Documentaire
Notice
Langue :
Français
Crédits
Karine Hulin (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/q3we-4m49
Citer cette ressource :
Univ_Paris. (2019, 27 novembre). Lire les Etats-Unis. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/q3we-4m49. (Consultée le 16 juillet 2024)

Lire les Etats-Unis

Réalisation : 27 novembre 2019 - Mise en ligne : 1 avril 2021
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

On fantasmetoujours le pays qu’on lit en traduction.

On sait bienque la traduction d’une langue vers une autre peut donner lieu à desmalentendus et à des transformations traîtresses. Mais, quand on lit unelittérature étrangère en traduction, cette (mauvaise) lecture ne suscite-t-ellepas aussi des équivoques sur les codes sociaux et culturels du pays, sur sonpaysage et le caractère de ses habitant·e·s ?

Dialogue avecFrédéric Forte (poète, membre de l’Oulipo et traducteur occasionnel de poésieétats-unienne) autour des fantasmes qu’il a pu se faire au sujet de la sociétéétats-unienne à travers ses lectures et des fantasmes qu’une telle lectureprovoque en général.

Thème
Documentation

Forte Frédéric. Opéras-minute. Courbevoie : Théâtre typographique ; 2005. 

Forte Frédéric. Une collecte : dans le “Manuel d’ethnographie” de Marcel Mauss. Courbevoie : Théâtre typographique ; 2009. 

Armstrong Nigel. Translation, linguistics, culture : a French-English handbook. Clevedon Buffalo (N.Y.) Multilingual matters; 2005. 

Venuti Lawrence. The translator’s invisibility : a history of translation. London New York (N.Y.): Routledge; 2008. 

Seleskovitch Danica, Ladmiral Jean-René. Interpréter pour traduire. Paris : Les Belles Lettres; 2014. 

Gusdorf Florent. Hot off the press : traduire sans trahir. Paris: Ellipses; 2006. 

Perrin Isabelle. L’anglais : comment traduire ? Paris : Hachette Supérieur ; 2007. 


,

Frédéric Forte est né à Toulouse en 1973 et vit à Paris. Il est poète et membre de l’Oulipo depuis mars 2005, traducteur occasionnel de poésie américaine. Il a découvert les Exercices de style de Raymond Queneau en classe de 5e et a le souvenir très net du mot « Oulipo » lu à cette occasion dans un manuel scolaire. Ses initiales sont aussi celles de « formes fixes » dont il aime explorer les potentialités, qu’elles soient issues des traditions poétiques ou conçues par les oulipiens. Il est notamment l’inventeur de l’opéra-minute, de la petite morale élémentaire portative, des bristols ou des 99 notes préparatoires… Mais il ne s’interdit aucune voie, pas même la prose ou le vers libre !

Christopher Alexander Kostritsky Gellert est artiste, poète et chercheur. Il s’intéresse à la plasticité du texte et à son inscription dans la matière.