels de la micro-électronique pour la réalisation de capteurs, composants passifs intégrés, connectique…

- Voir sa page personnelle (LCC-CNRS).


 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte