Canal-U

Mon compte
La forge numérique

Les archéologues peuvent-ils produire de nouvelles sources pour les historiens des conflits récents ? L’exemple de la carrière-refuge de la Brasserie Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/la_forge_numerique/embed.1/les_archeologues_peuvent_ils_produire_de_nouvelles_sources_pour_les_historiens_des_conflits_recents_l_exemple_de_la_carriere_refuge_de_la_brasserie_saingt_a_fleury_sur_orne_calvados.49801?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
La forge numérique
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les archéologues peuvent-ils produire de nouvelles sources pour les historiens des conflits récents ? L’exemple de la carrière-refuge de la Brasserie Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados)

Cette communication a été filmée lors du colloque international intitulé De Verdun à Caen - L'archéologie des conflits contemporains : méthodes, apports, enjeux qui s'est déroulé au Mémorial de Caen les 27 et 28 mars 2019, organisé par la DRAC Normandie, la DRAC Grand-Est, l'Inrap et l'Université de Caen (MRSH-HisTeMé) avec le partenariat de  la Région Normandie, du Département du Calvados, de la Ville de Caen  et du Groupe de recherches archéologiques du Cotentin.

Depuis plus d’une décennie, l’archéologie contemporaine s’est approprié ce nouvel objet d’étude que sont les conflits de l’ère contemporaine. Ce champ de recherche encore jeune, dont la pertinence est de moins en moins disputée à mesure que se succèdent les découvertes, a vu l’émergence de questions spécifiques auxquelles les archéologues n’avaient que peu ou pas été confrontés jusqu’alors...

Cyril Marcigny est un archéologue de l’Institut de recherches archéologiques nationales (Inrap), chargé du pilotage des opérations en Normandie occidentale et chercheur de l’Unité Mixte de Recherche UMR 6566 - « Centre de recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » du CNRS et des universités de Nantes, Rennes et Le Mans. Il exerce en tant que chargé de cours à l’université de Rennes II et à l’École du Louvre (Néolithique et âge du Bronze de l'Europe de l'Ouest). Spécialisé dans les périodes couvrant la fin de la préhistoire et les âges des métaux, il a dirigé plusieurs chantiers de fouilles en Normandie et dans les Pays-de-la-Loire et a rédigé plusieurs articles et ouvrages de synthèses sur l’Ouest de la France. Son travail est depuis quelques années plus particulièrement tourné vers l'organisation de l'espace rural du Néolithique à l'âge du Fer et sur les relations entre le Nord de la France et le Sud de la Grande-Bretagne durant l'âge du Bronze.

Laurent Dujardin est professeur agrégé de Sciences Physiques. Ses domaines de recherche concernent l'extraction, le commerce et l'utilisation de la pierre à bâtir, principalement l’étude des carrières de pierre à bâtir grâce aux prospections, observations ou/et fouilles archéologiques des sites d’extraction ainsi qu’aux dépouillements de sources écrites. Au sein de son laboratoire (Centre Michel de Boüard - CRAHAM), il coordonne la thématique Carrières, constructions et matériaux lithiques.

La redécouverte par les archéologues, en 2014, de l’une des nombreuses carrières-refuges utilisées par les civils pris sous les bombes lors de la Bataille de Caen (juin-juillet 1944), a offert l’opportunité de mettre en place une opération archéologique à caractère expérimental permettant de confronter différents types d’analyses, au croisement de l’archéologie, de l’histoire et de la sociologie. Ce programme de recherche, débuté en 2015 (sous la codir. de L. Dujardin et C. Marcigny), associe des chercheurs de l’Inrap, du CNRS, de l’INSA-Strasbourg et des spéléologues.

Véritable conservatoire archéologique, le site de la carrière Saingt offre de nombreux champs d’investigations, que ce soit sur les modalités d’occupation des lieux au cours des évènements de 1944, les comportements sociaux en milieu confiné ou l’archéologie industrielle. Dans le but de préserver l’intégrité de ce site exceptionnel, les méthodes d’acquisition de données que nous utilisons sont non destructives et favorisent le recours à des techniques d’enregistrement et de prise de mesures sans contact (balayage laser et photogrammétrie). Ces relevés permettent non seulement de produire des données 2D (coupes ou élévations), mais aussi et surtout des modèles 3D calculés à partir des nuages de points, des vues en perspective photoréalistes et la possibilité de naviguer dans les modèles 3D avec des outils dédiés à la visualisation de l’environnement. Le modèle 3D géométrique et photoréaliste de l’ensemble des éléments structurels de la carrière sont ainsi relevés. Les objets archéologiques sont également géoréférencés et numérisés pour être associés au MNT global.

L’ensemble constitue un outil de premier ordre permettant de proposer une analyse spatiale des lieux et une interprétation fonctionnelle des différents espaces. Cette lecture, très archéologique, peut-elle constituer une nouvelle source pour les historiens qui travaillent sur cet épisode historique finalement peu ou mal renseigné.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte