Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Mrsh-Caen
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/7vgr-7711
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2024, 12 juin). Conférence de Dima El Husseini. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/7vgr-7711. (Consultée le 21 juillet 2024)

Conférence de Dima El Husseini

Réalisation : 12 juin 2024 - Mise en ligne : 9 juillet 2024
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Résumé de la conférence

Cette étude porte sur les conditions de réception de la traduction de l’arabe vers le français des festins du Ramadan. Il s’agit d’analyser le rôle des normes socioculturelles dans l’orientation du choix du traducteur. La "norme", telle que l’a défini Gidéon Toury, de point de vue sociologique, est inhérente au choix du traducteur et nous semble d’un grand intérêt. Il s’agit de montrer la différence (ou la similarité) entre "choix" et "norme", car souvent la norme est si bien assimilée que le traducteur ne se rend même plus compte que ce qu'il croit être son choix lui est dicté par la norme; si bien qu'à la limite le vrai choix pourrait être une violation consciente de la norme.

La présente étude soulève nombre de questions : les conditions de réception peuvent-elles atténuer l’effet produit par le vocable original quoique cet effet soit recrée par le traducteur? Les normes peuvent-elles constituer parfois un obstacle, non face à la recréation de l’effet (puisque le traducteur peut exploiter les ressources de la langue cible pour recréer l’effet) mais face à l’effet ressenti réellement par le lecteur de la traduction? Les normes peuvent-elles donner à un vocable une autre charge émotive que celle donnée par la culture de départ ? La fonction de l'élément culturel et des conditions de réception dans leur relation avec les normes socioculturelles offrent, dans ce sens, un vaste champ à exploiter. Nous nous servons d’exemples tirés des festivités du mois de Ramadan dans le monde arabe, en général, et en Égypte, en particulier. Il s’agit des festins du Ramadan appelés les “festins du miséricordieux”/ “festins de la merci” et de la dénomination de la nourriture propre à ces festins dans leur lien avec le repas de la rupture du jeûne et le repas de l’aube souvent partagés en famille ou entre amis.

Biographie de l'auteure : Dima EL Husseini est professeure de traductologie à la faculté des Langues Appliquées de l’Université française d’Egypte. Elle est Vice- présidente de l’AILEA. Son activité de recherche se focalise sur la traduction-localisation, la traduction-rédaction pour le web et la traduction spécialisée à l’ère de l’intelligence artificielle.