Canal-U

Mon compte
CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés

"Aux côtés des habitants. Droit à la ville et intermédiation en question" (Agnès Deboulet, Professeure à l'Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis et Maxime Poumerol, APPUII)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/citeres/embed.1/aux_cotes_des_habitants_droit_a_la_ville_et_intermediation_en_question_agnes_deboulet_professeure_a_l_universite_paris_8_vincennes_saint_denis_et_maxime_poumerol_appuii.42913?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

"Aux côtés des habitants. Droit à la ville et intermédiation en question" (Agnès Deboulet, Professeure à l'Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis et Maxime Poumerol, APPUII)

Au printemps 1968, Henri Lefebvre publiait Le Droit à La Ville. Des décennies plus tard, le droit à la ville semble une notion en vogue. Des universitaires, des acteurs publics, des mouvements citadins voire des organisations internationales comme les Nations Unies, s’emparent du concept pour en donner leur propre compréhension. Parfois, il s’agit de mettre en évidence ce que veut dire être citadin dans une ville, parfois l’objectif serait de légitimer telle ou telle action publique. Ailleurs encore, le droit à la ville viserait à pacifier les contestations sociales. Les mouvements sociaux en font un slogan qu’ils crient haut et fort pour réclamer leur place dans la ville. Certains Etats comme le Brésil l’inscrivent même dans leur législation. On observe donc une tendance à l’institutionnalisation du concept, mais aussi un certain étirement de son sens originel défini par Henri Lefebvre.
Fortement ancré dans une approche révolutionnaire, Le Droit à la ville a été presque absent des débats sociologiques sur la ville pendant plus de vingt ans. Récemment, il revient en force notamment grâce aux travaux anglophones du courant de la géographie radicale qui l'opposent au caractère formaté et autoritaire des politiques néolibérales d’aménagement des villes.
Cette conférence a pour objectif, en mobilisant des chercheurs et chercheuses de CITERES, mais aussi de communautés scientifiques francophones et anglophones de s’interroger sur ces évolutions de l’usage du concept du droit à la ville. Trois axes de réflexions sont proposés :
Qu’apporte le retour sur la définition et le cadrage faits par Henri Lefebvre sur le Droit à la ville ? Quelle est aujourd’hui la pertinence de la notion ? Quelles en sont les limites ?
Quelles sont les raisons de la montée en puissance du concept dans le monde universitaire anglophone et de son affaiblissement dans le contexte français ?
Qu’est-ce que la multiplication des usages du droit à la ville signifie et implique ? Comment la comprendre ?

  •  
  •  
    Date de réalisation : 30 Mars 2018
    Lieu de réalisation : Tours, 30 mars 2018
    Durée du programme : 26 min
    Classification Dewey : Sciences sociales et humaines
  •  
    Catégorie : Autres
    Niveau : niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Sciences de la société
    Collections : Colloque "50 ans après 'Le Droit à la ville', quelle actualité ?"
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Réalisateur(s) : CORBELLINI [MSH-Val de Loire] Jean Philippe
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : droit à la ville
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 "Commémorer le Droit à la ville de Henri Lefebvre" (Grégory Busquet, Université Paris Ouest, Mosaïque, LAVUE)
 "La pensée lefebvrienne anglophone contemporaine et sa conception française" (Claire Revol, Institut de géographie alpine)
 "'Droit à la ville de fait' : Remise en ordre de l'espace urbain et pratiques ordinaires, en situation à Lomé" (Amandine Spire, Université Paris Diderot, CESSMA)
 "'The city and the creative class: right to the city for the new proletariat" (Burak Buyukcivelek, Middle East Technical University, ANkara)
 "Questionner l'actualité du concept de droit à la ville à partir d'une recherche sur les villes en décroissance" (Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala, Université Jean Monnet, Saint Etienne, EVS)
 "Le droit de l'urbanisme peut-il répondre au droit à la ville ?" (Philippe Baffert, Consultant, ancien chef du bureau de l'urbanisme au Ministère chargé de l'urbanisme)
 "Le droit à la ville" : des revendications diverses aux expressions multiples. Volontés urbaines saisies depuis des espaces asiatiques en transition, Hanoï (Vietnam) et Pondicherry (Inde) (Divya Leducq, UMR CITERES, Université de Tours)
 "Usages contemporains du droit à la ville en Amérique Latine. Réflexions à partir de modes d'accès au logement populaire" (Aurélie Quentin, Université Paris Ouest, Mosaïque, LAVUE)
 "Solidarity economics and rights to the contested city : the case of Belfast" (Brendan Murtagh, Queen's University Belfast)
 Table ronde sur "Le droit à la ville"
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte