Canal-U

Mon compte
Fédération FIRE

Cécile Grosbois : Présentation de l’U.R. 6293 GéoHydrosystèmes continentaux (GéHCO)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fire/embed.1/cecile_grosbois_presentation_de_l_u_r_6293_geohydrosystemes_continentaux_gehco.61309?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
Grosbois Cécile

Producteur Canal-U :
Fédération FIRE
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Cécile Grosbois : Présentation de l’U.R. 6293 GéoHydrosystèmes continentaux (GéHCO)

Cécile Grosbois présente à la FIRE l’U.R. 6293 GéoHydrosystèmes continentaux (GéHCO).

Il s'agit d'une unité de recherche de l’Université de Tours depuis 2012 qui s’articulent autour de la « Dynamique et transferts de matières dans les systèmes fluviaux : sources, flux et bilans ; du terrain au modèle  ». Ces activités ont pour objectifs i- de quantifier les apports en eaux, particules, nutriments et contaminants et de modéliser les flux, et ii- de préciser leurs modalités de transferts à partir de données de terrain acquises à différentes échelles spatiales et temporelles.

Une des spécificités de cette équipe de recherche est le pilotage de 2 plateformes :

1 - l’observatoire instrumenté du Louroux, labellisé dans le cadre du Réseau des Zones Ateliers (CNRS-INEE) et eLTER, situé dans un bassin agricole de 25 km², équipé à ce jour de 8 stations hydrosédimentaires haute fréquence. L’objectif est de quantifier les différents flux de particules issues d’une part de l’érosion de surface des sols, d’autre part de l’export par les réseaux de drains agricoles et enfin de l’érosion des berges ;

2 - la plateforme expérimentale pour la modélisation du transport solide  et des écoulements chargés en particules formés en conditions extrêmes (coulées de boue, crues éclair) grâce à un canal hydraulique de 4 m de long de type ''dam-break'' qui permet de coupler l'étude de la rhéologie des suspensions avec leur dynamique  (notamment par un suivi des particules et du fluide à l’aide d’un logiciel de traitement d’images).

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte