Canal-U

Mon compte
Lycée d'État Jean Zay - Internat de Paris - CPGE

L’individu selon Leibniz (par Michel FICHANT)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cpge_jean_zay/embed.1/l_individu_selon_leibniz_par_michel_fichant.18554?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

L’individu selon Leibniz (par Michel FICHANT)

L’individu selon Leibniz


Dans L’ère de l’individu. Contribution à une histoire de la subjectivité (1979), Alain Renaut a voulu voir dans la philosophie de Leibniz une origine de l’« individualisme moderne », caractérisé par la « fragmentation du réel » en unités exclusives les unes des autres, chacune déployant ses dispositions selon son propre plan, la communication ou la connexion entre elles se surajoutant de façon externe par l’artifice de l’harmonie préétablie. Dans mon étude « De l’individuation à l’individualité universelle » (Science et métaphysique dans Descartes et Leibniz, 1998, p. 143-162), j’avais combattu cette thèse, en montrant que la conception leibnizienne de l’individualité est aux antipodes de cet « individualisme », et en m’appuyant principalement sur la notion de « substance individuelle », telle que Leibniz l’a mise en œuvre autour de 1685 (principalement dans le Discours de métaphysique et la première phase de la correspondance avec Arnauld).
Je rappellerai les résultats de cette discussion déjà ancienne. Mais la pensée leibnizienne de l’individu s’est aussi développée dans d’autres voies, à partir du moment où se sont mis en place les éléments qui trouveront leur synthèse finale dans la Monadologie (1714). Dans L’ultime raison du sujet (1986, trad. française 1988), Manfred Frank a apporté une réponse négative à la question : « L’individu est-il une monade leibnizienne ? » Je partage cette réponse en en inversant l’énoncé : la monade leibnizienne n’est pas un individu au sens du « sujet moderne ». Comme l’écrit Manfred Frank : « Il apparaît clairement qu’il ne peut au fond pas être question chez Leibniz d’un individualisme — ni même de l’émancipation d’un sujet singulier » (p. 81). En revanche la thèse monadologique proprement dite considère de façon originale une notion riche de l’individualité organique et de son inclusion dans l’unité universelle, sur laquelle j’apporterai quelques précisions en référence à l’état le plus récent des études leibniziennes.

Michel Fichant.

Lectures préliminaires recommandées :

Discours de métaphysique, §§ VIII, IX, XIII, XIV et XV.
Nouveaux essais sur l’entendement humain, Livre II, chap. 27, §§ 1 à 9. – Livre III, chap. 3; §§ 6 et 7.
Théodicée, §§ 413 à 416.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte