Canal-U

Mon compte
La forge numérique

Gloses, Fragments et Runes : les premières manifestations des langues germaniques


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/la_forge_numerique/embed.1/gloses_fragments_et_runes_les_premieres_manifestations_des_langues_germaniques.46501?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
La forge numérique
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Gloses, Fragments et Runes : les premières manifestations des langues germaniques

Cette communication a été filmée dans le cadre du séminaire du CRAHAM consacré aux écritures vernaculaires dans les mondes germaniques et scandinaves.

Jens Schneider est ingénieur de recherche, docteur en histoire, actuellement (2018-2019)invité à l'Institut historique allemand (Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

Dans le contexte de la mise par écrit successive de langues germaniques en Europe continentale sont discutés quelques exemples du IIe au IXe siècle. Depuis les premières inscriptions runiques sur support métallique en passant par les rares manuscrits qui conservent des textes en langue gothique jusqu’aux gloses et traductions de l’espace allemand, on constate des conditions comparables dans la démarche de la codification d’une langue. Les débuts sont marqués par des éléments non-littéraires, c’est-à-dire des mots isolés, des gloses en marge de textes latins ou bien entre les lignes et l’état de conservation de ces toutes premières attestations écrites qui est souvent fragmentaire.

L’interrogation de l’intervention porte sur les conditions matérielles et sur les possibles motivations de la production vernaculaire. Bien avant l’âge des pierres runiques ornées, la fonction des premières runes comme manifestation écrite d’une langue semble indiquer un usage essentiellement pragmatique. Ce constat est confirmé par les manuscrits gothiques et allemands qui montrent un besoin de produire des traductions bibliques et des textes nécessaires à la vie quotidienne de la christianisation (prières, serments, vœux etc.). Le transfert de l’écrit latin vers l’écrit vernaculaire se fait donc d’abord par des éléments modestes dont avaient besoin les missionnaires et les moines en contexte germanophone ; la fonction mémorielle et représentative dont témoignent les manuscrits prestigieux tout comme les pierres runiques ne s’observe que dans un deuxième temps.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 9 Novembre 2018
    Durée du programme : 58 min
    Classification Dewey : Généralités sur les sciences sociales
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD)
    Disciplines : Histoire, Histoire de l'art, Archéologie
    Collections : Séminaires
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : langues
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte