Canal-U

Mon compte
La forge numérique

Dire le massacre : anecdotes et dictons de meurtre voisin dans le sud du Mont-Liban


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/la_forge_numerique/embed.1/dire_le_massacre_anecdotes_et_dictons_de_meurtre_voisin_dans_le_sud_du_mont_liban.39743?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
La forge numérique
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Dire le massacre : anecdotes et dictons de meurtre voisin dans le sud du Mont-Liban

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque Mémoires des massacres au XXe siècle organisé par le Centre de recherche en histoire quantitative (CRHQ) de l'Université de Caen et le Mémorial de Caen du 22 au 24 novembre 2017. Ont été abordées les différentes postures/situations mémorielles et leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins). Il s’agissait ici de s’attacher aux seules mémoires des massacres et non aux massacres eux-mêmes, en privilégiant la perception qu’en ont eu et/ou qu’en ont encore les sociétés, à travers leurs instances officielles mais sans négliger le point de vue “d’en bas” et les manifestations populaires qui y sont liées.

Dima de Clerck est chercheure associée à l'Institut français du Proche-Orient (IFPO), chargée de cours d’histoire à l'Université Saint-Joseph (USJ) et à l’Académie libanaise des Beaux-Arts (ALBA) de l'Université de Balamand (Liban). Elle est titulaire d'un doctorat en histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, d'un DEA en études et civilisations moyen-orientales de l'Institut des langues et civilisations orientales (INALCO, Paris), d'un MBA et d'un diplôme en ingénierie civile de l’Université américaine de Beyrouth (AUB). Elle a coédité l’ouvrage: "1860 : Histoire et mémoire d'un conflit" et est l’auteur de plusieurs articles publiés et à paraître.

Résumé de la communication

Plus de 25 ans après la fin de la guerre du Liban, la méfiance est toujours palpable dans le sud du Mont-Liban, région de cohabitation druze et chrétienne, qui a eu son lot de massacres en 1982-83, notamment lors de la « guerre de la Montagne », une phase particulièrement sanglante de la guerre du Liban (1975-90). La méfiance entre les deux communautés est surtout audible dans les cercles privés : des anecdotes et dictons circulent, qui véhiculent de manière euphémique ce qui se pense tout bas mais ne peut être formulé tout haut, en d’autres termes une mise en garde discrète, essentielle à la survie des membres des deux communautés. Cette présentation tente de décrypter les ambiguïtés qui sous-tendent les relations entre druzes et chrétiens, de nos jours, à partir d’anecdotes et de dictons, qui permettent de mieux appréhender un voisinage problématique, oscillant entre convivialité souvent forcée et implacable cruauté.

 


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte