Canal-U

Mon compte

COPPENS Yves

Titulaire d'une chaire au Collège de France

Professeur au Museum d'Histoire Naturelle

Passionné par la Préhistoire depuis son enfance, Yves Coppens, a commencé sa carrière de chercheur par quelques travaux de fouilles et de prospection en Bretagne. Entré au Centre National de la Recherche Scientifique en 1956, il monte à partir de 1960, d'importantes expéditions au Tchad, en Éthiopie (vallée de l'Omo et bassin de l'Afar) ainsi que des missions exploratoires en Algérie, en Tunisie, en Mauritanie, en Indonésie et aux Philippines. Les récoltes réalisées par ces campagnes sont impressionnantes en ce qui concerne la quantité de fossiles (des dizaines de tonnes) mais aussi le nombre des restes d'Hommes fossiles recueillis (près de 700) ; les résultats de leur étude seront tout aussi fascinants. C'est toute l'histoire des dix derniers millions d'années qui s'éclaire ; une hypothèse propose une explication environnementale de la séparation Hominidae Panidae (il y a 8 millions d'années) (Coppens, 1983). Du côté oriental, les Hominidae se seraient développés en passant par un stade pré-Australopithèque (Coppens, 1981), illustré notamment par les très belles découvertes de l'Afar éthiopien, puis par un stade Australopithèque, premier tailleur de la pierre (Coppens, 1975), et enfin par le stade Homme, apparu, lui aussi, sous la pression sélective d'une seconde crise climatique, il y a 3 millions d'années (Coppens, 1975) ; ces 3 stades s'enchaînant en cyme ou en épi, chacun se trouvant, à la base, à l'origine du suivant, mais n'en développant pas moins ensuite sa propre lignée de manière originale et indépendante (Coppens, 1975). Enfin, plus récemment, Yves Coppens a aussi montré, en s'appuyant sur les vitesses différentielles d'évolution de la biologie et de la technologie, comment l'acquis peu à peu avait prévalu sur l'inné et pourquoi, depuis 100.000 ans, l'évolution de l'Homme s'était ralentie puis arrêtée (Coppens 1982, 1988).

Pendant ces années, Yves Coppens a gravi les premiers échelons du CNRS avant d'être appelé, en 1969, à la sous-direction du Musée de l'Homme, fonction liée alors au titre de Maître de Conférences au Muséum National d'Histoire Naturelle. Nommé Directeur et Professeur au Muséum en 1980, il est ensuite élu titulaire de la Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du Collège de France en 1983.

Présent dans de nombreuses instances nationales et internationales gérant les disciplines de sa compétence, Yves Coppens dirige en outre un laboratoire associé au Centre National de la Recherche Scientifique, le Centre de Recherches Anthropologiques - Musée de l'Homme et deux collections d'ouvrages du CNRS, les Cahiers de Paléoanthropologie et les Travaux de Paléoanthropologie est-africaine.

Depuis les débuts de sa carrière, il a reçu de nombreuses distinctions dont le grand prix Jaffé de l’Académie des Sciences et le prix Kalinga de l’UNESCO.

Bibliographie :

Le Singe, l'Afrique et l'Homme. Y. Coppens ; Fayard, 1983

Préhistoire de l'art occidental. B. Delluc, Y. Coppens, A. Leroi-Gourhan ; Citadelles, 1990

Origines de la bipédie chez les hominidés. Y. Coppens, B. Senut ; C.n.r.s. Editions, 1992

Le rêve de Lucy. P. Pelot, Y. Coppens ; Liberatore, 1997

Du Big-Bang à l'Homme moderne. C. Faure, Y. Coppens ; Chronique Sociale ; 1999

Dictionnaire de la préhistoire. Albin Michel, 2000

Le genou de Lucy. Y. Coppens ; Ed. Odile Jacob, 2000

Les secrets de nos origines. Pré-ambules, Y. Coppens ; Ed. Odile Jacob, 2001

La plus belle histoire du monde. H. Reeves, J. de Rosnay, Y. Coppens ; Seuil, 2001

Aux origines de l'humanité. P. Picq, Y. Coppens ; Fayard, 2002

Les origines de l'Homme. P. Picq, Y. Coppens ; Tallandier, 2002


 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte